AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Venez vous inscrire à l'event ICI. Vous pouvez aussi laisser un gentil mot sur notre fiche PRD ICI et n'oubliez pas de voter les amours !

Partagez | 
 

 [Terminé] This is not my house anymore... (PV Yelena Vasilova)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maria Anna C. Dacian
の ANGEL OR DEVIL? の
avatar
» MESSAGES : 1125
» WHERE ARE YOU ? : Russia/Antarctica
» POWER : pyrokinesis
» RPG AGE : 19 years old in real and 18 in appearance
» JOB : Student and saleswoman
» WHO ? : Nina Dobrev
» MULTI COMPTES : Destiny Andrews

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Vampire
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: [Terminé] This is not my house anymore... (PV Yelena Vasilova)   Mar 27 Aoû - 13:46


This is not my house anymore
― Feat. Anyone else ―


Je suis en face de ma maison. Ou plutôt, de la maison qui était mienne avant. Je vois à travers la fenêtre mes parents, toujours aussi heureux, manger en tête à tête dans la salle à manger. Ils pensent que je suis encore en voyage en Italie. S'ils savaient ce qui m'est arrivé... Je suis rentrée à Port Angeles car je voulais retrouver ma vie d'avant, mais ce n'est qu'à l'aéroport de Rome que j'ai compris que la soif de sang m'en empêcherait. Tous ces humains m'entourant, la peau de leur cou presque translucide à ma vue aiguisée, les battements de leur coeur faisant trembler leur jugulaire. C'était insupportable. Tellement que j'en ai quand même tué deux. En ce moment, quelqu'un doit sûrement être en train de les découvrir dans les toilettes. Vint ensuite le vol. Celui-ci se passant de nuit, personne n'a remarqué les personnes vidées de leur sang, les autres dormant profondément. Après l'atterrissage, je suis sortie de l'avion dés  que la porte fut ouverte. Depuis j'attends devant mon ancienne maison, me demandant comment mes parents réagiront quand ils découvriront que leur fille unique a disparu. Je voulus pleurer, mais aucune larme ne coula. Comme si je ne pouvais plus verser de larmes. C'était sans doute le cas. Je mis finalement un masque d'indifférence sur mon visage. La tristesse est une faiblesse. Si je dois vivre l'éternité, autant m'amuser. Et puis, c'est pas si mal de tuer, ça donne un plaisir irrésistible. Je me levai finalement du banc où j'étais posée et me dirigeai vers le centre-ville. Je choisis une proie et l'emmenai dans une ruelle à l'abris des regards. Je la vidai entièrement de son sang.

« Bon, maintenant, qu'est-ce que je peux bien faire pour m'amuser? »

Je trouvai la réponse à ma question. Je me dirigeai vers une cabine téléphonique dans la grande rue juste à côté. Je composai le 911. Je pris une voix paniquée.

« Allô? Oh mon dieu, c'est affreux! Il y a une jeune fille dans une ruelle! Elle est couverte de sang et je crois qu'elle respire plus! Il faut que vous veniez l'aider! »

Je raccrochai, souris, et sortis de la cabine. Je me dirigeai vers le bord de la route dans l'attente d'un taxi...





. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



Dernière édition par Maria Anna Cooper le Mar 17 Déc - 12:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://athousandyears.forumgratuit.org/t284-maria-anna-cooper-fo
Yelena Vasilova
❝ I'M THE NICE KILLER
avatar
» MESSAGES : 710
» WHERE ARE YOU ? : Russia
» POWER : Probabilité accelérée
» RPG AGE : 2500 ans.
» JOB : Tueuse à gage.
» WHO ? : Mila Kunis
» MULTI COMPTES : Athenodora Volturi & Tanaissa Rossi
“Whatever you do will be insignificant, but it is very important that you do it.” ― Mahatma Gandhi

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Vampire
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: [Terminé] This is not my house anymore... (PV Yelena Vasilova)   Dim 1 Sep - 16:09

PORT ANGELES. Cette petite ville dans l’Etat de Washington. Si différente de la grande ville de Chicago où j’étais établie la plupart du temps avec ma fiancée. Je n’aimais pas vraiment les petites villes. A part bien sûr ce petit village russe près duquel se situait notre château. Enfin, château, c’est un grand mot. Disons plutôt « grand manoir ». Cet endroit-là était absolument charmant, chaleureux… Ce qui sont les points forts d’à peu près toutes les petites villes, sommes toutes. Mais celui-là me ramenait toujours à mes origines. Il était difficile pour les vampires de s’établir dans une petite ville. Car dans ces endroits-là, tout le monde se connait. Les ragots circulent et rien n’échappe à personne. Bien que j’appréciais les humains, j’aimais fort peu d’être mêlée à eux. Dans une petite ville, les gens n’hésitaient pas à vous offrir des cupcakes à votre arrivée. Vous deveniez illico presto l’animation du quartier et les gens ne tardaient pas à remarquer votre étrangeté. Ils ne tardaient pas à remarquer tout ce qui fait de vous un être surnaturel sans réellement comprendre que vous êtes en effet un être surnaturel. A Chicago, c’était chacun pour soi. Tout le monde vous foutait la paix. Si quelqu’un me trouvait une apparence un peu trop jeune pour les 30 ans que je prétendais avoir (oui, c’est dur de quitter un chez-soi après douze ans), je me contentais de changer de quartier et je pouvais dès lors repartir à zéro.

