AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Venez vous inscrire à l'event ICI. Vous pouvez aussi laisser un gentil mot sur notre fiche PRD ICI et n'oubliez pas de voter les amours !

Partagez | 
 

 L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Lun 21 Oct - 22:05


Le soleil se léve doucement à l'horizon, dans un ciel gris et menaçant sur l'école où j'ai eu la bonne idée de m'incrire comme élève  libres. Vus que ça fait 145 ans que j'ai une apparence d'un garçon de 17. Pourquoi je m'étais incrit? Ah oui,  pour éviter qu'on m'en merde. Mais bon, j'ai quand même  trouver deux trois cours qui pouvait être interessant, donc un sur ma langue natale.
C'est mon premier jour de cours, et dès mes premiers pas dans le bayu, que je n'en avais déjà marre,ça pue la merde dans tout les sens du terme. Heureusement que j'ai été chassé avant de venir, car sinon j'aurai fait un véritable carnage.
J'arrive dans la classe où se donne la premier cours de la journée. C'est un cours de Japonais qui malheureusement n'est pas donné par une Japonnaise.
Dès le début du cours, elle me demande de présenter au reste de la classe. Je pousse un soupire, c'est le genre de chose que je n'aime pas faire.  D'une voix légère  et agréable à attendre

-こんにちは、私の名前は 緋村 剣心 です、私は東京の州について生まれつきです、そして私は出来て17年、あなたに会ってうれしいです.私は最近になってやっとフォークに到着しました.(Bonjour, Je m'appelle Kenshin Himura,je suis originaire de la province de Tokyo et j'ai 17 ans, enchanté de faire votre connaissance. Je suis arrivé que récemment à Forks


Dans un japonais inpécable. J'avais été lentement, sachant que la plus part des éléves étaient dés débutants.Je m'assois mais la prof me demande de présenté encore plus, en même tant, j'entend une fille murmuré " Tien un jaune qui fait sa tapette."
Je serre légèrement le poing, heureusement pour elle que je n'ai pas mon sabre avec moi car sinon je crois qu'elle le sentirai la pointe dans un endroit bien précis de son anatomie. Sans rien montré, ce qui pour moi, un jeu d'enfant,  je me léve et je continue d'une même voix :

- 私のレジャー活動はそうです:読むこと、芸術ハンマー、 bladedな武器の製造と日本の 鎧 と大きいスペース。(Mes loisirs sont : la lecture, les arts marteaux, la fabrication d'arme blanche et des armures japonaises et les grands espaces.)

Je me rassiers,la prof demande si tout le monde a compris car cette fois ci, j'avais parler à une vitesse normale pour ceux qui maitrise parfaitement la langue, et en plus, je m'étais exprimer dans un dialècte de campagne.
Tout en regardant d'une manière ironique la fille qui avait cette réflexion, je termine d'une voix légère et agréable à entendre mais où on pouvait sentir une légère pointe ironie :

- 私は私が(すでに)性的な喜びのマニアと低能者のクラスに落ちていたことを知りませんでした....(Je ne savais pas que j'étais tombé dans une classe d’obsédé de  plaisir sexuel et d'imbéciles....)

La prof me fit une remarque mais je m'en fiche comme ma première chemise, il avait de la chance qu'être encore vivant. Car du temps où j'étais Battosai, c'était un signe avant coureur que pour signaler que le sang n'allait pas tardé à couler. Franchement, ils avaient vraiment de la chance là.
Le reste du cours se passe sans trop de probléme, même si la fille en question continua à me chercher.


Le cours suivant était un cours de gym où on s'entraina à une discipline que j'aime assez bien, le tir à l'arc. Je les laisse faire, puisque d'après ce que j'ai compris, ce n'est pas leur premier cours sur cette discipline, le prof espèrait de monté une équipe d'archer.
Au bout d'un certain temps, le prof s'approche de moi et  me demande de lui montrer ce que je sais faire, tout me tendant un arc.
Je prends l'arc et  je lui montre ce que je sais faire. Je fais bien attention à ne pas utilisé ma véritable force mais bon, je n'en ai pas vraiment besoin dans le cas présent. Vus que l'arc est une disipline dans la quel, j'ai été entrainé durant quelques semaines avant de devenir un assassin pour les Patriotes.  Et depuis que je suis devenu vampire, j'ai largement eu le temps de m'entrainer.
Sans même  regarder la cible, je commence à tirer, plusieurs fléches d'affiler qui vont toutes au centre.
Quand la dernière fléche atteint sa cible, la cloche sonne la pause de midi et avant même qu'on me dise quoi que ce soit, je suis déjà hors de la salle de gym et je me dirigige vers la cours afin de pouvoir respirer autre chose que cette d'odeur de merde.......



Dernière édition par Kenshin Himura le Dim 27 Oct - 12:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ruby H. Willow
❝ Never failure always lesson ❞
avatar
» MESSAGES : 318
» WHERE ARE YOU ? : Forks, again.
» POWER : Moon's Child - Speed / strength / suppleness
» RPG AGE : 18 years old.
» JOB : Back at school bitches!
» WHO ? : Sasha pieterse
» MULTI COMPTES : Lisa-Vik-Kyle
Perfect

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Enfant de la Lune
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Mar 22 Oct - 10:24






Ruby referme calmement la porte de son casier. Un nouveau est arrivé. Même deux, mais la fille, elle s’en occupera plus tard, non, elle ne va pas lui faire de mal, elle va juste s’assurée qu’elle restera a sa place, donc en dessous de Ruby. De toute façon, ils sont tous en dessous de Ruby. Et elle s’en assure chaque matin en rentrant dans le collège, elle veut que les gens se poussent sur son passage. Elle est comme un ange, mais tout le monde sait que même gentille et souriante, il ne faut pas espérer dépasser la jeune fille, elle n’aime, mais alors pas du tout ça. Elle est la reine de l’école, celle qui la gère, pas d’une façon tout a fait officielle, mais tout le monde la sait, et ceux qui ne respectent pas ca , vont avoir un petit problème avec elle. Un tout petit. Tout ce qu’il y a a savoir, c’est que ca se termine toujours avec un perdant et un gagnant, et elle est toujours gagnante.


« C’est une bonne journée qui s’annonce les filles, un nouveau, c’est toujours une bonne surprise. »


Mia prends alors la parole, comme si elle voulait être arrogante, ce qui se termine plutôt comme une grimace :


« Tu vas t’en occuper je pari. »



Ruby la regarde, lève la tête puis affiche une mine toujours souriante mais un peu plus sévère.


« Oui. Je vais l’accueillir, mais je vous interdits d’y toucher. »


La règle est claire et fixée, si une déroge a la règle, elle sait qu’elle peut dire au revoir a sa place, du moins temporairement. Elles rentrent dans la classe, Ruby devant tous les autres, comme si elle les dirigeait. Elle aime ca. Jamais elle ne pourra s’en lasser. Elle s’assoit au milieu, elle est souriante, pose ses ongles manucurés sur son cahier rose avec son nom écrit en or dessus et regarde autour d’elle. Elle l’a repéré. Et elle n’aime pas ce qu’elle voit. Vampire. Elle peut le savoir même de loin. Des yeux mal dissimulés derrière… Surement des lentilles, une peau pale et un style très très japonais. Nul doute, lui, il aime trancher la tête des gens avec des sabres.  Ruby like that. Elle affiche un sourire encore plus grand, et le regarde sans aucune gène, Tess le remarque et tout a coup, les quatre autres filles sont dans la même position. Puis elle se détourne et regard la prof, même manège. Quel sentiment agréable.

-こんにちは、私の名前は 緋村 剣心 です、私は東京の州について生まれつきです、そして私は出来て17年、あなたに会ってうれしいです.私は最近になってやっとフォークに到着しました.


Traduction : Bonjour, Je m'appelle Kenshin Himura,je suis originaire de la province de Tokyo et j'ai 17 ans, enchanté de faire votre connaissance. Je suis arrivé que récemment à Forks. Génial, elle est tombé sur un fan de japon. Oh et puis, ca ne peut rendre l’expérience que plus intéressante. Il a parlé lentement et tout le monde semble avoir compris. Mia se tourne vers Avril et lui dit, d’une voix amusée " Tien un jaune qui fait sa tapette. ». Ruby hausse les yeux et se tourne vers elle comme pour lui montrer de fermer sa grande gueule. Elle ne tient en ce moment qu’a un fil de l’énervement, Mia ne respecte pas souvent ses indications, et il est temps de mettre un terme a son effronterie. Le garçons serrent les poings et continu :


- 私のレジャー活動はそうです:読むこと、芸術ハンマー、 bladedな武器の製造と日本の 鎧 と大きいスペース。


(Mes loisirs sont : la lecture, les arts marteaux, la fabrication d'arme blanche et des armures japonaises et les grands espaces), seul Ruby semble avoir comprit, elle parle, sans se vanter, très bien japonais. Contrairement a d’autres. Il a parlé plus vite et elle se penche en avant, comme intéressé par ses paroles. Elle l’est, il faut mieux avoir des informations, si jamais il faut l’éliminer. Oups, déjà qu’elle veut le tuer, alors les paroles d’après ne sont pas les bienvenus :



- 私は私が(すでに)性的な喜びのマニアと低能者のクラスに落ちていたことを知りませんでした....


(Je ne savais pas que j'étais tombé dans une classe d’obsédé de plaisir sexuel et d'imbéciles....)  Cette fois Ruby rit franchement, suivie par les filles, même si elles ne savent visiblement pas pourquoi. La prof le réprimande, mais Ruby le trouve cool. Elle parierait sa vie que si elle le dit à Tess, le lendemain, il sera vraiment cool aux yeux des autres ; ais ne nous avançons pas trop, il faut rester humble. Il a bien regardé Mia, et tant mieux . Quand le cours se termine, Mia va pour rejoindre les filles, mais Ruby la pousse d’un geste de main, et celle ci s’en va, dépitée.


Le cours de gym arrive, et Ruby ne prends même pas la peine de mettre une vraie tenue de sport, elle est classe, comme toujours, de toute façon elle n’a pas besoin de ca pour courir ou être sportive, quand elle tue, ce qui arrive de plus en plus fréquemment en humaine, elle tue sur des louboutins. C’est ca , la classe, même si parfois ca lui fait un fardeau , c’est d’autant plus drôle. Les challenges, elle adore. Le professeur s’approche d’elle :


« Tu tir a l’arc Ruby, ou essaie le lancé de couteau. »


Elle prends une voix mielleuse et un sourire innocent :


« Je suis pacifiste monsieur, contre les armes. »


Je préfère les déchiquetés avec ms dents. Elle ne rigole pas, c’est bien ce qu’elle préfère, et pendant que les filles tente de tirer a l’arc, elle observe. Le nouveau, le prof s’approche et lui demande de tirer. Il s’empare de l’arc, et sans viser atteint aisément sa cible. De pire en pire, un vampire tueur et mystérieux. Et bientôt mort, si il continue, chaque menace dot être éradiquée, voila une des neuf règles du maitre. Ou plutôt de son psychologue, celui quoi lui a tout appris. Mais ne nous égarons pas, il faut savoir rendre a césar ce qui est a césar, voilà tout. La cloche sonne et tout le monde part, Ruby fait signe aux filles qu’elles les rejoindas plus tard. Oh et puis mince, quand tout le monde est parti, elle s’empare d’un couteau et d’un coup sec, le lance au coeur de la cible. Facile, elle s’entraine tout les jours. Pourquoi, simplement parce qu’elle aime cette sensation de victoire. Elle n’est pas folle, elle aime tout diriger, et notamment décider quand quelqu’un meurt ou vit. Elle sort calmement de la salle, se change et revient dans la cours, elle ne rejoint pas les filles. Elle se dirige vers le nouveau. Elle se place derrière lui, avec tellement de calme et de discrétion que même l’oreille la plus fine n’aurait put la repérer, même le meilleur vampire, elle est entrainée pour ca. Ce n’est pas non plus une x-men, mais disons qu’elle sais quand elle doit tuée sans être vue , elle sait comment ne pas se faire repérer. Une des neuf règles, surestime ton ennemi, et fais toi sous estimé de lui.


"そして私、どのカテゴリーですか。 取りつかれた、あるいは愚かな。" (Et moi quelle catégorie. Obsédé ou imbécile. )


Elle ne s’embête pas a parler japonais en dehors de la classe habituellement , mais comme il parle japonais, c'est un bon moyen d'étaler sa culture. Son japonais est un peu haché mais compréhensible. Elle le comprends mieux qu'elle le parle de règle générale. Puis elle reparle en anglais* et prends un air indignée :


« Mais ou sont mes manières, je suis Ruby Honey Willow. Bienvenue »


Elle lui sert la main, elle se fiche de si il le veut ou pas, elle le fait simplement. Puis elle continue, comme pour lui montrer qu’elle gère le problème :


« Excuse Mia de son comportement, la pauvre est trop bête pour son bien. Mais elle ne recommencera pas. »


A l’autre bout de la court, une Mia en pleure de s’être faite rejetée d’une façon aussi désintéressée , d’un simple signe de main, est effondré , entourée par quelques gens sans le moindre intérêt. Voilà, elle peut passer pour une fille horrible. Mais pour elle, c’est tout simplement ca, l’essence du génie. Ciel, que ca lui a fait un bien fou de jeter un couteau, il faudrait qu’elle le fasse plus souvent.



