AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Venez vous inscrire à l'event ICI. Vous pouvez aussi laisser un gentil mot sur notre fiche PRD ICI et n'oubliez pas de voter les amours !

Partagez | 
 

 — Love is our weakness » ✉ ft. Aro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sulpicia Volturi
QUEEN OF THEM ALL
の QUEEN OF THEM ALL の
avatar
» MESSAGES : 351
» WHERE ARE YOU ? : you really want to know?
» POWER : feelings control.
» RPG AGE : 1583 years old & 20 of appearance;
» JOB : does worldwide queen can be considered?
» WHO ? : Evan Rachel Wood
» MULTI COMPTES : Helga Sharp (romanian);


Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Vampire
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: — Love is our weakness » ✉ ft. Aro   Mar 26 Mar - 20:38

Heartfelt conversations we had every single night lying in bed together. So why would there ever be a breakdown in communication? And I'm just wondering was that the warm and fuzzy feeling . I wanna go back, way back to the beginning, when we could rely on each other. I felt like a goddess floating on a cloud. Why'd you have to bring me down with all this pain and disappointment? Confused and bitter and brokenhearted with all the mysteries and my love memories.
”LOVE IS OUR WEAKNESS”


Elle était enfin rentrée.

Sulpicia craignait assez la réaction de son mari vis-à-vis de sa brève absence, ce n’était d’ailleurs pas courant qu’elle quitte Volterra. La vampire gardait de son entrevue avec son frère un goût amer. Il persistait dans son erreur à prôner le règne roumain. Cependant, elle demeurait persuadée qu’il changerait d’avis d’ici la fin du conflit ; c’était forcé.

De retour dans ces longs et interminables couloirs en pierres, Sulpicia huma l’air ambiant, s’imprégnant de cette familiarité. Volterra lui avait manqué. Qu’il s’agisse de l’imposant édifice, des salles profondes et sombres, ou bien de ses principaux locataires ; tout lui avait manqué. Lui aussi. Elle s’empressa de monter jusqu’à la tour, en espérant naïvement ne pas avoir alerté son compagnon. Qu’aurait-il bien pu en penser ? Qu’aurait-il dit ? Aro désapprouverait certainement. Il l’aurait empêchée de partir si elle le lui en avait parlé avant. Sulpicia n’était pas idiote. La belle vampire fit comprendre aux membres de la garde qui la raccompagnaient jusqu’à ses appartements qu’elle ne désirait plus leur présence à ses côtés. Elle claqua alors brusquement la porte une fois qu’ils furent partis ; le visage impassible.

Désormais seule, l’italienne esquissa un sourire. Ce n’était plus qu’une question de temps avant qu’il ne la rejoigne. Il avait du s’apercevoir de son départ en ne sentant plus son odeur dans la forteresse ; tout comme il avait du se rendre compte de son retour. Sulpicia ôta sa lourde cape noire et la rangea soigneusement dans une grande armoire, avant de se changer. Installée face à sa gigantesque coiffeuse d’époque, Sulpicia prenait un certain soin à brosser sa longue chevelure à l’aide d’un élégant peigne recouvert de pierres précieuses. Elle émettait de brèves et doucereuses caresses sur ses mèches, enroulant chaque boucle blonde dans les poils fins de la brosse, tout en guettant son reflet dans la glace. Un doux parfum de fleur d’oranger se diffusait dans la large chambre, trouvant son origine dans le pot-pourri offert par Athenodora. Cette dernière semblait n’être obsédée que par cela depuis déjà quelques semaines, au grand daim de Sulpicia. Mais la vampire blonde se devait de reconnaître que l’odeur était agréable, et parfumait habilement une pièce ; et puis, cela faisant tant plaisir à son amie de savoir qu’elle aussi en avait aussi dans sa chambre. Sulpicia ne refusait jamais le moindre cadeau, aussi incongru puisse-t-il être.