Port Angeles. Que faisais-je ici, me demanderez-vous ? J’étais là pour le travail. Quel drôle d’endroit où voyager pour le travail… Eh bien par pour moi. En tant que tueuse à gage, j’avais connu des endroits bien plus inappropriés où me rendre pour le travail. Qui pouvait-il bien avoir à tuer dans une petite ville comme celle de Port Angeles ? Une ordure, tout simplement. J’avais reçu ce dossier quelques semaines plus tôt. Il s’agissait d’un père et d’un mari abusif. Je ne refusais jamais ce type d’affaire. J’avais accepté sur le champ et je rendis visite à la famille pour m’assurer de la véracité des propos de la mère de famille. J’assistai à l’horreur de mes propres yeux. La famille étant assez aisée, je n’avais pas eu de scrupule à demander le gros pactole à la cliente. Et j’étais là aujourd’hui, ayant préparé mon plan de A à Z. Il n’y avait aucune issue possible pour cet homme. Il était en train de vivre ses dernières minutes. Tapie dans l’obscurité, je le vis sortir de chez sa maîtresse. Avais-je omis ce détail ? Oui, cet homme était de la pire espèce. Je le suivi alors qu’il se rendait à son véhicule. C’est lorsqu’il fit pénétrer les clés dans la serrure de sa voiture que je lui bondis dessus, telle une panthère silencieuse. Il lui était impossible de crier, étant donné que j’avais placé ma main sur sa bouche. Il ne me fallut que quelques secondes pour le vider de son sang. Ah… Le sang humain.  Quelle extase il nous procurait.

Bon, l’homme était mort. Maintenant fallait-il encore faire disparaitre son corps et déculpabiliser la famille. Je le plaçai dans son véhicule et conduit et fit foncer celui-ci dans une voiture parquée sur le bord de la route. Cette voiture sur laquelle j’avais au préalable créée une fuite d’essence. Il me fallut bien attendre une minute ou deux avant que la voiture n’explose avec le corps de ma victime. Somme toute, j’étais assez fière de mon travail. Désormais, je désirais retourner le plus rapidement possible à Chicago. J’avais hâte de retrouver ma partenaire dans notre appartement douillet. Si tôt l’eu-je pensé, si tôt mes membres s’étaient-ils élancés. Pour rentrer à Chicago, je devais passer par la forêt pour risquer d’être vue le moins possible. Mais avant, je voulais  lui ramener un petit quelque chose. Nous n’aimions pas être séparées l’une de l’autre très longtemps et je m’arrangeais toujours pour lui acheter un petit truc. Je me rendis t-donc dans le centre-ville.

Alors que j’arpentai la rue afin de trouver ce qui lui ferait plaisir, mon odorat détecta une essence particulière. Une essence qui ne pouvait appartenir qu’à un immortel. Je savais que des vampires étaient établis non-loin d’ici mais je savais également que Port Angeles ne faisait pas partie de leur territoire. Je me stoppai net puis me rapprochai du lieu d’où provenait cette odeur. Dans une ruelle isolée se tenait une jeune vampire. Après seulement quelques secondes d’observation, je conclu qu’elle était une nouvelle née. Elle ne me voyait pas mais moi je pouvais observer ses yeux d’un rouge flamboyant, ses sens qu’elle ne maîtrisait pas encore totalement. Elle se pensait peut-être invincible et croyait probablement avoir les sens les plus aiguisés qui soient mais malgré tout, elle ne les avait pas apprivoisé et ne savais pas en tirer parti comme la vieille millénaire que j’étais. A ses pieds gisait le corps d’une jeune fille qu’elle avait vidé de son sang. En plein centre-ville ? Quelle erreur de jeunesse… Mais bon, je n’étais pas là pour faire un sermon. Et pourtant je souhaitais lui apprendre de mon expérience. J’avais entrepris de me diriger vers elle pour lui expliquer gentiment qu’elle ferait mieux de brûler ce corps le plus vite possible lorsque je la vis se diriger vers une cabine téléphonique. Curieuse comme je suis, je la laissai faire.

Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je la vis composer le 911 et prévenir la police de la présence du corps dans la ruelle. Quel genre d’idiote était cette enfant ? N’avait-elle aucun bon sens ? Laisser un corps vidé de son sang au milieu de la ville et prévenir les AUTORITÉS ? Il m’arrivait peu de perdre mon sang-froid mais cette fille avait réussi à m’agacer fortement sans même m’adresser la parole. Elle se dirigea sur le bord du trottoir, probablement dans l’attente d’un taxi. Une vampire qui attendait un taxi, en voilà une bonne. Ni une ni deux, je me dirigeai vers elle et l’attrapai par le cou. Surprise et immobilisée par ma prise, elle se laissa entrainer dans la ruelle où gisait toujours le corps.

« Quel genre d’idiote es-tu ? », lui lançai-je. « Personne ne t’a donc appris qu’on doit faire disparaitre tout corps que l’on vide de son sang ? A quoi penses-tu en laissant traîner ainsi des preuves de notre existence aux yeux et au vu de tous ? Et que t’est-il passé par la tête lorsque tu as décidé de prévenir toi-même les autorités ? » Ma voix était assez sévère quoique basse. « Ne connais-tu pas les règles des Volturi ? C’est la mort que tu cherches ? »

Reprends-toi, me dis-je. Cette petite n’avait peut-être jamais été éduquée par l’un des nôtres. Peut-être avait-elle été laissée pour morte. Je m’étais légèrement énervée ce qui n’était pas à mon habitude et j’espérais ne pas avoir créé le conflit avec elle. Les nouveau-nés étaient généralement assez instables. « Viens, bougeons d’ici » dis-je en adoucissant mon ton. Alors que je prononçais ces mots, j’avais déjà jeté un briquet allumé sur la dépouille au sol. Je savais qu’elle n’oserait pas approcher le feu pour l’éteindre.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Stars can't shine without darkness
"And I never know quite what to say when you're upset, and it tears me apart that I can't always help you. Just know that I'm always here for you and if you ever fall, I'll be here to catch you, and if you ever feel lonely at four in the morning, I'll be here to talk to you. Know that I'm aware of all your pain, and all the sadness you have, and that I'm willing to help you carry it. Just know that I love you, and that it rips my heart apart to know you're not happy all the time."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Anna C. Dacian
の ANGEL OR DEVIL? の
avatar
» MESSAGES : 1125
» WHERE ARE YOU ? : Russia/Antarctica
» POWER : pyrokinesis
» RPG AGE : 19 years old in real and 18 in appearance
» JOB : Student and saleswoman
» WHO ? : Nina Dobrev
» MULTI COMPTES : Destiny Andrews