-----------------------
*: La en francais ;)






. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Life is unfair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Mar 22 Oct - 18:05


Apparemment je ne suis pas le seul à me diriger vers la sortie, puis que je sens que présence dans mon dos. Quel imbécile,  croire qu'on peut me suivre, aussi facilement sans que je m'en rends compte. Depuis le début de mon emprentissage aux manimant des techniques de l'Ecole Hiten Mitsurugi, Seijuro m'avait entrainé à être attentif au moindre mouvement, le moindre murmure. Combien de coup de bâton, j'avais reçu pour ne l'avoir pas entends s'approcher. J'avais continué après la mort de Tomoé.
Je pousse un soupire mais je fais celui qui ne s'est pas rendu compte, je ne laisse rien parraitre,  de toute mamière, je n'ai jamais été très expressifs.
J'arrive enfin dans la cours et je me dirige vers le fond de la cours, espèrant être un peu tranquille.
Malheureusement quelques minutes plus tard, j'entends une voix fiminine  me demandant  dans quel catégorie je la metterai dans un japonais presque inpécable.
Je me retourne  tranquillement et je fais face à la fille qui m'a parlé.



J'attends quelques dizaines de seconde avant réponde d'une voix agréable et douce à entendre mais on pouvait sentire une légère poinde d'ironie :

- ラザーは考え込みました、しかしセックスではなく他のもの。 ノーが私があなたを指定するとはそうする必要がある特に何ですか. ( Plutôt obsédé mais pas sexe mais d'autres choses. Pas besoin que je vous précise quoi en particulier.)

Tout en lui souriant d'une façon ironique. Je n'ai mis quelque seconde  pour savoir qu'elle n'est pas humaine  mais pas non plus vampire mais bon, je m'en fout, de toute façon. Tant qu'elle ne me fout pas en colère et qu'elle me laisse tranquille.
Au bout de quelques secondes, elle se décida de se présenter et elle m'assura que l'autre connase ne recommencera pas.
A ce que j'ai pu observer depuis mon entré dans la classe, que c'est cette dénomé Ruby qui rêgne en maitresse dans l'école. Ce n'est pas vraiment un problème sauf si elle veut me mettre au pas et alors là, il y aura un probléme car je ne suis pas du genre à me soumettre à qui que soit.
Une légère brise se leva et m'apporta plein  d'odeur, nottament de sang, ce qui était plus ou moins normale, puisque je suis entouré de proie potentiel. Mais l'odeur de sang qui venait de la blonde,  n'est pas celui de son odeur, mais celui d'un autre humain. Apparemment, je ne suis pas le seul à me nourrir de sang...
Je tourne légèrement la tête de côté quand elle me tendit sa main. Je reste immobile, car c'est quelque chose que j'évite le plus possible, à cause de la température de mon corps. Ce n'aurait été pas un probléme ici, car je suis persuadé qu'elle sait que je ne suis pas humain mais c'est plus  tôt à cause de mon don, que j'évite le contact phisyque.
Tout en la regardant d'un air amusé, je répond simplement

- Mais j'en suis pusiadé

Je m'amuse en voyant qu'elle n'avait pas vraiment compris que j'ai bien l'attention que cette pinpéche ne m'embêtra plus.
En même temps, je vois la connase en question, de l'autre côté de la cours, en pleure.
Je mes ma main droite dans ma poche et j'en ressord une fine aiguille d'accuponture et je fais une légèrement mouvement du poignet, trop rapide pour  que l'oeil humain puisse voir le mouvement mais quelques centièmes de seconde plus tard, la pétase, se laissa tomber au sol, tout en hurlant et  se tena la jambe gauche  qui semblait s'être bloqué. En effet, l'aiguille que j'avais lancé, s'était planté un point bien préci en accuponture, qui, s'il est mal piqué, peut entrainer un blocage dans toute la jambe, tout en consant une attroce douleur. Mais malheureusement celle ci ne dure qu'une dizaine de minutes.
Je regarde la dénomé Ruby avec un très léger sourir sadique.



Dernière édition par Kenshin Himura le Dim 27 Oct - 12:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ruby H. Willow
❝ Never failure always lesson ❞
avatar
» MESSAGES : 318
» WHERE ARE YOU ? : Forks, again.
» POWER : Moon's Child - Speed / strength / suppleness
» RPG AGE : 18 years old.
» JOB : Back at school bitches!
» WHO ? : Sasha pieterse
» MULTI COMPTES : Lisa-Vik-Kyle
Perfect

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Enfant de la Lune
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Mar 22 Oct - 19:19








Il sait. Il sait qu’elle n’est pas humaine. Mais il ne peut pas savoir que c’est un loup garou. Pour tous, les loups garous sont des légendes sans le moindre intérêt, éradiqués depuis longtemps. Il ne peut pas savoir, d’une autre part, même si ils ne se nourrissent pas de sang humains, les loups garous en avalent souvent, comme ils sont très sauvage, manger ses victimes est courant, cependant on ils n’ont pas une odeur de chien mouillé comme les autres, on peut dire qu’on sent qu’ils sont anormales, sans pour autant savoir ce qu’ils sont.

- Mais j'en suis persuadé

Il sort quelque chose de sa poche et Ruby sert les poings, va-t-il l’attaquer. Il ne semble pas, il la fait tournée et à cet instant, elle peut savoir ce qu’il va faire, elle tourne la tête vers Mia. Celle-ci se reçoit l’aiguille dans la jambe. Acuponcture, pas mal, elle est plus, vieille école elle, typiquement américaine par contre. Elle prend un mou faussement indigné.

« Mais euh ! Mon jouet ! »

Elle lui renvoi alors on sourire sadique et continue, plus amusée :

« Pas mal, regarde ça. »

Elle va lui montrer ce qu’elle aime, elle, et ce qu’elle aime, c’est la réaction en chaine, merveilleux non ? Elle se tourne vers une pile de vieux déchets, elle prend sur le muret à sa droite une petite pierre, la fait tournée sur son doigt puis la lance un peu plus loin, tout doit être calculer, elle observe les gens dans la cour, puis repère sa proie, pauvre garçon, elle a exactement dix secondes : elle bouge un plateau au sol avec son pied, le soulevé toujours avec son pied, et attend sagement.

« Trois deux... un. »

Elle lance le plateau, le gars passe et trébuche dessus, se prenant la pierre dans le bras, juste assez, sur la face pointue, comme calculé, un léger filet de sang coule le long de son bras. Leger et foncé, elle penche la tête sur le côté et sourit, quand le mec tourne la tête vers elle, elle bat des cils, il rougit, lui fait signe de son bras blessé et s’éloigne, à moitié chancelant. Elle ne sait pas si Kenshim a un problème avec le sang, si il est végétarien ou pas, et si il va sauter sur le jeune homme pour le manger, et elle s’en fiche pas mal. Elle s’approche un peu mais ça ne se repaire pas, même si lui, il sembla bien entrainé. Elle aussi, qu’il essaie de l’attaquer, il verra bien. Elle avait, une prémonition sans doute, mis des vêtements stretch. Oui, elle a l’air ridicule, mais à la fin elle ne finit pas nue. Un coup de pattes et il est à terre. Contrairement aux loups traditionnels, elle n’était pas nue à la fin, elle gardait toujours un short et un  haut a bretelle  sous ses vêtement généralement, mais là c’était les vêtements stretchs. Super pratique, et incassable. Eh oui, ça changeais des petites barbie a noël, quand elle demandait des vêtements pour être aisée a tuée. Remarquez, elle avait toujours deux ou trois vêtement enterrés dans la forêt.

-Tu es un buveur de sang. J’adore ta technique.

Elle eut un rictus en regardant le jeune homme se faire soigner pus se tourna à nouveau vers le rouge :

« J’aurais bien aimée me montrer sous mon vrai jour mais... Les lois l’interdisent. »

Se faire remarquer était déconseillé quand vous étiez chassés et traqués comme des bêtes.







. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Life is unfair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Mer 23 Oct - 21:02


Un très léger sourire se dessine aux coins de mes lèvres quand elle me fait le coup de la petite fille capriseuse quand elle sen rendit compte que je m'amuse avec sa copine. Elle pense vraiment qu'elle va m'avoir? Apparemment, elle n'y crois puisque deux trois minutes plus tard, elle me demande de regarder ce qu'elle va faire.
Je regarde avec amusement. Elle arrive à faire trébucher un jeune homme à quelque  mètre qui se trouve à plusieurs mètres de nous.

Un très léger filet de sang commena à couler doucement de la blessure qu'il s'était fait en  tombant.
Apparemment la dénommé Ruby s'en fiche pas mal de ma réaction. Mais bon,  heureusement pour moi, le sang humain n'a jamais eu beaucoup d'effet. Depuis que je m'étais nourrir involotairement de Tomoé, le sang humain n'a plus eu d'effet et j'appris facilement à me contenté de sang animal la plus grande partie du temps mais  quand j'ai des moments de folie,  et seulement  à ces moments là, je me nourrir de sang humain.  
Sans vraiment m'en rendre compte, je passe légèrement sur ma joue  gauche, là où il aurait dû se trouver la cicatrice que m'avait fait Tomoé. Mais  que ma transformation en vampire, avait fait disparaitre. C'est une sorte d'habitude que j'ai prise au fil des années, à chaque que je pense à elle. Je ne sais pas si on peut appeler ça un toc mais de toute manière, personne ne sait vraiment la significcation, enfin qu'il soit encore en vie.
Au bout de quelques minutes, la jeune fille me confirma qu'elle connait ma véritable nature et qu'elle aime bien ma technique.




Je souris d'une manière ironique, elle pense vraiment que je lui montrais ma technique? Si seulement elle savait quelle sont les techniques, elle ne sourirait pas comme ça, car en plus des techniques que j'avais hérité de Seijiro et des techniques d'art marciaux que j'avais appris durant mes années d'errances, j'avais dévoleppé mes propres techniques, nottament de torture. Je dois avoué que mon côté sombre aime parculier s'amuser avec ses proies, surtout quand celle ci sont ligoter très sévèrement,et sans défense.
Elle aurait bien aimé montré sa véritable nature mais les loies l'interdit.
Je la regarde d'un air légèrement étonné, de quel lois, elle parle? Je ne mis qu'un millième de seconde  pour avoir la réponse. Elle parle sûrement de ces lois à la con  que les " grands seigneurs" de notre race avaient dicté?
Je pousse un soupir, j'ai toujours suivit  mon instint et ce n'est pas parce qu'on m'avait transformer que j'allais céssé d'être mon propore maitre.
D'une voix douce et agréable mais avec une pointe d'ironie :

- Tien, je pensais plutôt que tu n'étais pas de genre d'être à avoir un chef et à obeir.

Je fais craquer mes os de mes mains avant de continue :

- Sache que tu n'a rien à crainte de ma part, du moment que tu me laisse tranquille et que tu ne viens pas me faire chié.

J'espère qu'elle a compris ce que je veux dire, je m'en fout complêtement ce qu'elle est et même si on est suposé être ennemi, tant qu'elle ne tente rien contre moi, le reste, je m'en fout.
Soudain la sonnerie  sonne la reprise des cours.  Je ramasse mon sac et je rejoind tranquillement les éléves de ma classe pour les deux dernières heures de gym.
Arriver sur place, j'apprends que pour les deux dernière heure, on va fait un match de foot.
Je regarde le prof, espèrant qu'il rigole. Bah quoi?Même si je suis un garçon, ça n'empêche pas que j'ai horreur du foot et pour tout sport avec une balle. Je trouve ça d'une embécilté sans fond de courir après une balle, j'ai autre chose à faire, de mile fois plus interessant.
Apparemment  il ne semble pas rigoler, et sans dire un mot, je vais m'appuyé contre le mur. Je n'ai nullement l'attention de participé.




Je croise les bras et je ferme légèrement les yeux, tout en restant attentif, alors que le proff me demande de revenir mais je l'ignore complètement.
Quelques instant plus tard, je remarque que la dénommé Ruby venir dans ma direction, je la regarde d'un air amusé, si elle croit parce qu'elle est maitresse de l'école, qu'elle arrivera à ce que je participe? Si c'est le cas, elle est resté un peu trop au soleil.



Dernière édition par Kenshin Himura le Dim 27 Oct - 12:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ruby H. Willow
❝ Never failure always lesson ❞
avatar
» MESSAGES : 318
» WHERE ARE YOU ? : Forks, again.
» POWER : Moon's Child - Speed / strength / suppleness
» RPG AGE : 18 years old.
» JOB : Back at school bitches!
» WHO ? : Sasha pieterse
» MULTI COMPTES : Lisa-Vik-Kyle
Perfect

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Enfant de la Lune
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Jeu 24 Oct - 18:21






Ruby vit qu’il souriait. Ce n’était peut être rien, mais un sourire, c’était le début. Amitié ? Peut être, elle déterrerait bien la part de sadisme en lui, sauf si celle-ci était déjà sortie depuis longtemps. Théorie intéressante qui méritait d’être approfondie, il avait sans doute eu un maitre, oui, il avait sans doute eut une famille un jour. La rumeur voulait qu’il vive seul, avait-il perdu des amis ? Avait-il perdu l’amour ? Son hamster Bubu ? Sans nul doute, il avait perdu quelqu'un.  Elle ne s’en fichait pas. Savoir lire en quelqu'un était primordial. Beaucoup de gens disait qu’elle ne se souciait que d’elle, d’elle et elle. C’était totalement faux. Peut être un peu vrai, en apparence elle semblait imbue d’elle même et ne parlait que d’elle. La première chose était vraie : elle était narcissique au point de se lever le matin en se regardant dans le miroir, s’admirant une trentaine de minutes, mais elle se souciait des autres, pas de n’importe qui, les gens intéressants. Et contrairement aux apparences, son groupe d’amies était plus qu’intéressant. Une meneuse solitaire, bonne a tout faire avec un cœur de pierre cachant de profondes blessures, une fille plus maligne qu’elle n’y parait, une brune très voyeuse et une métisse qui savait exactement retourner les gens vers leurs propres opinions. Voila pourquoi, elle s’entourait des pires garces. Et des meilleures menteuses.