Elle se mit à siffloter doucement, au rythme du morceau de musique classique qu’elle avait décidé d’écouter dans un vieux tourne-disque. Sulpicia adorait par-dessus tout le travail de Franz Schubert. Bien que Frédéric Chopin lui plaisait tout autant, mais ce dernier avait un tout autre style, et Sulpicia ne se sentait pas d’humeur à l’écouter aujourd’hui. Elle se sentait…ailleurs, assez nauséeuse, et pour une des rares fois de son existence, inquiète.

Inquiète de revoir son mari après ces quelques jours passés loin de lui ; inquiète de subir son regard désapprobateur, sa méfiance, sa frustration. Elle ne l’avait pratiquement jamais vu en colère, et cela continuait de l’étonner même après plus de mille ans de vie commune.

Ses fines jambes aussi pâles que du marbre étaient croisées sous son bureau, alors qu’une simple veste claire encerclait sa taille élancée et dévoilait le léger corsage blanc de sa robe en soie. Les pans du vêtement traînaient jusque sur la moquette et de nombreux colliers de perle hors de prix pendaient autour de son long cou d'albâtre. Elle effleura la peau laiteuse de sa joue droite du bout des doigts, appréciant de constater que malgré la froideur, une certaine douceur persistait malgré tout. Sulpicia se sentait à l’aise ainsi, en son unique compagnie, jusqu’à ce qu’elle se mette à plisser ses beaux yeux rubis. Une odeur familière s’approchait du couloir donnant sur ses appartements. Sulpicia n’eut pas à se demander trop longtemps qui cela pouvait-il être. Cela sonnait comme une évidence. Elle reposa brutalement son peigne sur la table de la coiffeuse et attendit patiemment son mari.

« Je ne t’attendais pas si tôt, mon tendre. » lui dit-elle de sa douce voix mélodieuse, légèrement aiguë et aspirant au snobisme pur et dur.

Sulpicia eut un léger rire amusé et récupéra dans sa main son fameux peigne afin de reprendre son occupation première. Elle savait qu’il aimait ses cheveux. La vampire ne pouvait s’empêcher de tenter de faire la conversation. Elle essayait vraiment de créer un certain échange fluide, et monotone entre eux, mais ses tentatives s’avéraient assez maladroites. Une once de nervosité s’insuffla en elle, trahissant son hésitation. Sulpicia parvint à maîtriser suffisamment ses émotions pour ne rien laisser transparaître devant lui, comme d’habitude. Pourtant, elle le sentait en colère, percevait ses moindres sentiments comme s'ils avaient été les siens.

« Je sais ce que tu vas dire, et la réponse est non. » lança Sulpicia brusquement, le regard rivé sur le reflet d’Aro dans le miroir de sa coiffeuse. « Il ne m’est rien arrivé. »





. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://athousandyears.forumgratuit.org
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Aro Volturi   Jeu 29 Aoû - 20:34







   
Love is our weakness
J'ai deux visage, l'un pour le monde extérieur, l'autre pour le privé. Pour toi, sa sera le second visage !!


Discutions du couple royale !!





Aro arpenta les couloir du château, en pleine soirée de semaine, plus exactement. A cette heure tardive c'était à Marcus de veiller sur la salle des trônes. Oui, nous avions mis en place un système de relai qui permettait à un des trois Roi d'occuper les trônes au cas ou si il y avais une quelconque visite imprévue. Etant libre, je me balader dans les couloirs, et je fessait ma ronde habituelle. Quand j'arriva à l'accueille du château j'entendit un soudain claquement de porte, la jeune humaine à l'accueille n'entendit rien du bruit tellement il était infime. Mais pas pour moi, je savais même ou se situé se bruit, oui... dans les tour au étages supérieure ou était les appartements privé. Aucun doute c'est bien ma chers femme qui est rentrer, il y a qu'elle pour faire une entrer sulfureuse. 