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Vampire
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: [Terminé] This is not my house anymore... (PV Yelena Vasilova)   Dim 1 Sep - 17:18



Alors que j'attendais toujours au bord de la route, je sentis des mains étreindre mon coup et me tirer vers la ruelle que je venais de quitter. Ça, je dois l'avouer, je ne l'avais pas prévu. Après tout, comment aurais-je pu savoir qu'un autre vampire se trouvait dans les parages? Elle me plaqua contre le mur. Celui-ci se creusa et créa de la poussière. Elle était plus forte que moi, et me le montrait bien. Et puis elle me gronda. Qui était-elle pour m'engueuler comme elle le faisait?  En gros, ma fierté en avait pris un sacré coup. Elle alluma le corps de la jeune fille que j'ai tuée et m'emmena à vitesse vampirique quelque rues plus loin. C'est à ce moment que je me décidai à lui répondre.

« Alors, tout d'abord, je ne connais pas ces "Volturi", tu es le premier vampire que je rencontre. Ensuite, je voulais juste m'amuser! Après tout, si j'ai la vie éternelle, pourquoi ne pas en profiter? Et puis, concernant mon appel au 911, les humains auraient bien trouvé une excuse, comme un chien enragé ou autre chose, les humains ont beaucoup d'imagination. Ou du moins, moi j'en avais. » répondis-je, d'une voix calme, mais néanmoins énervée. Je ne voulais pas passer pour une sauvage, j'ai toujours su contenir mes émotions.

Je finis par me dire que cela ne servait à rien d'être méchante si elle m'a sauvé la vie. Alors, ma voix se radoucit.  « Mais en fait, qui es-tu? Et si ce que j'ai fait aurait pu me valoir la mort, pourquoi m'as-tu sauvé? »

Je ne comprenais absolument pas. Elle aurait pu partir et me laisser aux mains de ces fameux "Volturi". Attendez un peu! Volturi? Comme Volterra, la ville où j'ai été transformée?

« Dis-moi... Heu... Les Volturi, est-ce que ce sont les vampires italiens? »

Si c'est le cas, qu'elle ironie cela serait. Des vampires qui créent des lois pour la dissimulation de notre espèce, mais qui créent une vampire instable telle que moi? Ha. Si cela est avéré, ça me fera bien rire.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://athousandyears.forumgratuit.org/t284-maria-anna-cooper-fo
Yelena Vasilova
❝ I'M THE NICE KILLER
avatar
» MESSAGES : 710
» WHERE ARE YOU ? : Russia
» POWER : Probabilité accelérée
» RPG AGE : 2500 ans.
» JOB : Tueuse à gage.
» WHO ? : Mila Kunis
» MULTI COMPTES : Athenodora Volturi & Tanaissa Rossi
“Whatever you do will be insignificant, but it is very important that you do it.” ― Mahatma Gandhi

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Vampire
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: [Terminé] This is not my house anymore... (PV Yelena Vasilova)   Jeu 5 Sep - 16:11

La jeune fille n'avait pas pu résister lorsque je l'avais entraînée. Elle eut même brièvement l'air impressionnée lorsque je l'avais relâchée. Alors que je lui faisais mon sermon, elle semblait légèrement interloquée mais n'avais pas répondu immédiatement. Elle m'avait laissé faire mon petit speech et n'avait pas rechigné lorsque j'avais mis le corps de la jeune fille décédée en feu. Je fus même étonnée de la voir me suivre sans protester lorsque je décidai de l'entraîner quelques rues plus loin. Peut-être y avait-il tout de même quelque chose à tirer de cette jeune femme. Elle ne semblait pas complètement fermée à l'idée d'apprendre. Ce n'est que lorsque nous fûmes assez éloignées du lieu du crime qu'elle me répondit, comme si elle avait enfin trouvé ses mots. Je fus surprise par le calme qui régnait dans sa voix, moi qui m'attendais à être agressée verbalement ou encore à devoir faire face à des grognements. J'étais donc bien la première des nôtres qu'elle rencontrait. Elle ne connaissait rien à notre monde comme je l'avais supposé et n'était, de ce fait, pas juste une petite insolente. Je me surpris presque à la prendre en pitié.

« Si tes propos sont vrais, je m'excuse de t'avoir agressé de cette manière. Il est rare de nos jours de trouver une nouvelle-née laissée pour compte et tu te montres beaucoup moins agressive que ceux que j'ai pu rencontrer. » Il est vrai que la dernière fois que j'avais rencontré un être dans sa situation, il avait essayé de me tuer sans même prendre le temps de m'écouter. Il était dur de les raisonner quand ils avaient pris l'habitude de n'être que des monstres.« Les Volturi sont une famille de vampires qui fait régner l'ordre dans notre monde. Nous avons peu de règles mais elles sont primordiales et transgresser ne serait-ce que l'une d'elles mène irrémédiablement à notre mort. » , ajoutai-je. Si je désirais l'effrayer, je n'aurais pu faire mieux. « Et présenter l'une de nos victimes sur un plateau d'argent aux enquêteurs humains est très certainement un crime grave à leurs yeux. Il est évident qu'ils auraient trouvé une excuse mais certains d'entre eux font attention aux détails et auraient désigné ce meurtre comme étrange. »