Le sourire du garçon se changea en un sourire ironique quand elle parla, il ne lui avait surement pas tout montré, mais elle en savait bien plus a cet instant la sur lui avec une simple aiguille d’acuponcture qu’il n’en saurait jamais sur elle. Elle ne parlait pas de sa vraie nature, du fait que ce soit une tueuse ou qu’elle soit bipolaire, ce n’était en soi un secret pour personne qu’elle ait des sautes d’humeurs autant que de paires de chaussures. Mais ce qu’elle était. Ou plutôt ce qu’elles étaient. Elle avait appris grâce a son comportement trois points essentiels : 1) Il était solitaire, 2) Avait perdu un être qui lui était cher, 2) Il valait mieux qu’elle l’ait dans ses amis que dans ses ennemis.  Oh ! Elle allait oublier ! Il était parfois sadique et torturait les autres. Comment elle savait tout cela ? Pas dur. Premièrement, son attitude hostile envers les autres prouvait sa solitude, être solitaire voulait dire ne pas s’attacher, soit par plus caractère soit pas peur de s’attacher à nouveau et de perdre quelqu'un, donc on avait perdu un être cher. Dans le cas de Kenshim, c’était plus que probable. Troisièmement, il était de toute évidence puissant et son petit sourire quand elle avait évoqué la technique lui indiquait qu’il ne fallait pas le surestimé. Qua croyez-vous ? Qu’elle avait lancé cela innocemment ? Non. Elle ne voulait pas le flatté. Dernièrement, s’il était si fort, il était forcement sadique. Ne mentez pas, surtout pas a vous-mêmes, tout le monde est sadique, et plus ta force est grande, plus ton sadisme l’est aussi.

Kenshim eut une rection très juste :


- Tien, je pensais plutôt que tu n'étais pas de genre d'être à avoir un chef et à obéir.


Il fit craquer les os de ses mains, arrachant un soupir d’agacement a Ruby  avant de continue :


- Sache que tu n'a rien à crainte de ma part, du moment que tu me laisse tranquille et que tu ne viens pas me faire chié.


Il n’a pas l’air d’être vraiment gêné, et cela la rassure. Ils vont peut-être pouvoir continuer à discuter si la différence ne le dérange pas. Tant mieux, il a l’air intéressant. La cloche sonne et il part, Ruby s’approche de Maya qui tient son sac, avant de lui donner avec toutes les précautions du monde. Elle passe devant Maria qui boite, se retourne vers elle, hausse les sourcils. Automatiquement Mia stoppe son petit manège et marche normalement, suivant calmement mais rapidement Ruby qui traverse le couloir comme en flottant. Puis celle-ci se dirige vers les vestiaires.




Elle se change, sort sur ses talons hauts, tout en finesse elle traverse ce qui sert de salle de sport. Ils vont faire foot. Oh non. D’accord, elle s’arrange toujours pour ne pas le faire, mais c’est quand même triste de perdre une séance pour rien. Une fois elle n’avait plus d’idées, elle s’est pointée dans le tee shirt de son petit ami, qui lui arrive un peu au dessus des genoux. Juste ca. Bien sur elle avait un short dessous, mais sinon rien. No chaussures. Le coach est devenu tout rouge et l’a renvoyé dans les vestiaires. Quelle fabuleuse journée, elle en riait encore. Puis, voyant Kenshim seul dans son coin, alors que le prof gueulait, elle eut une idée. Elle se dirigea vers ce qui leur servait de professeur et pris une voix douce et mélodieuse.

« Monsieur, je pourrais sans doute emmener Kenshim faire le tour, il a l’air si déboussolé. »

Son visage de chien battu suffit pour qu’il accepte, se tournant vers Mia, qui attirait toute l’attention de l’équipe adverse masculine. Il siffla un grand coup, ce qui arracha un soupir à Ruby. Elle arriva à la hauteur du jeune homme qui faisait son rebelle, une mine sévère sur le visage.  Elle se posta devant lui et rit d'une voix teintée d’amusement.

-On bouge ou tu préfère faire football avec Mia ?

Elle n’attendit pas sa réponse et s’en alla, a lui de décider, elle n’allait pas l’entrainé de force, mais elle savait déjà sa réaction. Elle s’arrêta au niveau du local, ouvrit sans ménagement la porte et s’empara des clés sous l’oeil méprisant de la gardienne, elle continua son chemin et arriva au but. Elle ouvrit une grande porte. Un grand gymnase s’ouvrait à eux. Il y avait de petits gradins, du matériel de gym, des arcs d’entrainement ainsi que des couteaux et des cibles. Vous vous en douter, personne d’autres ne pouvait faire comme elle et s‘infiltrer sans qu’on la gronde. Elle rentra, ferma derrière eux puis regarda le garçon avec profondeur.

-Alors ? De quoi es tu capable Kenshim

La réponse qu’elle attendait ? De tout.









. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Life is unfair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Sam 26 Oct - 23:15

Je regarde la jeune fille nommé Ruby s'approcher  et me propose de me faire visiter l'école, à moins bien sûr je veux rester faire du foot. Elle n'attendit même pas que je lui réponds et se dirigea vers la sortie.
Je pousse un soupire et je me décide de la suivre, tout en prenant mes affaires. Si jamais ça ne me plait pas, je n'aurai qu'à aller de mon côté et tampis si ça ne lui va pas lui plaire.




Au bout de quelques temps, on arrive devant une grande salle de gym  dans laquelle  elle rendre. Je la suis tranquillement  et alors que je dépose mon sac près de l'entré, elle me demande de quoi je suis capable.
Je ne lui répond pas toute suite et puis elle imagine quoi? Que je suis assez bête pour montrer mes capacités parce qu'elle me le demande gentiment et que je suis aie dit qu'elle a rien à crainte de moi? Je ne suis pas le genre à dévoilé toute technique sous simple demande et puis je garde toujours quelques cartes dans ma manche. Je jette un coup d'oeil aux instruments qui se trouve dans la salle,  couteau de lancer, arc de compétion, des cibles. Je vais jetter un oeil sur les couteaux et sur les arc. Les couteaux étaient d'assez bonne calité mais contre les miens, ils ne tiendraient pas la distance, ce qui était noramle, la plus part des couteaux qu'on trouve dans le commerce, n'ont un temps limité dans le temps, les miens sont fait pour traverser le temps.
Alors que je joue un peu avec les couteaux, je remarque un groupe de garçon qui semble pas être très content de me voir avec la maitresse de l'école. Je continu à faire tourné un couteau dans ma mains, tout en fixa  du regard, un poin imaginaire droit devant moi. Le couteau est vraiment nul car il n'épouse pas parfaitement la main. Ah tien ça me fait pensée que j'ai une commande à faire pour la semaine prochaine. Il faudrait peut être que je m'y mettre. Bah je le commencerai  ce soir.

Le groupe de garçons restent près de la porte et commencent à discuter, mais je n'y prête pas vraiment d'attention, espèrant qu'ils ne vont pas joué aux coqs  car oui, un des problémes quand on devient un vampire, on devient un être au physique parfait et désirable, afin d'avoir facile pour berner nos proies.




Soudain, celui semble être le petit chef du groupe quitta celui ci et se dirige vers moi et d'une  voix d'un petit coqs :

- Qu'est ce tu fais avec elle, c'est pas parce que tu es nouveau, que tu peux tout te permettre!

Je pousse un soupire de fatigue,  tout en déposant le couteau à sa place,  je jette  un oeil à la fille,  franchement,  c'était vraiment patitique.
Voyant  que je ne dégne pas lui répondre, il commence à me pousser, tout  en disant :

- Eh les gars, vous savez ce qu'on dit sur les jaunes, c'est qu'ils dansent comme des manches à balait et qu'ils sont aussi souplent et gracieux que des éléphants mais par contre les filles sont bonnes!

Le reste du groupe se éclata de rire et l'un des garçons, met en marche une musique, alors que celui qui venu me faire chié commence  à danser, de façon assez bête, je trouve, enfin pour moi.
Je pousse un soupire, c'est le genre de chose que je deteste faire, me donner en spectacle pour des imbéciles qui la vue de la moindre goute de sang, tomberaient comme des mouches. Mais bon, je souris très légèrement, aller on va un peu s'amuser. Je ferme légèrement les yeux et puis quand je trouve le bon moment à danser.




Après une dizaine de minutes, je m'arrête de danser, voyant que le jeune homme ne tiens plus le rythme. Après lui avoir fait un léger sourire ironique, je jette un coup à Ruby  qui je suis sûr n'a pas perdu une seule miette du spectacle mais malheureusement pour elle, je n'ai utilisé aucune de mes capacités  que me donne ma nature.
Soudain, je remarque qu'un des garçons se trouve près de mes affaires et qui malheur à lui, est entrain de fouiller dedans.




En quelques minutes, je me trouve trouve en face du garçon, sans avoir utilise ma vitesse vampique. Je le prends par la chemise alors qu'il s'apprête ouvrire mon journal, dans lequelle, j'écris des choses personnelles. Rare sont les gens qui peuvent le déchiffrer car j'écris en japonais et dans un dialecte qui a disparu à cette époque mais il contient aussi des lettres, la plus part était de Tomoé, la seule femme que j'avais aimé mais une était d'une dénommée Luna Black, une fille que j'avais trouvé, il y a une dizaines d'année, après qu'elle ait été violé. J'avais pris soins d'elle. J'avais reçu cette lettre le premier jour de mon arriver à Fork. La lettre m'appris qu'elle était morte mais qu'elle laissait derrière elle, un fils et me demandait que si je vivais encore à Forks, de veiller sur lui, comme j'avais veillé sur elle.

Je plaque le jeune homme contre le mur, sans me précupé de la douleur et je commence à le soulever, d'une main et de l'autre, je pousse doucement un morceau de bois contre sa gorge, rendant difficile la respiration. D'une voix sans aucune intonation et aussi froid que la mort elle même :

- Fouille encore une seule fois dans mes affaires et tu apprendra ce que le mot souffrance veut vraiment dire!!

Je ne fais plus attention à ce que les autres peuvent ressentir à mon égard, je laisse cette sensation de mort se répendre entour de moi.
Puis sans même prête la moindre attention à ce petit connard qui commence à se débattre, je le laisse tomber.




Je pris mes affaires et tout en lançant un regard légèrement énerver à Ruby, d'une voix sans aucune intonation et aussi froid que la mort elle même :

- C'est sous tes ordres? Conseil fait en sorte que cela ne se reproduit plus à l'avenir si tu ne veux pas je m'amuse avec.

Sans lui laisser le temps de répondre, je sors  de la salle et je me dirige vers la cours. Même si on n'avait pas le droit d'être dans la cours durant les heures de cours, mais je m'en fout, j'ai besoin d'air afin de me calmer.
Revenir en haut Aller en bas
Ruby H. Willow
❝ Never failure always lesson ❞
avatar
» MESSAGES : 318
» WHERE ARE YOU ? : Forks, again.
» POWER : Moon's Child - Speed / strength / suppleness
» RPG AGE : 18 years old.
» JOB : Back at school bitches!
» WHO ? : Sasha pieterse
» MULTI COMPTES : Lisa-Vik-Kyle
Perfect

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Enfant de la Lune
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Dim 27 Oct - 22:29







Kenshim semble ne pas vouloir répondre, grand bien lui fasse, elle n’en a rien à faire. C’est son problème si il veut jouer les garçons mystérieux, mais elle ne va pas y passer la journée, elle s’approche d’un des casiers, remplis de matériels et les comptes, le troisième : « AB2 ». Elle frappe dans la porte, créant un léger creux dans la masse grise rouillée du vieux casier, il s’ouvre dans un grincement, elle se tourne vers Kenshin, s’assurant qu’il ne la voie pas, mais il est bien plus occupé avec les couteaux, il les trouvent sans doute trop banals ou juste pas très maniables, pour sa part rien ne vaux un bon couteau de boucher, mais chacun tue comme il veut. Elle sourit elle-même à ses paroles : Ce n’est pas tous les jours qu’une fille de dix sept ans se fait cette réflexion. Mais passons, tandis que Kenshin examine les couteaux avec le plus grand soin, au point que ce soit presque étrange, tout est relatif cependant, par rapport a un adolescent normal (mais pouvons nous vraiment définir qui est normal ?), il était très méchant mais face à ceux qui avaient créé les lois qui créait ce problème avec Ruby, il était un petit ange. Ou se situait Ruby ? Surement à l’égal du jeune japonais. Elle se détourna de lui et se reporta à son affaire, dans le casier se trouvait le manteau rouge, présent dans toutes les pièces du lycée ainsi que dans tous les coins possibles et inimaginables de la ville, la ou elle les avait dissimulées, et juste à sa droite, un carnet rose. Elle s’empara du vieux stylo noir à côté, et commença à noter dedans, c’était une liste, une simple liste de tous les gens dont elle devait se méfiée :

#   H.W  ( A sérieusement surveiller )
#   Eva Bloom
#  Tyler Hazir
#  Tom. J. W.
#  Maria A. Cooper
#  Kenshin

Soudain elle vu que quelques garçons s’étaient postés à l’entrée de la porte, parmi eux, Marco Figins, un des meilleurs amis de Max, son petit ami, il tentait désespérément de trouver une faille dans leur couple pour les séparés et prendre la place du fameux Max. Elle lui fit un petit sourire puis se détourna d’eux rangeant son carnet d’un geste rapide et sec. Kenshin semble les avoir remarqués, et leur lance un regard désintéressé, tandis que Ruby range les affaires, comme si elle cherchait quelque chose, attendant qu’ils partent, mais au lieu d’être malin, ils préfèrent commencer à charrier Kenshin, mais comment peut on atteindre un niveau de débilité si profond ? Surement qu’en intégrant l’équipe de foot, on doit échanger son cerveau contre l’équipement et son casque. Puis Marco quitte le groupe et s’avance vers Kenshin, ciel, comment être si suicidaire ?