Mais contre toute attente, Aro ne se présipité pas dans c'est appartement. Bien au contraire, il avance d'une lenteur des plus déconcertant. Il positionna c'est deux mains devant sont visage de marbre signe qu'il réfléchissez et essayer d'appréhender se qu'il allait suivre. Beaucoup de chose préoccuper le vampire agée, telle que les Roumains qui commençai de plus en plus à être gênant. Et que dans un avenir proche, Les Volturi allaient devoir s'occuper un jours ou un autre, mais quand ?Aro nu le temps de réfléchir assez, qu'il arriva déjà dans le couloir qu'il menait à son appartement. L'échos de c'est chaussure en cuir noir se fit entendre dans tout le couloir nul doute que Sulpicia allez l'entendre, et cela était fait exprès. Se trouvant désormais devant la porte d'entrer, le vampire eut le petit tic de rajuster sa cravate de son beau costard noir qu'il porter avant d'entrer.





À peine Aro rentrer que sa chère femme affirma qu'elle était surprise de le voir rentrer si tôt. Le vampire savait pertinemment que sa femme essayer de faire oublier sa balade nocturne, Sinon pourquoi lui dire cela alors qu'elle savait fort bien que son mari allait être au courant de sa sortie hors de Volterra, est s'attender surement que son époux soit furieux. Mais en réalité il en était tout le contraire, se dernier paraissez même serein, montrent nul signe d'énervement. Avant même que le vampire nu pus dire sa question qui était la même à chaque évasion, que Sulpicia le devança en ajoutant qu'elle n'avais rien. Se dernier aperçus dans le miroir le reflet éclatant de sa femme. Un sourire se désigna sur le visage d'Aro, non que la situation lui plaisez, mais pour lui permettre de cacher sa curiosité et se demander ce que cacher sa femme cette fois. Et il allait le savoir, ce dernier s'avançait avec grâce vers l'armoire pour mettre son manteau qu'il avait sous le bras. En déposant le manteau avec délicatesse dans la penderie, il fronça légèrement les sourcils comme s'il aurait voulu dire " alors sa pour une nouvelle, c'est une nouvelle ". En fermant la porte de l'armoire, Aro se retourna sur lui-même.




<< Comment c'est passer té retrouvaille avec ton frère ? >> Lança-t-il subitement en regardent le visage de sa femme dans le miroir, pour voir sa réaction.




Alors comme ça, Scipio Yoricus était à forks... la curiosité du vampire se trouva désormais éveiller, maintenant qu'il savait que sa femme avait revu son grand frère grâce à son odeur sur le manteau de Sulpicia dans l'armoire. Oui, parce qu'il n'aime pas user de son don sur sa femme, certes il la peut être utilisé en de rares occasions mais quand il le pouvait il aimer le savoir de la bouche de sa compagne. Il aurait pu lui demander directement, mais Aro était du genre à vouloir recueillir quelque preuve avant d’entamer un sujet et ne pas s'aventurer dans un terrain qu'il connaissez pas. Les vieilles habitude...




Maintenant que le vampire savait le début de l'histoire, il appréhender la suite. Parce que, il savait fort bien que la relation qu'avaient sa femme et Yoric était plutôt complexe. Aro était surement le mieux placer pour comprendre l'histoire de sa femme et avait une part de responsabilité dedans, Oui parce que c'est lui qui à transformer sa femme mais aussi Yoric en vampire. Mais, ce dernier, avait du mal à digérer sa transformation, et désormais il souhaiter la mort d'Aro.




<< Est-ce que tu veux en parler ? >> demanda-t-il en s'avançant vers sa compagne pour pauser délicatement c'est deux mains de marbre sur son épaule.



FIN: Un sujet de conversation particulièrement difficile pour le couple royale !!
   



•  BY Codage: ARO  •



Revenir en haut Aller en bas
 

— Love is our weakness » ✉ ft. Aro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Love Is A Weakness
» jonas lafayette ► love is weakness
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⚔ A THOUSAND YEARS ― TWILIGHT RPG ⚔ :: 


— (HJ) WHEN YOU'RE JUST A BEGINNER YOU HAVE TO DO A LOT OF STUFF;
 :: ⚔ THERE IS NO HOPE HERE ⚔ :: † Saison 2 †
-