Je m'égarais. La jeune femme me demanda pourquoi je l'avais sauvée. Cela me fit rire intérieurement. Je ne l'avais pas réellement sauvée mais je l'avais très certainement sauvée d'un danger à long terme. « Je ne suis pas le genre de personne à laisser aller les gens à leur perte. Je me suis dit que personne ne t'avais probablement éduquée et je trouvais ça bien triste. Tout le monde a droit à sa chance. » Nous nous tenions debout dans une ruelle sombre, nous faisant face. Il s'agissait presque d'une situation étrange du type 'je ne sais pas quoi faire de mes mains' à laquelle les humains font souvent face. Elle semblait réfléchir. Moi-même je tâchais de réfléchir le plus rapidement possible à ce que je pouvais faire d'elle. Soudainement, je vis son regard comme s'illuminer, comme si elle venait de penser à quelque chose et avait eu une sorte de révélation. Les mots qu'elle prononça m'étonnèrent légèrement mais me soulagèrent à la fois. Elle connaissait donc les Volturi sans les connaître de nom. Elle avait entendu parler d'eux. Mais si j'étais là première vampire qu'elle rencontrait, comment pouvait-elle avoir entendu parler d'eux ?  « Oui, les Volturi sont les vampires italiens. Ils vivent à Volterra depuis des millénaires. Comment se fait-il que tu les connaisses ? En as-tu déjà rencontré un ? »

Décidément, cette fille était pleine de surprise. Toutefois je trouvais l'endroit de notre conversation tout à fait peu approprié et je me demandais toujours si elle avait un endroit où aller. J'aurais aimé qu'on aille dans un endroit propice à la discussion mais se rendre dans un café ou un restaurant aurait semblé étrange étant donné que nous n’ingurgitions rien d’autre que du sang. Une question me turlupinait toujours également. Avait-elle un chez-elle ou n’avait-elle aucun endroit où rentrer ? « J’y pense… As-tu un chez-toi ou te contentes-tu d’errer dans les rues depuis ta transformation ? » Si jamais elle avait bien un appartement ou une maison, elle se sentirait surement vexée. Après tout, je venais bien d’insinuer qu’elle pouvait vivre comme une sauvage.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Stars can't shine without darkness
"And I never know quite what to say when you're upset, and it tears me apart that I can't always help you. Just know that I'm always here for you and if you ever fall, I'll be here to catch you, and if you ever feel lonely at four in the morning, I'll be here to talk to you. Know that I'm aware of all your pain, and all the sadness you have, and that I'm willing to help you carry it. Just know that I love you, and that it rips my heart apart to know you're not happy all the time."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Anna C. Dacian
の ANGEL OR DEVIL? の
avatar
» MESSAGES : 1125
» WHERE ARE YOU ? : Russia/Antarctica
» POWER : pyrokinesis
» RPG AGE : 19 years old in real and 18 in appearance
» JOB : Student and saleswoman
» WHO ? : Nina Dobrev
» MULTI COMPTES : Destiny Andrews

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Vampire
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: [Terminé] This is not my house anymore... (PV Yelena Vasilova)   Jeu 5 Sep - 17:21


Elle me dit qu'elle ne me trouve pas très agressive. Heureusement, car contrairement à beaucoup de gens de ma génération, j'ai été éduquée et on m'a appris la politesse. Si elle m'avait dit que j'étais agressive, là je le serais devenu et lui aurait arraché la tête. Ou du moins, j'aurais essayé.

La jeune ( ou plus très jeune, personne ne sait ) fille m'apprit ensuite que n'importe quelle infraction aux lois que les Volturi ont crées conduit à la mort. J'écarquillai les yeux de peur. Moi qui me croyait invincible, je ne le suis définitivement pas.

Puis je posai ma question, pour savoir si ces fameux Volturi étaient les vampires italiens. Cela parut désarçonner mon interlocutrice. J'étais très curieuse d'en savoir la réponse. Après tout, si c'était bien les vampires italiens, ça voudrait dire qu'ils ont enfreint une des lois qu'ils avaient eux-mêmes mis en place. Alors quand cette fille me répondit et m'apprit que c'était bien eux, je ne fus même pas surprise. Je m'y attendais grandement. Mais le fait qu'il ait plusieurs millénaires me font définitivement perdre espoir en ma vengeance... La justice n'existe pas, que ce soit dans le monde des humains, comme dans le monde des vampires. Et les autres... Qu'est-ce que je vais finir par apprendre, que les fées et les sorcières existent? Qu'il y a peut-être vraiment des monstres dans les placards des enfants et qui ont besoin des cris de ceux-ci pour avoir de l'électricité dans leur monde? Bon, là je m'égare, j'ai peut-être trop regarder "Monstres & Cie" quand j'étais humaine. Ce que je veux dire par là, c'est que j'ai appris il y a seulement deux jours que les vampires existaient. Qui l'eut cru? Pas moi en tout cas. Humaine, je pensais que l'Homme avait le pouvoir sur tout, qu'on était la plus intelligente des espèces, en gros, que personne ne nous surpassait, et bien j'avais tord.

Et ensuite, elle me demanda si j'en avais déjà rencontré un. Que répondre à ça, hein? Et bien, je lui dis la vérité.