- Qu'est ce tu fais avec elle, ce n’est pas parce que tu es nouveau, que tu peux tout te permettre!


Kenshin pousse un soupir et se tourne vers Ruby qui hausse un sourcil comme pour lui dire : « demerde toi, ce n’est pas mes affaires ». Elle ne va pas non plus défendre un garçon professionnel des arts martiaux. Désolé pour lui, mais elle se fiche complètement de lui, d’ailleurs elle voulait voir ce qu’il sait faire, en voila l’occasion.


- Eh les gars, vous savez ce qu'on dit sur les jaunes, c'est qu'ils dansent comme des manches à balait et qu'ils sont aussi souplent et gracieux que des éléphants mais par contre les filles sont bonnes!


Au moins il a le mérite de savoir construire des phrases verbales correctes. Ruby se tourne vers eux, amusée, alors qu’un des gars met en marche la musique, alors que Marco commence a se ridiculiser en enchainant trois pas de danses, aussi triste que ce soit, il est le pire danseur qu’elle n’a jamais vu. Ce qu’elle préfère c’est la danse de salon, le tango, la salsa, les choses nécessitant des grandes robes, des talons et des garçons sexy. Oui, elle se foutait bien a ce moment de ce qu’il se passait, elle songeait a cette minute au noble art qu’était la danse de salon. Contrairement à ce qu’il faisait. Ou plutôt ce qu’ils faisaient, en effet Kenshin commence a sérieusement danser et a gigoté dans tous les sens, ridicule. Il ne danse pas mal, loin de la, mais elle n’aime pas ce style de danse, si sa sœur voyait ca, elle se mettrait à bouger dans tous les sens. Soudain, elle s’aperçoit que Marco ne tien t plus le rythme. Mais cela ne l’inquiète pas, au contraire celui qui devrait s’inquiéter de son sort, c’est le garçon qui fouille les affaires du vampire. Il est sérieux la ?

En deux minutes, Kenshin s’avança vers le pauvre idiot et le prends par la chemise, alors qu’il tien dans sa main un carnet, celui de Kenshin, par simple esprit de déduction. Deux minutes. Kenshin a un journal ? Comme Ruby ! Mais y met-il les mêmes choses, si oui, c’est normal que le garçon s’énerve. Elle n’aimerais pas que quelqu’un se penche sur son cas, il n’y a rien de bon dans son journal intime, rien qui puisse être bénéfique à sa réputation, si elle se trouvait mise à nue, on la renverrai la ou elle méritait d’aller, un hôpital psychiatrique. Quelle horreur. Elle frémissa rien que d’y penser. Puis Kenshin plaque le garçon sur le mur. Lucas ? Luc ? Lucie ? Elle ne s’en souvient pas appelons le : le garçon au L. Donc, le garçon au L. plaqué au mur, Kenshin s’approche de lui et lui dit d’une voix glaciale, comme si un vent froid passait dans la pièce :



- Fouille encore une seule fois dans mes affaires et tu apprendras ce que le mot souffrance veut vraiment dire!!


Kenshin s’arrête et le laisse tomber. Oh mince ! Mettre des actes au bout de ses paroles aurait été drôle, mais tant pis. Il se dirige ensuite vers ses affaires, s’en empare puis lance un regard mauvais à la blonde, qui semble clairement lui dire qu’elle s’en fiche, cependant ses paroles blessent la jeune femme


- C'est sous tes ordres? Conseil fait en sorte que cela ne se reproduit plus à l'avenir si tu ne veux pas je m'amuse avec.


Il s’en va. Non mais elle rêve la ? Il se fout de sa petite gueule d’ange. Le fait qu’il soit un genre de ninja ou de samouraï (elle n’a jamais vraiment vu la différence) super entrainé, intriguant et plutôt classe ne lui laisse pas le droit de lui parler ainsi. Elle n’est ni son chien ni son serviteur. Elle lance un regard énervé à Marco tandis qu’elle lui murmure un bref « Max en entendra parler, crois moi. » . Elle se lance a la poursuite du jeune homme, laissant derrière elle les quatre garçons se mordant les doigts de leurs actes. Elle arrive à sa hauteur et l’entraine avec force, même si elle sait qu’il va sans doute le lui faire regretter après, tant pis, ils s’isolent à l’écart, dans une pièce baignée de lumière, et ou des plantes vertes peuplent la salle. Il y a de tout, et notamment plusieurs plantes rares du Japon, c’était leurs correspondant, l’année passée qui les avaient ramenées de leur pays, mais peu importe, la pièce parait magique, comme si elle apportait une ambiance de calme, cela permet à Ruby de rester relativement zen, elle prends une respiration et le regarde avec profondeur avant de s’adresser a lui d’une voix plus froide qu’il ne l’aurait pus croire d’elle, une voix digne de celle employée par le japonais précédemment. Elle peut se montrée ferme quand elle le veut.

« A quoi tu joue Kenshin ? Tu croie que je m’abaisserais a ce niveau, leur dire de t’embêter ? Je crois que tu m’as confondue avec une autre, mais crois moi, quand je veux embêter quelqu'un, il s’en sort rarement tel que tu l’est a cette heure. Et tu croies quoi au juste ? Que je n’ai qu’a claquer des doigts pours qu’ils m’obéissent, ils ne sont pas totalement idiots, il faut en prendre soin, afin d’en faire ce qu’on en veut. Quand à t’amuser, vas y, ne me prive pas du spectacle, je ne suis pas celle qui te mettras des bâtons dans les roues. Mais plutôt celle qui tiendra la lampe pour que tu te défoules a ton aise. »

Au fil de ses paroles elle s’était détendue et sa dernière phrase était totalement dite avec un style des plus amusés. Elle se tourna clairement vers lui et prit une voix stricte mais gentille, elle n’eut pas besoin de simuler, pour l’une des premières fois de sa vie, elle parla de sa voie normale, comme La Brune le faisait. Avec cette voix, Kenshin pouvait clairement voir que ce qu’elle disait était vraiment sincère, contrairement à l’habitude prise, elle avait une voix mélodieuse et claire, comme chantante :

« Nous sommes à égales, et loin de moi  l’idée de vouloir te rabaisser ou me montrer mauvaise. Considère mes paroles comme une trêve, Je te propose pas une amitié durable, juste un genre de compromis… Tu fait comme tu le souhaite, pour ma part, je ne tenterais pas d’être hostile avec toi, tu as ma parole. »

Elle ne donnait jamais sa parole comme un vieux truc qu’on oubliait, elle promettait, elle tenait cette promesse. Il pouvait en être assuré. Puis sa voix se fit plus timide, et elle tira d’une poche dissimulée dans sa robe un carnet de vieux cuir rouge usé, ayant ici et la des taches rouges et de la terre. Elle s’asseya a la table, espérant qu’il en fasse de même, mais se pieds étaient toujours posés au sol, comme si elle pouvait se levée d’un bond pour le rattrapé, elle leva a moitié le carnet avant d’ajouter de sa voix timide et clair :

« J’ai aussi un journal, je croyait être la seule à la faire. »

Elle attendit sa réponse, aucune ne serait une surprise, mais elle espérait, même si elle n’aimait pas ce sentiment d’empathie, une réponse sincère, et peut être, qui savait, qu’ils pourraient s’entendre, elle ne devait pas le traité comme un animal, elle ne traitait personne comme elle venait de le faire a cet instant. Pour la première fois, Ruby considérait une autre personne comme son égal. Il était une des trois personnes à en profiter, alors qu’il n’en abuse pas, qu’il en fasse bonne usage.












. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Life is unfair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Lun 28 Oct - 21:34

Je m'éloigne assez rapidement ( pour un humain), donc une vitesse d'un escargot, et encore c'est les insultaient. J'avais eu une mauvaise idée en décidant de commencer les cours quelques jours seulement après mon retour ici. Je sais parfaitement qu'il me faut quelques jours d'aclimentations, mais apparemment je m'étais pas assez défouler. Il faut dire que quand j'ai appris la mort de cette fille donc j'avais pris soins, ma partie sombre comme je l'appele, avait faillit se réveiller car encore une fois, je n'avais su protoger un être qui compte  pour moi.
C'est vrai que je n'avais pas beaucoup connus Luna mais le peu de temps que je l'avais contoyé, elle me rappelait ma chère femme, ma tendre Tomoé.
J'avais remarqué  que la jeune fille m'avait suivit mais je me fous, je ne sais pas si elle peut imaginer à quel catasthophe, ces imbéciles viennent d'échapper.







Je peux supporter beaucoup de chose, qu'on m'en merde, qu'on me cherche, qu'on se me moque mais il y a une seule  chose  que je ne sorte, qu'on fouille dans mes affaires, mais surtout qu'on touche à mon journal car c'était le seul cadeau que Tomoé m'avait offert sous la pleine lune, à l'ombre d'un cérisier blanc, quand nous étions devenu véritablement un couple.  Depuis sa mort, j'y avais écrit toutes mes pensées, tout ce que je cachais en fond de moi,  j'y avais aussi dessiner des portraits d'elle, de Siejiro, de paysage qu'elle aurait aimé. Ce journal était la dernière chose qui me donne l'illusion de partager quelque chose avec elle, car c'est à elle que je m'adresse dans mon journal.
Quelques instants plus tard, elle m'attrappe par le bras et m'entraine dans une salle remplie de plantes,  elle contient quelques spécimens de mon pays d'origne. Elle me lâche une fois  la porte fermer afin que nous soyons tranquilles.
J'aurai pu  très facilement l'envoyer promener dans tout les sens du terme, lui arracher le bras grâce à mon don mais je fis rien de cela car c'était la première personne, après avoir ressentit mon aura meutrier, à ose me toucher depuis des siècle,  sans sentir l'odeur de la peur. Heureusement que j'arrivais à maitriser mon don pour qu'elle ne ressente rien.
Au bout de quelques secondes, elle commença à me demandé pour qui je me prenais, comment j'osais pensée  qu'elle avait été derrière ça.
Je ne lui prête  aucune attention, mais ça ne m'empêche pas d'étre attentif à ce qu'elle dit car la dernière personne qui m'ait touché ainsi, c'est ma douce Tomoé. Elle était la seul  qui n'avait pas peur de ma partie sombre, elle me regardait avec les mêmes yeux doux quel soit le visage que je monterai.  C'était la seule qui arrivait à endormir cet partie.
J'avais remarqué des magnifiques iris japonais, les fleurs préféré de Tomoé







Je m'en approche avec une délicatesse insoupçonné, comme si j'étais en présence du plus beau des trésors. Et c'était le cas pour moi. J'avais l'impression que l'esprit de Tomoé avait fait en sorte que je vienne ici, sachant que ça me calmerai. Je m'en fout ce que peut pensée Ruby.
Je caresse doucement la plance, en prenant bien soins d'effleurer très délicatement et très légèrement afin de ne pas la tuer avec ma température.
Après quelques minutes, j'entends une différence la vois de la dénommé Ruby, qui me révele qu'elle a aussi un journale et qu'elle pensait qu'elle était la seul en avoir un, tout en asseyant à une table ou elle avait déposé son journal, quelques secondes plus tôt.






Je la regarde avec un regard doux. Je peux parfaitement deviner ce qu'elle peut pensée, elle pense être la seul comme "non humain" à tenir un journal, comme si des êtres comme nous, des êtres de la nuit,  sans "âme"  pourraient en avoir besoin.
Je reste immobile, silencieux pendant  quelques secondes avant, d'une voix froide mais bien moins celle que j'avait utilisé précédament :

- Je ne joue à rien, étrangement car ci c'était vraiment le cas, je ne serai pas sortis de la salle. Les propos que j'ai tenus ne te t'étais pas vraiment distiner.  C'est juste que je ne supporte pas qu'on fouille dans mes affaires mais pardessus tout, je permes à personne à toucher à ce journal car c'est l'un des objets que j'ai de plus précieux. 