« Oh que oui, on peut dire que j'en ai rencontré plusieurs d'entre eux. A vrai dire, c'est l'un d'eux qui m'a transformé, mais je ne saurai dire lequel, il y en avait tellement. Je pense juste que c'était un homme... Je faisais partie du groupe "casse-croûte" qui devait soit-disant faire une visite du château de Volterra, prétexte pour nous emmener directement dans la salle des trônes où l'on s'est fait attaquer. Je me suis mise à courir dans les couloirs, c'était comme un labyrinthe... Mais je n'étais qu'une humaine, je n'étais ni forte, ni rapide et l'un d'eux m'a très vite rattraper. Quand il a fini de boire mon sang, j'ai senti mon coeur s'arrêter, littéralement. Mais je ne sais par quel moyen, mon coeur a redémarrer et j'ai senti le venin dans mes veines. Je me suis transformée dans leur château, et il ne m'ont même pas remarqué, quelle ironie... »

Je ne sais absolument pas pourquoi je me suis dévoilée comme ça. Le plus choquant, c'est que jusque maintenant, je n'étais pas arrivée à m'arrêter, je pense que j'avais besoin de le dire à quelqu'un, et ce quelqu'un, c'est elle. La tristesse devait sûrement se lire dans mes yeux, mais je la fis partir, comme j'en avais l'habitude et pris un air légèrement enjoué et changeai de sujet.

« Au fait, je ne sais même pas comment tu t'appelles. »

Puis je répondis à sa dernière question.

« Je pensais en avoir un, c'est d'ailleurs pour ça que je suis revenue à Port-Angeles, mais je me suis rendue compte que je risquais de faire du mal aux gens que j'aime, et je ne peux pas vivre avec ce poids sur la conscience. Je suis beaucoup plus incontrôlable que tu ne pourrais le penser. J'ai tué des dizaines de personnes. Plusieurs dizaines en deux jours, tu pourrais y croire? A peine transformée et je suis pire qu'un tueur en série... »

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://athousandyears.forumgratuit.org/t284-maria-anna-cooper-fo
Yelena Vasilova
❝ I'M THE NICE KILLER
avatar
» MESSAGES : 710
» WHERE ARE YOU ? : Russia
» POWER : Probabilité accelérée
» RPG AGE : 2500 ans.
» JOB : Tueuse à gage.
» WHO ? : Mila Kunis
» MULTI COMPTES : Athenodora Volturi & Tanaissa Rossi
“Whatever you do will be insignificant, but it is very important that you do it.” ― Mahatma Gandhi

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Vampire
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: [Terminé] This is not my house anymore... (PV Yelena Vasilova)   Sam 7 Sep - 12:04

Mon interlocutrice avait parlé longtemps sans s'arrêter. Je l'avais laissé, car je me doutais que cela devait être une expérience libératrice pour elle. Cela devait être dur de vivre une telle expérience, de subir de tels changements dans son existence et de ne recevoir aucune explication, de n'avoir personne avec qui partager tout ceci qui devait encore lui sembler bien irréel. Après une petite pause de sa part, elle me demanda comment je me prénommais. Elle avait soudain l’air plus enthousiaste, affichant ce qui semblait être un sourire sur son visage. « Je me prénomme Yelena » , lui dis-je simplement. J'avais décidé de me présenter avant de réagir à son histoire. Elle répondit ensuite à ma dernière question. J’appris non sans surprise qu’elle n’avait vécu jusqu’alors que deux jours en tant que vampire et qu’elle avait déjà tué un nombre assez important de personnes. Le contraire m’eut étonné. Car s’il était vrai qu’elle paraissait légèrement trop calme et apte à se contrôler pour son jeune âge, cela était sûrement dû au fait qu’elle avait ingurgité une quantité de sang qui m’aurait rassasié pour les six mois à venir. Je dois l’avouer, j’étais quelque peu rassurée qu’elle ne se démarque pas spécialement par son contrôle d’elle-même. Mais j’admirais tout de même son calme face à moi. Il devait y avoir énormément de bon à tirer de cette jeune femme.

Je compris alors également sa détresse face à son nouvel état. Elle s’était rendu compte ce soir qu’elle ne reverrait jamais sa famille. Elle s’était sentie inhumaine, meurtrière,…  Deux faits irrévocables qui avaient dû l’attrister au plus haut point. Moi qui avais été préparée à cette nouvelle vie, je n’avais jamais ressenti un réel désarçonnement vis-à-vis de celle-ci. Pourtant, je l’avais tout de même prise en train de se moquer des humains, presque amusée d’avoir tué une innocente. Enfin, je verrais bien par la suite. « Je comprends à quel point ça doit te désarçonner, cette nouvelle vie. Tu n’y as pas été préparée et tu t’es retrouvée seule face à cette épreuve. Il est vrai que tu ne reverras jamais ta famille, je ne peux pas te mentir. Les informer de ta transformation te mènerait droit chez les Volturi et tes parents aussi. De plus, ils ne comprendraient pas, ils en seraient accablés. Si tu souhaites qu’ils ne souffrent pas dans l’ignorance de ce que tu es devenue, laisse-leur une lettre pour leur expliquer que tu ne peux plus les voir mais que tu vas bien, ce serait une bonne idée… » J’essayais de trouver des solutions afin qu’elle se détache plus facilement de l’idée de revoir un jour ses géniteurs. « Pour ce qui est de cette sensation que tu as d’être une meurtrière incontrôlable, ne t’inquiètes pas. Tu peux apprendre à te contrôler en cultivant les côtés humains de ta personnalité. »

Avant de lui proposer mon aide, je décidai tout de même de revenir sur son histoire atypique. « Je dois te l’avouer jeune fille, ton histoire m’a surprise. Tu dois certainement être la seule humaine à avoir jamais été rescapée d’un de leur repas ‘spécial touriste’. Cela m’étonne qu’aucun garde ne t’ait remarquée. Dis-toi simplement que tu as eu une chance inouïe et que tu devrais te sentir bénie. Surtout, il ne faut pas ébruiter cette histoire, tu m’entends ? » Je ne pensais en effet pas que propager cette petite histoire lui attirerait du bien de la part du clan italien. Mais ce n’était que mon avis. Je me mis à repenser à la pauvre qui depuis deux jours, errait tel un chien affamé, tuant des dizaines d’humains et ne s’était pas changé une seule fois, n’avait pas pu rentrer chez elle. Comment aurait-elle pu se sentir ne serait-ce qu’un peu humaine. J’avais une idée pour elle. « Tu veux pouvoir te sentir à nouveau humaine ? Que dirais-tu d’un bon bain ? Je ne pense pas qu’errer plus longtemps dans les rues avec des vêtements de trois jours soit la meilleure solution pour toi. Je vais t’emmener dans l’endroit où j’habite et tu pourras te faire une toilette et tu n’auras pas à te préoccuper des humains. Si jamais nous en croisons un, je t’empêcherai de le tuer. D’accord ? » , lui dis-je, un sourire bienveillant plaqué sur mon visage.

Je n’attendis pas sa réponse et m’élançais déjà vers le Nord.  Je savais qu’elle me suivrait. « Au fait, c’est quoi ton nom à toi ? » , lui demandais-je alors que nous avancions à toute allure.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Stars can't shine without darkness
"And I never know quite what to say when you're upset, and it tears me apart that I can't always help you. Just know that I'm always here for you and if you ever fall, I'll be here to catch you, and if you ever feel lonely at four in the morning, I'll be here to talk to you. Know that I'm aware of all your pain, and all the sadness you have, and that I'm willing to help you carry it. Just know that I love you, and that it rips my heart apart to know you're not happy all the time."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Anna C. Dacian
の ANGEL OR DEVIL? の
avatar
» MESSAGES : 1125
» WHERE ARE YOU ? : Russia/Antarctica
» POWER : pyrokinesis
» RPG AGE : 19 years old in real and 18 in appearance
» JOB : Student and saleswoman
» WHO ? : Nina Dobrev
» MULTI COMPTES : Destiny Andrews

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Vampire
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: [Terminé] This is not my house anymore... (PV Yelena Vasilova)   Sam 7 Sep - 15:23

« Je me prénomme Yelena »

« Yelena? Très joli prénom, pas du tout américain... » dis-je avec un sourire amical.

J'étais complètement sincère: son prénom est magnifique et lui va très bien. C'est pas le prénom classique que tout le monde a... Par exemple, moi, mes parents n'étaient vraiment pas originaux.

« Tu as raison, je ne veux pas qu'ils meurent à cause de moi. Je m'en voudrais toute ma vie. Surtout qu'elle sera sûrement très longue... Et je vais suivre ton conseil, je vais l'écrire, cette lettre. » murmurai-je, désemparée de devoir les abandonnés. Ils étaient quasiment toute ma vie! C'était eux qui me soutenaient quand j'étais mal, eux qui me faisaient toujours rire. Ils n'étaient pas que des parents, ils étaient aussi mes confidents, mes amis... Je ne sais pas comment je vais vivre sans eux. Le pire, c'est de ne plus pouvoir leur dire au revoir en face.

Yelena me dit ensuite que je peux apprendre à retenir mes pulsions meurtrières.

« C'est vrai? »

Une étincelle d'espoir apparut dans mes yeux. Je peux peut-être ne plus être une meurtrière. Ou du moins, ne plus être une meurtrière de masse, car je devrais quand même tuer pour me nourrir.

« Mais, je ne suis pas sûre d'y arriver... » rajoutai-je, l'étincelle disparaissant de mes yeux.

« C'est parce que, j'ai repris conscience pendant ma transformation. Bizarre, hein? J'ai donc eu le temps de me trainer dans un coin sombre du couloir avant de reperdre connaissance. Mais malgré çà, j'ai réussi à retenir mes cris de douleur... J'avais l'habitude. » Non, non, non! C'est pas sorti de ma bouche, ça? Je ne peux pas l'avoir dit, ça a toujours été mon secret, et je le révèle à une inconnue! Elle va sûrement me regarder différemment, comme une pauvre petite fille, et je ne veux pas ça. J'ai toujours été forte, je ne veux pas que mes secrets se dévoilent. C'est pour ça que ça s'appelle des secrets après tout.

Heureusement, Yelena changea de sujet. Je ne répondis qu'une seule chose à mon interlocutrice, mais elle était déjà partie. Je courrai après elle, et lui dis:

« Merci »

Elle me demanda mon prénom.

« Maria. Je m'appelle Maria »

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://athousandyears.forumgratuit.org/t284-maria-anna-cooper-fo
Yelena Vasilova
❝ I'M THE NICE KILLER
avatar
» MESSAGES : 710
» WHERE ARE YOU ? : Russia
» POWER : Probabilité accelérée
» RPG AGE : 2500 ans.
» JOB : Tueuse à gage.
» WHO ? : Mila Kunis
» MULTI COMPTES : Athenodora Volturi & Tanaissa Rossi
“Whatever you do will be insignificant, but it is very important that you do it.” ― Mahatma Gandhi

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Vampire
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: [Terminé] This is not my house anymore... (PV Yelena Vasilova)   Lun 9 Sep - 19:02

Lorsque je lui appris que je me prénommais Yelena, la jeune fille me dit qu’elle trouvait ce prénom très joli. Elle précisa qu’il ne faisait pas du tout américain. « En effet, il s’agit d’un prénom russe très ancien. » , lui appris-je. J’étais très attachée à mon prénom. Il représentait presque entièrement mon identité. Il était l’un des seuls éléments de moi qui me ramenaient à a famille qui l‘avait mis au monde. Ils ne m’avaient donné ni nom de famille, ni grand nombre d’objets personnels lorsque j’étais partie mais ce prénom, ils l’avaient choisi méticuleusement. Quoique techniquement, il n’avait rien de bien original. Il ne s’agissait en réalité que de la version russe du prénom Helena. Mais tout de même, j’y accordais de l’importance.