En même tant je sors de mon sac, quelque chose qui semble être un vieux livre, qui est enveloppé dans un grand chale mauve qui semble aussi vieux que son continue.
Je viens m'assoir en face d'elle et je dépose délicatement le paquet et je le débale, comme si je débale le Saint Graal et une fois déballer,  un léger parfun de cerisier blanc du japon se répend délicatement de la pièce et laisse apparaitre un très vieux journal à la couverture  où il avait colé quelques fleures sécher autour d'un dessin d'un cerisier  à l'encre de chine.
Un très léger sourire triste se dessine aux coins de mes lèvres et d'une voix douce, que j'utilise très rarement, où on peut sentir une note de tristesse

- As déjà tué quelqu'un qui t'était cher?  

Pour la première fois depuis des années, je laissais tomber le masque que je porte depuis la mort de celle que je n'ai jamais cessé d'aimer et donc jamais je ne me pardonnerai d'avoir tuer. Elle pouvoir le Kenshin innoncent, qui s'entrainait au cotés de Seijiro. Après quelques instants de silence, je continus, tout en caressant la couverture du journal :

-La première personne que j'ai tué quand j'ai été transformé, fut celle qui m'offrir ce journal, ma femme, Tomoé. C'est la seule personne que j'ai aimé, la seul qui arrivait à me calme, la folie qui m'habitait depuis le jour où j'ai tué celui que je considrai comme mon père. Celui qui m'a mordu, l'a enfermer dans la grotte où j'étais entrain devenir ce que je suis devenu. Elle n'avait aucune chance. Ce journal, est la seul chose qui me donne l'illusion qu'elle est encore à mes côtés.  

Je laissa à nouveau le silence s'installait, je m'en fout ce qu'elle peut pensée de moi et si jamais elle se moque, ou qu'elle l'utilise pour m'atteindre, alors cette partie sombre que je dissimule en moi, donc personne connait l'existence, se fera une joie de s'amuser avec elle. Tomoé était le seul être vivant avec qui elle acceptait de se calmer sans faire pleuvoir un déluge de sang.




Revenir en haut Aller en bas
Ruby H. Willow
❝ Never failure always lesson ❞
avatar
» MESSAGES : 318
» WHERE ARE YOU ? : Forks, again.
» POWER : Moon's Child - Speed / strength / suppleness
» RPG AGE : 18 years old.
» JOB : Back at school bitches!
» WHO ? : Sasha pieterse
» MULTI COMPTES : Lisa-Vik-Kyle
Perfect

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Enfant de la Lune
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Mar 29 Oct - 11:31





Kenshin semble se radoucir, non pas grace aux paroles de Ruby mais bel et bien grace à la fleur, il en a de la chance, il faut plus à Ruby qu’une simple fleur de son pays pour le calmer Peut être lui rappelle-t-elle des souvenirs, c’est même sure, elle donnerait beaucoup de choses a cette minute pour savoir à qui il pense, les pensées des gens l’ont toujours fascinée, et ce qu’elle préfère , c’est quand ils sont tristes, vulnérables. Pourtant elle ne ressent aucune joie en voyant Kenshin triste. Arrêt sur image. Elle ne serait pas triste la ? Elle étouffe bien vite ce sentiment. N’aie de pitié pour personne, c’est une de ses premières règles, alors elle la respecte. Kenshin se tourne vers elle et d'un’ voix douce et beaucoup moins froide il dit :

- Je ne joue à rien, étrangement car si c'était vraiment le cas, je ne serai pas sortis de la salle. Les propos que j'ai tenus ne te t’étaient pas vraiment destiner.  C'est juste que je ne supporte pas qu'on fouille dans mes affaires mais par-dessus tout, je permes à personne à toucher à ce journal car c'est l'un des objets que j'ai de plus précieux.

Elle baise la tête vers le carnet puis la relève, et prends une voix ferme mais qui reste douce :

« Tant mieux alors, je n’aime pas jouer à un jeu dont je ne connais ni les règles ni le but. »

Ses paroles sont accompagnés d’actes, il s’assoit, sort un vieux trucs mauve de son sac, dont il extrait un carnet , visiblement plutôt ancien. Il y a une odeur de cerise dans l’air . Pafume t-il son carnet ? Elle s’en fiche, ce qu’il y a à l’intérieur est bien plus précieux. Oui, beaucoup plus que tout l’or du monde pour lui. Le carnet et très vieux, bien plus qu’elle ne l’avait pensé au départ. Il y a quelques fleurs séches et un dessin d’un cerisier, elle en a un dans son jardin, elle sait ce que c’est. Il est grand et majestueux, quand ses fleurs sont présentes, il domine les alentours, se mettre dessous est un vrais bonheur, comme si une bulle vous entourait. Il faudrait qu’il le voie un jour.  Sa voix se fait encore plus douce, et un sourire triste se forme sur son visage pale.

- As déjà tué quelqu'un qui t'était cher?  

Ruby secouât la tête négativement, elle sent qu’il se confie, et cela l’émut, personne ne s’est jamais confier réellement à elle, ni Tess, ni Mia, ni une quelconque autre personne. Peut-être que personne ne lui fait assez confiance pour cela, il laisse le masque partir, comme elle l’a fait il y a deux minutes, même si elle sait qu’il n’a pas en face de lui la Ruby sincère, la Brune. Il s’adressa à elle, et elle écouta attentivement:

-La première personne que j'ai tué quand j'ai été transformé, fut celle qui m'offrir ce journal, ma femme, Tomoé. C'est la seule personne que j'ai aimé, la seul qui arrivait à me calme, la folie qui m'habitait depuis le jour où j'ai tué celui que je considérai comme mon père. Celui qui m'a mordu, l'a enfermer dans la grotte où j'étais entrain devenir ce que je suis devenu. Elle n'avait aucune chance. Ce journal, est la seul chose qui me donne l'illusion qu'elle est encore à mes côtés.  

Elle aurait pu dire n’importe quoi dans ce cas : Tomoé est un jolie prénom, paix à son âme, ou est sa tombe, tu étais très jeune pour te marier, était-elle belle, était-elle brune, blonde, rousse, ses yeux étaient-ils verts, donne-moi tous les détails. Mais parfois il vaut mieux se taire, il n’y a juste rien a rajouter, elle n’a pas peur de lui, ne le trouve pas étrange, ils sont tous deux des êtres brisés par la ve, mais il faut faire avec, Ruby elle, a su démêlé les différentes parties de son esprit. Au sens propre comme au figuré.

« Je n’aie jamais tuer quelqu’un qui m’était cher pour une bonne raison... »



Il s’attends sans doute a ce qu’elle lui dise qu’elle sait se contrôlée ou qu’elle ne sait pas vraiment qui elle tue en loup quand elle ne choisit pas ses proies. Mais la raison est bien plus simple.

« Je n’aie jamais eu d’êtres chers. Personne ne peut prétendre me connaitre, même pas moi. L’amour, l’amitié, la gentillesse, la douceur, le calme... Tout cela ne s’approche as de moi. Personne ne m’a jamais aimer ou même considérée comme je suis vraiment. Pour tout le monde, je ne suis que la face éclairée, parfaite, mais il ne vaut mieux pas se pencher plus, je ne suis pas quelqu’un de bien. »

Elle marque une pause et désigne son journal, ou il est écrit au milieu : Any Love, Any Friends. Il vient de rance, et tout ce qui est dedans est écrit en français, personne ne parle français dans l’école, elle le parle depuis son enfance, sa mère adorait la France, et elle continue de l’adorée, l’emmène avec elle quand elle y va. Paris... Elle continue donc, sans faire attention a ce qu’elle dit, elle laisse juste ses pensées divaguées.

« Les gens pensent que tuer est un acte de violence pur et simple. Pas moi, tuer me libère, il m’apporte paix et sérénité, mes proies sont choisies, sélectionnées, toutes mauvaises. Et elles donnent leurs vies pour sauver celle des innocents. Tuer, de toutes les façons possibles, me laisse m’exprimer, que je sois en loup... Ou pas. Ce carnet me donne 'illusion a moi de tout controler et même si ce nest sans doute pas vrai, une illusion vaut mieux qu'une désillusion. »

Cette fois elle dévoile clairement sa lycanthropie, elle n’a plus rien a perdre, la vision de meurtre et différente pour tout le monde, mais pour elle, cela se résume à un mot : Liberté. Il n’y a pas de méchanceté dans ses actes, juste une infinie tristesse.

« Mon premier meurtre sous forme humaine à été celui d’un grand homme barbue, a mes quinze ans. Il avait tué une femme dans cette ruelle sombre, sous mes yeux, elle était belle, et lui dégoulinait de sang, j’ai attrapé la barre de fer dans un tas de décombre et je l’ai abattue sur sa tête, ej crois que cela m’a brisée, et ce n’est pas du tout la que j’ai commencé à aimer hotter la vie, c’est bien après, quand je e suis aperçue que tuer ne menait à rien , il fallait savoir être ferme. Je me débarrasse de ce qui m‘encombre, et je m’assure toujours de m’en sortir les mains propres et manucurées. »

Elle émit un sourire et posa son carnet, et voulait plus que tout savoir ce qu’il y avait dans celui de Kenshin, mais comme disait le proverbe : Patience et longueur de temps vaut mieux que meurtre et sang. Enfin, pas tout a fait ce que disait le proverbe mais tant pis.







. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Life is unfair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Mer 30 Oct - 21:42


J'attends une réponse de la part de la jeune fille,  qui a réussit à me voir sans ce masque que je porte depuis la mort de Tomoé. Je l'écoute avec attention même si je n'en donne pas l'impression.
Apparemment la réponse à la question que je lui avais posé quelques minutes plutôt, était négatif. Donc elle ne peut me comprendre. La suite de ses propos me donne assez bien d'information sur elle. Elle ne sait pas comme se passe une transformation, qu'est ce qu'on peut ressentir quand on ressent pour la première fois cette envie de sang. C'est une sensation qu'on ne peut pas vraiment expliqué.
Elle n'a tué sa première victime qu'à l'âge de 15 ans,  et qu'elle choisit  ses proies avec soins.
Je pousse un soupir. Même si nous semblons avoir plusieurs points communs, elle ne pourra me comprendre totalement et quand elle me verra dans mes mauvais jours, elle ne comprendra pas.
Comment elle le pourrait, vus que je ne laisse personne voir ce côté là de moi, c'est partie sombre que j'ai en moi depuis toujours mais qui a commencé à se manifester à la mort de Seijiro. Cette partie qui avait commencé à être une autre personne à l'interieur de moi, que Tomoé avait vu, contoyé et accepter sans faire la moindre différence l'une ou l'autre face.
Pourquoi je montrais cette partie de mon âme, beaucoup plus souvent que durant le vivant de Seijiro? La question était assez simple,c'est que je ne voulais pas accepter que j'aimais voir le sang couler, entendre les plaintes,  sentir l'odeur de la mort. Mais Tomoé a vu ces deux parties d'un même être, radicalement opposé , entrain de se séparer en deux personnalité différentes mais elle a réussi à ce que ces deux parties, ne redeviennent un seul être. Elle m'a aider à m'accepter comme j'étais.

Je jette  un coup d'oeil à l'horloge qui se trouve de l'autre coté de la cours mais pour moi, c'est comme si elle n'était qu'à deux mètres.  La sonnerie  allait bientôt sonner pour les trois dernières heures de cours, qui était pour moi, un cours de l'art.
Je range mon journal avec soins, puis tout en me levant tranquille, tout en la fixant d'un regard doux mais sans plus, et d'une voix  sans aucune intonation mais moins douce au paravant :

- A cet âge là, j'étais un Hitokiri depuis quelques années. On me donna le nom de Battosai. Quand je pars en chasse, je choisis toujours mes proies avec le plus grand soins, c'est moins amusant quand elles ont quelques choses à se reprocher alors qu'elles pensent qu'elle sont à l'abrit, grâce à leurs connaissances ou par leur position.

Je remes le masque que je porte habituellement. Je lui avais donné  mon nom d'assassin.  Si elle connait un peu l'histoire de mon pays, elle pourrait se faire une idée de mon âge réel. Puis tout me retournant, tout en souirant légèrement :

- Si tu souhaite que nous devenons ce qu'on appelle des amis,  je n'y vois rien contre mais si jamais, je me rends compte que tu m'as trahi par quelque moyen que ce soit, je devidrai ton pire ennemi et je ne partage pas mes proies."

J'attends quelques minutes, en même tant, la sonnerie retentit, avant de sortir de la salle pour me rentre à l'endroit où se donnera mon prochain cours.

Revenir en haut Aller en bas
Ruby H. Willow
❝ Never failure always lesson ❞
avatar
» MESSAGES : 318
» WHERE ARE YOU ? : Forks, again.
» POWER : Moon's Child - Speed / strength / suppleness
» RPG AGE : 18 years old.
» JOB : Back at school bitches!
» WHO ? : Sasha pieterse
» MULTI COMPTES : Lisa-Vik-Kyle
Perfect

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Enfant de la Lune
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Ven 1 Nov - 21:17






Kenshin regarde l’horloge, puis range ses affaires. Stop. Retour arrière. Ils discutent à masques tombés et lui… Regard une horloge ? Tout est normal. Absolument. Il range ses affaires en plus. Vas-y, Ruby n’était pas en train de se livrée, fait comme tu veux. Ruby sourit puis remet immédiattement son masque comme le fait le rouge. Il se tourna vers elle et sa voix se fait plus froide, tout comme celle de Ruby quand elle lui répond:


- A cet âge-là, j'étais un Hitokiri depuis quelques années. On me donna le nom de Battosai. Quand je pars en chasse, je choisis toujours mes proies avec les plus grands soins, c'est moins amusant quand elles ont quelques choses à se reprocher alors qu'elles pensent qu’elles sont à l'abri, grâce à leurs connaissances ou par leur position.

Elle se lève aussi et fourre son carnet dans sa poche.

« Cool, avoir un nom d’assassin, moi les témoins dises justes : La fille au manteau rouge."

Cela pourrait être ironique, elle se transforme en loup et s’habille comme le petit chaperon rouge. Tellement drôle quand on y pense. Seulement personne n’y a jamais pensé, pas même elle, elle évite de trop penser à cela. Le loup, les victimes. Non pas qu’elle regrette, mais ça la dégoute, penser à trainer dans la boue. Très bon pour la peau, mauvais pour l’hygiène. Bien sûr qu’elle ne regrette rien. Elle ne regrette pas du tuer, comme elle ne regrette pas d’avoir évincée sa sœur de la vie active, il faut ce qu’il faut pour survivre. Pendant qu’elle pense avec le sourire éclatant à sa sœur, il reprend la parole:


- Si tu souhaites que nous devenons ce qu'on appelle des amis,  je n'y vois rien contre mais si jamais, je me rends compte que tu m'as trahi par quelque moyen que ce soit, je deviendrai ton pire ennemi et je ne partage pas mes proies."


Ruby sourit et réponds avec une voix amusée.

« J’ai déjà vaincue ma pire ennemie, et elle n’est pas prête de revenir. Pour ce qui est des proies :  pas d’inquiétude, ce n’est pas mon genre du tout. »

Il sort de la salle et elle aussi, elle se rend à son prochain cours, et vite elle s’aperçoit que tout son groupe la suit. Tess s’avance à sa hauteur, la seule à oser, et lui demande d’une voix profonde, donnant finalement l’air bête :

« Alors, il est cool ? »

Ruby s’arrête, comme le petit groupe. Elle s’avance vers la rousse, qui tremble un peu, mais continue son petit rictus.

« Il est très cool. »

Tess saute sur place et cous en faire part à Lauren. Demain, plus personne ne l’embêtera et tout le monde s’écartera sur le passage de Kenshin Himura. Pas parce qu’il est très beau ou intelligent, mais parce que quand un populaire vous dit que quelqu’un est cool, il EST cool, sans raison particulière, juste parce que si il ne l’était pas, el populaire ne gaspierrais pas sa salive. Ruby continue de marcher. Elle se fiche bien de Kenshin. Celui qu’elle veut dans son camp, c’est Battosai.

Fin des cours.

Les filles firent signe a Ruby et partirent, elles allaient étudier, quelle connerie. Elle regarda son portable, sa mère venait de lui envoyer un message : « Chérie, je suis au cours de Pilat, ton frère est chez ta grand-mère, ton père avait un diner d’affaires. Rentre à pied ma princesse, je t’aime, bisous parfaits. » Evidemment, sa mère ne pouvait pas, c’était toujours comme cela. Ou elle oubliait, ou elle avait autre chose de prévu. Bon, plus qu’à rentrer à pied. Soudain elle aperçut Kenshin au loin. Elle était sauvée. Elle accourue près de lui et commença la route.

« Tu aimes bien filer sans rien dire, pas vrai ? Ca me va, je te demande pas d’être ma meilleure copine. »

Elle sourit , signe que sa trêve était toujours d’actualité, demain elle arrêterais de le suivre partout, ca faisait petit chien, au loin, quelques filles regardaient Ruby et Kenshin en souriant. Ca y est, Kenshin était officiellement un être cool du lycée de Forks. Pas un populaire. Juste un cool. Les gens cools sont sous les gens populaires-débiles et les gens populaires-influent. Ne confondons pas. Elle inspecta Kenshin de haut en bas.


« Et pourquoi venir étudier alors que tu peux faire ce que tu veux si ce n'est pas indiscret?»

En fait c'était précisemment ce qu'elle faisait: être indiscrete. Et vous savez quoi? C'était ce qu'elle préférait faire, elle aimait savoir tout sur tout le monde, et plus particulierement sur ses proies, mais voila, Kenshin n'était pas une proie. Oh et puis mince! Etait ce un crime de s'intéréssé a autre chose que elle même? Avait elle vraiment besoin de se justifiée. Certes en lui demandant pleins de trucs elle jouait avec le feu, et alors? Même si dans ce cas, elle ne voyait qu'en Kenshim que de la glace: froide et dure a elle de la brisée.








. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Life is unfair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Lun 11 Nov - 21:59



Je vais tranquillement à mon prochain cours, c'est un cours d'art et  apparemment la jeune fille dénommé Ruby n'a pas pris cette option. Et cela m'arrange car je n'aime pas être suivit comme un chien chien. Le cours se passe tranquillement, sans le moindre probléme. La prof nous demande de dessiner  un payage en ne s'aidant qu'un crayon. Alors que j'entendais les autres éléves soupiraient, je sors une feuille de dessin de mon sac et je commence à dessiner, laissant mon esprit vagabondé comme il a l'habitude de faire. En même temps, je réfléchis à ce que je vais faire, une fois que la sonnerie aura sonner la fin des cours. C'est vrais que j'avais une commande d'un sabre à faire mais forger dans l'état d'énerverment dans lequel j'étais, n'est pas une bonne idée car le résultat ne sera pas bon et faire un travail mal fait, je préfére de rien faire du tout.
Il faut savoir que j'avais laissé personne s'en tirer en vie mais surtout sans dommage celui qui aurait
eu la mauvaise idée de toucher à mon journal. La plus part ne sont plus de ce monde pour en témoigner.
Je sens ma partie sombre  se "réveillé" si on peut dire, même si elle n'est jamais complêtement endormit depuis le jour de ma transformation. Et puis ça faisait longtemps que je ne me suis plus amusé. Port Angeles n'était pas très loin d'ici, en tout cas pour moi et je suis sûr qu'elle contient quelques jouets interessent.
Alors que je termine tranquillement mon dessin, la sonnerie  résonne et que je dépose déjà mon travail sur le bureau. Je quitte assez rapidement la classe, enfin à la vitesse d'un limason.
Alors que je me dirige  vers ma voiture, une audi A8 noir, avec aménagement personnel. L'un des directeurs de la marque m'avait offert une voiture pour me remercier de m'être occuper d'un contrat. Il m'avait dit que je pouvais choisir n'importe quel voiture et demander des modifications que je voulais. Les modifications n'étaient pas visible et bien que je n'aime pas vraiment ce genre d'objet, je devais bien l'admettre, c'est vraiment la voiture qui me fallait.




Je sens la présence  de Ruby derrière moi, à quelques dizaines de mètres avant de entendre sa voix.  Je me retourne mais sans lui répondre, au moins elle semble  avoir compris que je ne suis pas du genre bavard. Je continu à marcher en direction de ma voiture, j'avais hâte d'être à Port Angeles, afin de pouvoir m'amuse un peu.
La jeune femme me suit, tout en me demandant la raison pour laquel, je m'étais incrits au lycée.
Un très léger sourire se dessine  aux coins de mes lévres, puis après quelques minutes, je lui réponds :

- Comme ça, pour passer le temps et pour qu'on me laisse tranquille.  

En fait,  je ne sais pas ce qui m'a pris de m'incrire à ce lycée, je l'avais fait sous un coup de tête, si je me suvient bien. Ah oui, je me souviens, c'est à ccause de cette imbécile d'employé de la mairie de la ville qui avait commencé à me posé des tas de questions quand j'étais passé à la mairie pour un probléme de papier. J'avais préféré prendre les devants quand j'avais vu la tournure qu'avait pris les évenements. Et puis, c'est vrai, j'aime bien apprendre de nouvelle chose. Même si je doute que je vais en apprendre de nouvelle.
J'arrive enfin à ma voiture,  je dépose mon sac dans le coffre, avant de jeter un coup d'oeil à la jeune fille, en même temps, j'entends un groupe de filles entrain de parler entre elles, souriant en nous regardant.  Je pousse un soupire, j'espère que ça ne sera pas tout les jours, la même chose parce que là, il y a des chances qu'elles ne finiraient pas l'année  sans aller à l'hôpital.
Je regarde avec un regard légèrement ironique,  et d'une voix légèrement ironique :

- J'ai l'attention d'aller m'amuser une heure ou deux à Port Angeles.  

Je sais qu'elle a parfaitement compris le sens d'amusement, elle a la même définition de ce mot que moi. J'ai laissé ma phrase en suspent car je ne voulais pas lui proposé de manière direct de m'accompagner. Cela faisait des années que je n'avais été accompagner lors de mes parties de chasse ou d'amusement.
Je m'installe au volant d'audi A8 noir, en attendant une réaction de la part de la jeune fille.


Revenir en haut Aller en bas
Ruby H. Willow
❝ Never failure always lesson ❞
avatar
» MESSAGES : 318
» WHERE ARE YOU ? : Forks, again.
» POWER : Moon's Child - Speed / strength / suppleness
» RPG AGE : 18 years old.
» JOB : Back at school bitches!
» WHO ? : Sasha pieterse
» MULTI COMPTES : Lisa-Vik-Kyle
Perfect

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Enfant de la Lune
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Jeu 14 Nov - 19:25






De toute évidence Kenshim est amusé par la question:

- Comme ça, pour passer le temps et pour qu'on me laisse tranquille.  

Ruby haussa un sourcil, elle ne voyait pas bien ce qu’il y avait de drôle a cette réplique, peut-être qu’il y avait un double sens, elle ne prenait même pas la peine de chercher, non pas qu’elle était bête, mais elle n’a pas l’envie de découvrir chaque sens de ses paroles:

-Si tu veux faire passer un message, soit plus claire.

Ca peut paraitre hautain mais c’est pour elle naturel, elle est trop au-dessus des autres pour jouer à leur petit jeu.  Oui, sa vie est un jeu, mais pas le même que les autres, elle a commencé la partie de la vie avec un tour d’avance. Beauté, charisme et lycanthropie associés sont plus puissants qu’on ne le croirait. Beaucoup de gens disent que la popularité au lycée n’est pas importante. Autant d’idiots. Si ils savaient qu’il suffit que tu ait la bonne amie dont la mère travaille on ne sait ou, et voila, vous aviez une vie de rêve et un poste au placé. Alors oui, la popularité et le cercle n’était pas important dehors, mais ce n’était qu’une étape de plus, une étape de plus ver… Vers quoi d’ailleurs ? Ou plutôt comment l’appelé ? Appelons cela l’élite de Forks. D’accord ce n’était pas la gloire, mais de Forks il était facile de passer à Port Angeles, puis Seattle… Et de fil en fil, en Californie, ce qui était juste LE rêve de Ruby.

Kenshim se dirigea vers sa voiture –plutôt classe elle devait l’avoué- et lui dit d’une voix ironique :

- J'ai l'attention d'aller m'amuser une heure ou deux à Port Angeles.  

Le visage de Ruby se pétrifie et elle se liquéfie sur place, son regard se fait peureux et elle regarde de tous les cotés avant de se pencher vers lui :

-Je ne pense pas pouvoir, ce n’est pas mon jour de chasse.

Elle le regarde, comme implorante puis soudainement elle se redresse, son visage devient souriant et elle reprends des couleurs.

-Je connais l'endroit qu'il nous faut.

Elle rentre dans la voiture, regarde au loin, tous les lycéens les regardent en murmurant, et Max fait une tête de dix pieds de long, elle met ses lunettes gabanna et attends qu’il démarre. Le trajet se fait en silence, elle profite de l’air dans ses cheveux et lui est silencieux. Elle lui montre ou aller, il lui a dit qu’il aimait les gens innocents qui se croient en sécurité ? Cool, elle ne sait pas si ce qu’il va voir va être bien. Elle relève ses cheveux en chignon, met des boucles d’oreilles et met un foulard autour de son coup. Il se gard devant un grand hôtel. Elle sort de la voiture, talons dehors. Elle s’avance devant le bâtiment et monte les escaliers, va-t-il la suivre ? Elle n’en doute pas. Ils passent devant la pancarte : « Gala de charité ». Elle pénètre dedans, des gens fortunés a la pelle, le groom la dévisage, le sourire aux lèvres. Elle s’avance vers le grand escalier, au-dessus de leurs têtes, se balancent gracieusement, les gens rient  et changent de coupes de champagne toutes les deux secondes.

Ils sont tout ce qu’il devrait aimer, ils ne se soucient de rien, ils se croient à l’abri, œuvrant pour la charité, c’est forcemment des gens biens. C’est ce qu’il lui a dit qu’il aimait non ? Et dans le lot, ils y a les gros pleins de fric, salauds et horrible, profitant de leur richesse, sans se soucier de ceux qui crèvent de faim. Ce qu’elle aime. Elle se tourne vers lui.

-Alors, on commence par ou ?