La jeune nouvelle-née se montra ouverte à ma proposition d’écrire une lettre à ses chers géniteurs. Cela me soulagea grandement. Elle me dit qu’elle allait l’écrire mais ni l’instant ni le lieu n’était approprié. Elle l’écrirait tranquillement une fois arrivée en Russie. De plus, ce n’était pas le genre de lettre que l’on écrivait à la va-vite. Elle devrait s’appliquer sur les derniers mots qu’elle n’adresserait jamais à ses parents. Lorsque je lui expliquai qu’elle pouvait apprendre à contrôler ses pulsions meurtrières, elle sembla s’illuminer. Et pourtant,  elle semblait toujours légèrement sceptique face à cette nouvelle information. Elle doutait de ne pouvoir y arriver. Evidemment, elle n’y parviendrait pas de sitôt. Mais d’ici un an ou deux, elle pourrait se contrôler bien plus qu’aujourd’hui. A condition qu’elle y mette un tant soit peu du sien, il en va de soi. Lorsque je m’étonnai de son histoire, elle m’expliqua qu’elle avait su se cacher durant sa transformation. Tout cela me paraissait un peu étrange, mais je ne remis pas en question ses dires. Son histoire était réellement inouïe. Elle laissa échapper une information sur elle-même que, je le remarquai quelques secondes plus tard, elle aurait préféré garder pour elle. Elle avait l’habitude de retenir ses cris de douleurs ? S’agissait-il d’une enfant battue ? D’une adolescente violée ? D’une habituée à la mutilation ? « Hmm… » , laissai-je simplement échapper de mes lèvres fermées.

Je ne désirais pas lui poser des questions qui la mettraient dans l’embarras. Les risques étaient toujours grands qu’elle se mette sur la défensive et décide de ne pas me suivre si jamais je faisais une intrusion trop grande dans sa zone de confort. De plus, j’espérais fortement qu’elle resterait quelques temps avec moi et mon clan. C’était ce qui était le mieux pour elle si elle désirait apprendre à se contrôler. J’aurais tout le temps d’en apprendre plus sur elle et sur son passé. J’avais décidé de l’emmener dans mon palais en Russie plutôt que dans mon appartement de Chicago. En effet, ce dernier était entouré de toutes parts d’appartements habités par des êtres humains, ce qui ne serait pas l’idéal pour elle. Je ne souhaitais évidemment pas un carnage dans l’immeuble que j’habitais depuis six ans avec ma douce et bien aimée. Ma douce et bien aimée à qui j’envoyais un message sans plus attendre. Je lui écrivis simplement qu’elle devrait me rejoindre dans notre demeure européenne. Ma jeune interlocutrice ne mit qu’une ou deux secondes à me rejoindre, ayant d’abord été retardée par l’effet de surprise. Elle murmura un simple ‘Merci’ en guise de réponse au monologue que je venais de lui servir.  Je l’aurais imaginée plus bavarde. Je lui présentai un sourire et continuai dans ma lancée. Lorsque je lui demandai enfin son prénom, elle me répondit qu’elle se prénommait Maria. « Très joli prénom » , lui dis-je. « Un classique » .  Des filles appelées Maria, ce n’était pas ce qui manquait sur cette planète. Ça avait pour avantage que je n’aurais pas de mal à le retenir. Les humains choisissaient des noms tellement farfelus pour leur progéniture ces derniers temps. Ceux-ci n’avaient plus aucune signification. Yelena par exemple signifiait ‘éclat de soleil’.

Nous courûmes durant presque une heure afin d’arriver à la frontière des États-Unis.  Durant ce temps, je ne pouvais décidément pas ne pas lui parler. Je décidai de lui expliquer un peu de quelle manière elle pourrait contrôler sa soif. « Pour ce qui est de ta soif de sang, Maria, tu ne dois pas espérer de miracle. Oui, tu arriveras un jour à contrôler entièrement tes pulsions meurtrières, mais ce jour n’est ni demain, ni dans un mois. Regarde-moi, dis-toi bien que j’ai plus de deux mille ans. Il te faudra beaucoup de volonté et il te faudra prendre sur toi-même. La meilleure façon d’apprendre à te contrôler vis-à-vis des humains est bien entendu de ne goûter à aucun d’eux. » Je marquai une pause, afin qu’elle prenne bien conscience de mes paroles. « Il existe des vampires qui n’ont jamais goûté une seule goutte de sang humain. » A cet instant-là, je pense bien qu'elle était sur le point d'abandonner l'idée de se contrôler. « Il faut simplement apprendre à apprécier les humains et réfléchir à sa vie que tu écourtes en le mordant. Pense à tes parents qui vivent désormais en ne sachant ce que tu es devenue » . Tout cela était bien piètre conseil, pensais-je. Le contrôle venait avec l'expérience.