Elle a un sourire charmeur aux lèvres. Pas pour lui, pour tout le monde. Charmante charmeuse. Soudain une personne prends le micro sur l'estrade, tout le monde applaudit et elle aussi.








. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Life is unfair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Ven 15 Nov - 19:01


J'attends tranquillement la réponse de la jeune fille, qui fait sa princesse en tutu rose, ce qui me fait soupirer. Si elle savait que j'utilisais presque jamais mes capacités vampiriennes et encore moins mon don,  quel aurait été sa réaction? C'est vrai que déjà, grâce aux techniques de l'école Hiten Mitsurugi, me donne beaucoup de possibilité. Et puis, tout bon guerrier sait qu'il ne faut jamais montrer toutes ses cartes, il faut toujours en garder quelqu'une dans son sac. Après avoir fait pendant quelques minutes son cinéma,  elle me dit qu'elle sait où on doit aller pour s'amuser, tout en montant dans la voiture.
Je m'installe  au volant de ma voiture sans prêter la moindre attention à un garçon qui semble faire une tête de dix mètre, mais bon, je n'en ai rien à faire. Je démarre la voiture et on part du lycée, prenant la direction de Port Angeles.
Le voyage dura une petite heure, sans le moindre probléme. J'en ai profité pour me rappeller la liste des proies potentiels que j'avais fait, à mon arrivé à Forks.




Une fois arrivé en ville, je la laisse me guider. On s'arrête devant un grand hôtel où je garre la voiture. Je mes deux trois minutes à sortir de la voiture, le temps de me changer afin de ne pas faitre trop "tâche" la foule des invité et puis je rentre à sa suite, dans une immence salle où se déroule un gala de charité.
On voit bien qu'elle a habitude de ce genre de soirée. La dénommé Ruby se retourna vers moi et me demanda par quoi on commence. Avant suivre le mouvement de la foule, qui mit à applaudire quand un homme monta sur la scéne.
Je pousse un léger soupir, ce n'est pas vraiment à ce genre d'amusement que j'avais pensée. Même si c'est  vrai que j'avais déjà repéré  quelques proies.
Un jeune homme d'une vingtaine d'année, assez jolie garçon attira mon attention. Je savais qui s'était,  c'était un garçon d'une riche famille, qui avait été  déjà arrêter pour plusieurs violes mais qui n'avait jamais été condané pour cause de preuve.  Et malheureusement pour lui, il faisait partie de ma liste de proies.
Après deux trois minutes, je regarda ma jeune compagne et d'une voix très agréable  mais ou pouvait entendre une légère ironique :

-Prenons notre temps avant de partir chasse?

Je savais exactement ce que je vais faire dans le prochaine heure,  je vais faire en sorte que ma nouvelle proie ressente ce qu'elle fait sentir à ses victimes et je sens que je vais bien m'amusé, surtout durant la deuxième partie. Je me méle doucement aux invités, tout en affichant un sourir chameur.
Je fais quelques pas quand soudain, je suis face d'une femme d'une quarentaine  d'année, assez belle. Je ne mes que quelques secondes pour me rend compte qu'elle fait aussi partie de ma liste, elle est à la tête d'une créme de beauté qui a fait des centaines de victimes, les femmes toutes issuent de la classe moyenne, qui utilisaient son produit, donnait naissance à des bébés avec des graves sécéles. Maglré le fait que son produit ait été retiré du marcher, elle n'avait jamais donner le mointre centime pour les indemniser.
Je décide de commencer à m'amusé un peu avec elle, mais sans pour entant oublier le jeune homme, qui restait ma proie principale.




Je lui fit une sorte baise mains, tout en affichant un sourire chameur mais également légèrement ironique. En même temps,je passe assez rapidement ma main à la base de son coup et je la pique avec une fine aiguille, sur un point bien préci, pretestant une salété sur son épaule.
La poufiace  me remercie, avant de continué sa route.
Je lui adresse un beau sourire, avant de laisser un léger sourire sadique se dessiner aux coins de mes léves, à l'attention de Ruby.
Quelques minutes plus tard, la poufiace était pris pas de mouvement incontrôler, qui la fit passer pour le clown de service.
J'observe tranquillement la scéne, me decectant de l'odeur qu'elle produit, car le point que j'avais piqué, controler les mouvements du corps et malheureusement pour elle, ça allait continuer pendant quelques heures encore. Utilisant la vitesse d'une téchnique de l'école Hiten Mitsurugi,  je me retrouve au côté du clown de la soirée, fit le tour d'elle, lui enfligeant quelques petites coupure avant de regagner ma place. Personne n'avait remarqué qu j'avais bougé.
Je devais avoué, qu'elle faisait bien les amuses gueules.

Revenir en haut Aller en bas
Ruby H. Willow
❝ Never failure always lesson ❞
avatar
» MESSAGES : 318
» WHERE ARE YOU ? : Forks, again.
» POWER : Moon's Child - Speed / strength / suppleness
» RPG AGE : 18 years old.
» JOB : Back at school bitches!
» WHO ? : Sasha pieterse
» MULTI COMPTES : Lisa-Vik-Kyle
Perfect

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Enfant de la Lune
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Mar 19 Nov - 19:48


Un garçon d’une vingtaine d’année, plutôt beau garçon et visiblement riche, comme tous ceux ici, attira l’attention de son compagnon de chasse. Il se tourna d’ailleurs vers elle.

-Prenons notre temps avant de partir chasse?

Elle eut un sourire et un regard en coin à la proie potentielle :

« Je ne t’ais pas emmener pour refaire la déco je pense. »

Il commence à s’enfoncé dans les invités, et se cogne a une femme. Ruby détourne le regard et se concentre sur sa propre proie. Un jeune homme blond parle avec la première proie, elle s’avance sur le côté de la piste de danse ou plusieurs personnes sont en mouvements. Elle le connait, mais d’où ? Impossible de le replacer, et sa mémoire ne lui fait défaut, si elle ne le reconnait pas, alors c’est qu’elle ne la pas croiser en Ruby. Honey ? Impossible, elle n’est pas sociale et ne sort que quand… Ca ne peut être elle. Etait ce en burne ? Elle va vite être fixée. Le blond s’approche d’elle doucement, elle ne le sait ni méchant ni gentil. D’un geste gracieux de la main, il l’invite à danser, elle lui sort son plus beau sourire.

-Si je m’attendais a te voir ici… Willow.

Elle lève le menton et hausse les épaules avec désinvolture, il l’entraine sur la piste et leurs pieds bougent gracieusement en rythme. Elle continu de le fixé.

-Le blond te va très bien aussi
-Il faut savoir se renouveler
-Je ne me souvenais pas d’une telle voix… Bonne surprise.
-Je ne me souvenais pas d’un si beau jeune homme… Bonne surprise.

La conversation continua, les réponses de Ruby toujours aussi énigmatiques. Ils continuent un petit moment avant de s’arrêter, comme la musique. De loin, elle va une femme faire une crise de spasmes, suivie du regard par son acolyte de meurtre. Le blond, qu’elle situe comme James, d’après le cours flash lui revenant. Ils s’étaient croisés avec Willow dans une boutique, alors qu’elle observait sa proie, fils d’un riche financier, il l’avait invité a diner, elle avait déclinée se prétendant fatiguée. L’occasion était là, une chance pour elle… Triste sort pour lui.

Il commence a passer vers une porte d’ébène, elle le suit gentiment avant de s’apercevoir qu’ils entrent dans un petit salon, mal éclairé de sa lampe de table, et qu’un chandelier est posé sur le buffet. Elle voit qu’il ferme la porte d’un tour de clé. Il s’approche d’un pas lent vers elle, elle continue de sourire, il s’approche encore, lentement, avant de déposer un léger baiser sur son épaule. Elle continu de sourire, cherchant d’une main le chandelier près de la lampe, il croit surement à l’extinction des feux… Un coup est parti. Sec et sans défaut. Le sang gicle d’un coup du crane de la victime. Celle-ci continua a lui frapper dessus. Sous l’œil innocent des oiseaux dehors, regardant le liquide rouge couler. Elle jeta le chandelier a terre et ouvrit le torse de sa victime.

Elle savait dorénavant qui s’était. Vraiment. Un homme qu’elle avait repéré mais n’avais réussit a le mettre de coté de ses amis quand elle l’avait rencontrée. Tout lui revenait droit dans les paupières. Il avait agresser de nombreuses jeunes femmes, les menant à l’écart avec un sourire charmeur, leur arrachant le cœur et les tuant. La police était à deux doigt de l’arrêter, mais tout un hiérarchie corrompue avait eu raison du système judiciaire. Alors aujourd’hui, sur le grand tapis bleu, elle l’acheva de la même manière, extirpant à mains nues le cœur du malheureux, avec ses ongles manucurés maintenant en miette. Elle était réveillée, n’arrivait plus a se contrôlée, l’intérieur de l’homme était en miette. Le cœur gisait sur le sol et elle eut un sursaut.

« Pas maintenant ! »

Elle voulut crier le nom de Kenshin mais tout ce coinca dans sa gorge, elle ne put rien dire. Elle eut un autre sursaut, Honey tentait avec peine de prendre le contrôle. Et la vue de tant de sang eu raison de Ruby. Qui n’était maintenant plus la. Elle mit les mains autour de sa tête et poussa un petit cri avant de se rouler au sol, meurtrie. Ruby tenta d'attraper son cou et de le sérré, seule chose pour retrouver entièrement sa personnalité, mais Honey résistait, toujours plus en pleurs. Honey se leva d’un bond et courut jusqu’à la porte donnant sur les toilettes, elle ouvrit la porte avec fracas et courut jusqu’au lave main, ou elle se les lava, sans parler.


Puis d’un coup, elle le vit. Kenshin se tenait derrière elle, une lueur folle dans les yeux.

Elle était pitoyable, la au sol, mais elle s’en fichait, elle sanglotait et un sang qui n’était pas le sien la souillait, elle avait peur, et pendant ce temps, Ruby criait intérieurement. Il commença a lui parler, alors que entre Ruby et Honey, s'était toujours la guerre intérieur et si Ruby gagnait du sang allait couler ce soir. Foi de Willow.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Life is unfair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Dim 24 Nov - 21:35


J'observe avec un certain plaisirle spectacle que nous offre, bien malgré elle, le clown de la soirée, tout en gardant un oeil sur ma proie principale.
Je remarque que la jeune fille a apparement aussi trouvé une poie puisque je la voir se diriger vers le petit groupe d'humain.
J'espère simplement qu'elle n'a pas l'attention de prendre ma proie car comme je l'ai dit, je ne suis pas partageur avec mes jouets. Mais apparement elle avait jeté son dévoulut sur un autre jeune homme qui se trouve à côté de sa proie. Elle part de son côté,  je n'y prête pas vraiment attention,  je ne suis pas là pour être sa baby siteur et puis elle est assez  grande pour se débrouiller seul, de toute manière.
J'attends patiement que ma proie passe se mette en chasse, car je connais assez bien ce genre d'humain, il ne sait pas rester très longtemps avant de se remettre en chasse. Je l'observe tranquillement, sans  me faire remarquer. Chose qui m'ai facile de faire puisque j'avais des années d'entrainement. Combien de fois j'avais du attendre le bon moment pour tuer mes cibles, du temps où j'étais Battosai?
Au bout de quelques minutes,  comme je l'ai prédit, ma proie commença à discuter avec une assez jolie fille. Il commençaà fait son numéro et versa une sorte de poudre dans son verre sans qu'elle s'en rentre compte.
J'observes  tranquillement, souriant légèrement, en voyant la scéne, attendant qu'il enmene la jeune fille autre part. J'ai bien l'attention de m'amusé un peu et pour moi, ça ne passe pas sans une petite partie de chasse.
Je le vois quitter la salle où se déroule la vente de charité et se dirigier vers une sorte de chambre qui se trouve au font d'un long couloir.
Je les suis d'assez loin, j'attends deux trois minutes avant de rentrer dans la chambre, bien décider à caputuré ma proie afin de l'amener dans un endroit où on sera plus tranquille.
Mais quand  j'ouvre la porte, la scéne qui se déroule devant me fait voir rouge si je peux dire.
Ma proie n'avait pas seulement l'attention de violé la fille, mais faire une tournante.




Je pose un regard sadique avec une lueur de folie dans les yeux sur ces humains patétiques. Enfin je devais peut être les remercier  pour m'avoir permit de prendre la place.  Et oui, ce n'est plus vraiment Kenshin mais plutôt sa partie sombre, qui encore plus sadique que lui. Mais bon, personne n'avait pas remarqué le changement de propriétaire.




Avant que ces êtres si patétiques ne puissent le moidnre gestes,  je leur avais déjà fait une petite centaines d'entaille avec mon Kodachi que j'avais toujours sur moi. S'éparement, les entailles n'étaient pas mortel mais ensemble, elles apportaient la mort avec milles souffrances.




Je m'en fout qu'on puisse entendre leur cris car malheureusement pour eux, ils avaient pris la chambre qui était la mieux isolé et donc on entendait pratiquement rien, de l'extèrieur.