Pour nous rendre en Russie, j'avais d'abord pensé à nager, purement et simplement. Mais tout bien réfléchi, je tenais à ce téléphone portable. Ainsi qu'a qu'à mes vêtements. Je ne tenais pas à débarquer sur le sol de Russie trempée de la tête aux pieds, quand bien même cela n'affecterait pas ma santé. Bientôt nous arrivions à un port, sur la côte est des États-Unis. Nous avions le choix : une simple barque en bois, un petit canoë électrique ou encore un petit yacht. Les trois nous mèneraient à destination dans le même laps de temps. En effet, si je me mettais à ramer, la barque avancerait à une vitesse folle. Oui, la barque ferait l'affaire. « Allons-y jeune fille ! » , lui dis-je d'un air enjoué. « Nous allons ramer jusqu'en Russie. Nous y serons dans une heure ou deux. » Oui, je venais de lui révéler notre destination. La jeune femme allait vite être étonnée de l'étendue de sa force.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Stars can't shine without darkness
"And I never know quite what to say when you're upset, and it tears me apart that I can't always help you. Just know that I'm always here for you and if you ever fall, I'll be here to catch you, and if you ever feel lonely at four in the morning, I'll be here to talk to you. Know that I'm aware of all your pain, and all the sadness you have, and that I'm willing to help you carry it. Just know that I love you, and that it rips my heart apart to know you're not happy all the time."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Anna C. Dacian
の ANGEL OR DEVIL? の
avatar
» MESSAGES : 1125
» WHERE ARE YOU ? : Russia/Antarctica
» POWER : pyrokinesis
» RPG AGE : 19 years old in real and 18 in appearance
» JOB : Student and saleswoman
» WHO ? : Nina Dobrev
» MULTI COMPTES : Destiny Andrews

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Vampire
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: [Terminé] This is not my house anymore... (PV Yelena Vasilova)   Jeu 12 Sep - 16:59

Son prénom est donc russe. Je ne suis jamais allée en Russie... Je n'ai jamais quitté ma petite ville à part pour l'Italie. Mes parents ne voulaient pas me payer un voyage autre-part qu'aux Etats-Unis pendant de nombreuses années, de peur qu'on se crache et qu'on arrive sur une île déserte. Ils étaient fans de "Lost".

Ensuite, quand j'eus fini de raconter mon histoire, ce que d'ailleurs je regrettais amèrement à cause de la fin, elle eut l'air très intriguée, sûrement à cause du fait que je ne peux pas m'arrêter de parler. Raah, si seulement je pouvais changer ce détail de ma personnalité. J'en dis toujours, TOUJOURS, trop. Mais elle ne laissai qu'un seul son sortir de sa bouche. Je lui envoyai inconsciemment un regard de remerciement.

« Très joli prénom. Un classique. »
« Ca pour être classique, il l'est. Il existe depuis l'an 0, peut-être même avant. Mes parents n'ont pas été super originaux sur ce coup-ci. Mais bon, je  ne vais pas me plaindre, car maintenant on appelle nos enfants n'importe comment. J'avais un ami quand j'étais plus petite, il s'appelait Joshtin. Je le plaignais, le pauvre, et je vais m'arrêter de parler car je raconte une nouvelle fois ma vie. Désolé, ça fait partie de moi, je peux être une vraie pipelette parfois... »

Je la suivais en courant, sans vraiment savoir où elle voulait aller. Je ne faisais QUE la suivre. En seulement une heure, nous arrivâmes à la côte. Mais pas la côte ouest des Etats-Unis, mais la côte est. On a traversé la to-ta-li-té des Etats-Unis en seulement une heure. En courant. Wow. Hey, vous vous rendez compte, on va plus vite qu'un avion! Je ne me suis même pas rendu compte qu'on allait aussi vite, et je ne suis même pas essoufflée!

Bon, revenons quelques minutes en arrière. Yelena m'a expliqué en chemin comment je devais faire pour me contrôler et elle m'a dit qu'il y avait un clan de vampires qui ne buvait pas de sang humain. Comment est-ce possible?

« Hum, héhé, je veux bien boire beaucoup moins de sang humain et tuer beaucoup moins, mais ça, je ne pourrais jamais y arriver! S'il te plait, me fais pas ça! »

Alors, à présent, repartons quelques minutes après, à notre arrivée sur la côte est.

Nous arrivions à un port. Au début, je ne fis attention qu'aux bateaux, juste magnifiques, puis je vis un marin. Jugulaire, sang, coeur, jugulaire, sang coeur, j'ai faim, il a l'air trop appétissant, sang, sang, sang...

En gros, je ne pensai qu'à ça. Je m'empêchai littéralement de respirer. Il ne faut pas que je fasse une connerie que je pourrais regretter très vite! Yelena dut voir le malaise sur mon visage, mais ne dit rien.

Nous continuâmes à marcher le long du port, quand Yelena s'arrêta devant... Une barque. Sérieux?! Qu'est-ce qu'on peut bien faire avec cette barque?!

« Allons-y jeune fille! Nous allons ramer jusqu'en Russie. Nous y serons dans une heure ou deux. »

Chouette on va en Russie! Attendez! Une petite minute... RAMER! Elle veut qu'on rame sur PLUS DE 4 000KM! Mais elle est complètement tarée!

Evidemment, j'exprimai ma pensée:

« TU VEUX QU'ON RAME SUR PLUS DE 4 000 KM? MAIS TU ES COMPLETEMENT TAREE! »

Malgré tout, elle est bien plus forte que moi, alors je préférai monter dans la barque toute seule que de force. Nous nous mîmes à ramer, avec une once d'appréhension pour moi. On va se perdre en plein milieu de l'Océan Atlantique, je ne vais plus jamais voir la civilisation, on va mourir. Telles étaient mes pensées.

Malgré tout, je continuai à ramer.


Suite du RP une fois en Russie: Ici

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://athousandyears.forumgratuit.org/t284-maria-anna-cooper-fo
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Terminé] This is not my house anymore... (PV Yelena Vasilova)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Terminé] This is not my house anymore... (PV Yelena Vasilova)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ki manti sa -a ???- Rapport de Freedom House /sujet fusionne
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Young Haitian MD named White House fellow
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⚔ A THOUSAND YEARS ― TWILIGHT RPG ⚔ :: 


— (HJ) WHEN YOU'RE JUST A BEGINNER YOU HAVE TO DO A LOT OF STUFF;
 :: ⚔ THERE IS NO HOPE HERE ⚔ :: † Saison 2 † :: Topics terminés
-