Je trouve une chambre libre où je dépose la jeune fille endormir, avant de revenir dans la chambre, chercher ma proie. Je quitte la chambre tranquillement, avec ma proie inconscience sur l'épaule et je prends bien soins de refermer la porte, en mettant le panneau adiquand de ne pas déranger.
Je jette ma proie dans le coffre de ma voiture et puis tout en le refermant, j'entend un léger cris.
Je reconnais ce cris, afin  Kenshin connait la personne mais bon, ce n'est pas vraiment important. Dans la seconde qui suit, je me tiens devant la dénommé Ruby, si je me souviens bien. Bah oui, j'ai tendance à pas être attentif à ces êtres patiétique quand je n'ai pas le contôle.
Alors que je pose un regard remplie de folie sur la fille, elle éclate en sanglot.
Mon regarde ne change pas mais je pense que je commence à comprendre la raison pour laquel, Kenshin lui avait proposé d'aller chasser ensemble, alors que d'habituellement, ils chassèrents seuls. C'était une façon pour eux, de se retrouver.  Car malgré les apparences, ils s'entendaient bien. C'est seulement à la mort des deux personnes qui lui étaient le plus cher,  leur âme s'était séparé en deux, ainsi quand l'une était trop fatigue de cette vie, l'autre prenait la place. Chaque partie avait légèrement évolué, ainsi que les goûts.
Je trouve qu'elle est légèrement différent de celle donc j'ai le souvenir. Serait il possible, qu'elle est aussi une sorte de double personnalité, comme Kenshin et moi?
Je pose délicatement ma paume sur sa joue, m'en fichant de la froideur de celle ci et d'une voix aussi froide que la glace :

- Arrête de pleurer, petite. Si l'autre ou toi ne l'avait pas fait, c'est toi qui aurai été à sa place. Tuer pour survivre, c'est un instinct  naturelle.  Si tu en as vraiment marre, alors pourquoi vouloir  prendre la place?  Il te serait facile de rester dans l'ombre, non? Donc c'est qu'en quelques sortes,  tu en retire quelques satifactions.  

Sans préocuper de la réaction qu'elle pouvait avoir, je la pris dans mes bras et quitta la piéce.
Je dirigea vers la sortie, ensuite vers ma voiture. Je l'installe sur le siège passager. Je m'installe  au volant et je démarre la voiture, mettant cape sur  un terrain abonner que je connaissais.




Revenir en haut Aller en bas
Ruby H. Willow
❝ Never failure always lesson ❞
avatar
» MESSAGES : 318
» WHERE ARE YOU ? : Forks, again.
» POWER : Moon's Child - Speed / strength / suppleness
» RPG AGE : 18 years old.
» JOB : Back at school bitches!
» WHO ? : Sasha pieterse
» MULTI COMPTES : Lisa-Vik-Kyle
Perfect

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Enfant de la Lune
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Lun 25 Nov - 19:46


Kenshin s’approche de Honey, qui a maintenant le plein contrôle, et pause ses paumes glacées sur les joues ruisselantes de larmes de la jeune blonde:

- Arrête de pleurer, petite. Si l'autre ou toi ne l'avait pas fait, c'est toi qui auras été à sa place. Tuer pour survivre, c'est un instinct naturel.  Si tu en as vraiment marre, alors pourquoi vouloir  prendre la place?  Il te serait facile de rester dans l'ombre, non? Donc c'est qu'en quelques sortes,  tu en retire quelques satisfactions.  

Il la prend dans les bras et l’emmène jusqu’à la voiture, il prend la route, sous les grands yeux azurs de la jeune fille, effrayée. Ce n’est pas Kenshin, elle le sait, Ruby angoisse elle aussi un peu, elle le sent. Elle ne se tourne pas vers lui, elle regarde l’épaisse forêt :

-Tu n’es pas Kenshin.

Il lui a dit son nom, aujourd’hui, c’est un nom compliqué, elle l’a sur le bout de la langue, elle la fait claquée sur son palais, il est sanglant, il respire la haine, un nom violent, elle le sent, un nom de peur, de violence. Ils continuent d’avancer, dans a brume, elle ne se tourne toujours pas.

« Je veux sortir, je veux vivre, Ruby est méchante, je suis gentille je devrais gagner, moi ou La Brune, ais pas elle... » Elle regarde cette fois le jeune homme, lui remettant une mèche de cheveux derrière l’oreille. « Ciel, comment en es-tu arrivé là ? »

Ce n’est pas une question qui appelle une réponse, ses larmes continuent de couler en silence, elle ne se rappelle toujours pas de son prénom, comme une petite fille, elle tapote le bout de sa langue comme si le mot aller se coller sur son doigt, qu’elle allait le voir. Elle émet un petit son, comme une chanson.  "If you down in the woods today. You’re sure of big surprise. If you down in the wood today. You better go in disguise” Cette chanson la hante, quand elle est dans le noir, quand elle est à l’intérieur sans sortir, elle la chante inlassablement, elle ne sait pas pourquoi, elle est là, comme encrée dans sa peau, dans son cerveau, elle ne sait pas pourquoi Ruby ne l’entend pas, ni la Brune, elle l’entend, et elle sait que c’est la clé, cette chanson, c’est la raison de son enfermement.

Elle tourne son regard ver le brun, il continu de conduire, elle est un peu dans la lune, et elle sent sa soif, elle le trouve presque apaisant, droit comme un pique à conduire. Elle entend encore le son de sa voix, la personne qui l’a sortie, elle ne serait pas là sans cette personne. Elle sent encore les bras puissants autour d’elle, la protégée. La clé est là, elle n’est pas folle. Elle veut bien l’avouer, c’est difficile à comprendre, pour  elle s’est claire : Elle n’était pas seule la nuit ou s’est arrivé, il y avait aussi l’agresseur. Elle quitte ses idées noires, elle ne sait pas si Kenshin a apprécié la chanson, sans doute pas. Elle se perd dans ses yeux. Elle à froid, regarde le jeune homme de ses yeux grand ouvert, elle ne le lâche pas des yeux, le garçon, il traine avec Ruby ? Alors il doit être comme elle, mais ce n’est pas Kenshin, alors peut-être est-il gentil ? Ou mauvais ? Elle continu de le regarder.  

« Pourquoi ? Pourquoi tu tues ? »

Question simple et nette, sans fioritures. Elle s'arrêta:

"Finalement je ne veux pas savoir."

C'était un monstre et pourtant elle n'arrivait pas  ne pas l'aimer, a se méfiée, bien sur elle se tenait a distance mais il y ait encore quelque chose de bon en lui elle en était sure, sinon il ne l'aurais pas aidée.

"Je ne sais pas pourquoi tu fais cela, mais tu dois avoir vécu une chose horrible, avoir perdue quelqu'un."

Elle s'arrête deux minutes, cherchant ses souvenirs:

"Tu l'as dit a Ruby. C'était un femme..." elle cherche, encore et encore puis finalement a un murmure " Tomoé..."

Elle tourne sa têt avec peur vers li, elle e sait pas comment il va réagir.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Life is unfair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Mar 10 Déc - 22:49

Je regards droit devant moi, ce qui n'était pas une mauvaise chose quand on conduit, non? Je garde un oeil sur la fille, afin de pas être surpris pas une attaque quel compte.
Après quelques minutes de silence, la gamine  commence à parler, je l'écoute sans vraiment lui prêter une attention quel compte. Il est vrai que depuis ce fameur soir où j'ai cessé d'être un humain, je n'ai pratiquement jamais prêter la moindre attention ce que mes victimes disaient  pour la simple raison que je les trouvais d'un ennuit inimaginable. Les seules personnes qui avaient attiré mon attention à l'époque, c'était les chefs de trois premièrs divisions du clan  Shinsengumi, les plus grands advsersaire des Patriotes. Les chefs des trois divisions étaient de magnifiques guerriers, j'ai souvent croisé le sabre avec eux, se quittant toujours sur un nul.




Celle qui semble occupé la place pour l'instant dans le corps de cette jeune Ruby  me demande pour quel raison, je tuer, de revenir sur sa question et terminant en pronoçant le nom de la seule femme que je n'ai jamais cessé d'aimer.
La main qui tient le volant, se serre légèrement, en même temps, je serre légèrement les dents. J'ai perdu l'habitude qu'entendre prononcé son nom par ces patiéques êtres humains. Bah oui, je n'ai jamais eu une très bonne opition, même quand j'étais humain.
Je remarque qu'elle semble crainte ma créaction, et elle a bien raison, apparemment Kenshin n'a pas très bien comprit que je n'aime pas qu'il parle d'elle sans me demande mon avis. Tomoé avait été la seule à connaitre mon existence et surtout la seule à ne pas dégager une odeur quand elle posait  son regard sur moi, la seule ne pas baisser son regarde et à oser me regarder dans les yeux. C'est pour cela que jamais, je ne pourrai pardonné à celui qui nous a transforler, de l'avoir tué.
Je reste silencieux, regardant devant moi. Ma première pensé aurait été de lui faire une petite série de petite coupure, celles qui ne mettent vraiment pas la vie en danger mais par contre qui fond assez bien souffrir. Mais, même pas une seconde plus tard, que cette pensée s'éloigne. Et le souvenir très, très lointain me reviens en mémoir, enfin c'est plus tôt un visage. Un visage au quel, je n'ai plus pensé depuis des siècles, celui d' Akané, une fille qu'il n'avait que une ou deux années de plus que moi. Elle faisait partie du groupe d'esclave au quel j'appartenais, avant la rencontre avec Seijo. Elle s'était fait tué en voulant me protéger pour une raison que j'ignore. Même si je n'avais pas passé que très peu de temps avec elle,  on s'était très vite bien entendu. C'est la dernière personne avec qui j'ai été un simple petit garçon de 6 ans, à jouer à des jeux de gamins. Je me souviens qu'elle souriait toujours, même si la plus part du temps, c'était un sourir triste mais aussi, c'était une sacrée coquine, quand elle pouvait faire une petite blague, et bien on pouvait être sûr qu'elle en profitait. Elle arrivait très facilement à ce que je sois son complice.
Plus j'observe le regard de la jeune femme, plus elle me fait pensée à cette "grande soeur", Akané, elle avait la même triste dans le regard, ce quelque chose que je ne sais expliquer.
Un long moment se passe et on arrive devant un immence terrain desinfecté sur lequel, se trouve une vielle uisine abondonné. Le terrain se trouve à une quinzaine de kilomètre hors de la ville. La voiture pénétre le périmètre  de l'usine et rendre dans un batiment désinfecté.




Après avoir rouler pendant une dizaine de minutes, la voiture s'arrête.  Sans un mot, je sors de la voiture et je me dirige vers le coffre où se trouve ma proie. Je l'ouvre et d'une voix agréable avec quelques notes ironque :

- Comme tu aime tellement chassé les jolies filles et d'amuser avec, je vais être sympta, je vais te faire jouer le rôle de la proie,  ça te va?  




Tout en lui faisant un léger sourire sadique,  je recule de quelques pas afin qu'il puisse sortir du coffre, avant de termier en disant :

- Tu as 10 mins d'avance pour essayer de t'échapper. Si tu y arrive, tu sera libre, sinon et bien tu aura le sort réserver aux proies.

Je le laisse partir, mort trouille. Avant de fixer mon attention sur la jeune blonde qui vient de sortir de la voiture.  Tout en m'étirant, d'une voix agréable lègérement froide :

- Pourquoi je tue? Parce que ça m'amuse mais surtout pour rendre la justice. Mes proies ne sont jamais de pauvre agniaux innoncents, ils ont tous quelque chose à se repprocher.  

Je pousse un léger soupir. Je suis toujours le code d'honneur que Seijo m'a enseigner et pour ceux qui ne le respect pas, elles deviennes mes proies, afin que la justice divienne soit accomplit et revienne un certain equilibre. Je termine en disant :

- Je suis bien plus vieux que je peux laisser parraitre, gamine. A mon époque, le sang et la mort, ainsi que la loi du plus fort, étaient des choses courant, de normale. Elles m'ont toujours accompagné, aussi loin que je peux souvenir. Pour moi, c'est quelque chose de naturelle.  

Je m'éloigne lentement de la voiture,  me méttant ainsi en chasse, je n'attends pas specialement une réponse

 


Revenir en haut Aller en bas
Ruby H. Willow
❝ Never failure always lesson ❞
avatar
» MESSAGES : 318
» WHERE ARE YOU ? : Forks, again.
» POWER : Moon's Child - Speed / strength / suppleness
» RPG AGE : 18 years old.
» JOB : Back at school bitches!
» WHO ? : Sasha pieterse
» MULTI COMPTES : Lisa-Vik-Kyle
Perfect

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Enfant de la Lune
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Sam 14 Déc - 22:56


La voiture s’arrête sur un terrain abandonné, et Kenshin sort de la voiture, ouvrant le coffre arrière, et Honey l’entend parler avec quelqu’un:

- Comme tu aime tellement chassé les jolies filles et d'amuser avec, je vais être sympa, je vais te faire jouer le rôle de la proie, ça te va?

A qui parle t-il et de quoi ? Honey ne sait pas, et elle ne veut pas savoir:

- Tu as 10 minutes d'avance pour essayer de t'échapper. Si tu y arrive, tu sera libre, sinon et bien tu aura le sort réserver aux proies.

Un homme part au loin et disparait, il va surement le traquer, c’est un monstre. Tant pis pour lui, il était mauvais:

- Pourquoi je tue? Parce que ça m'amuse mais surtout pour rendre la justice. Mes proies ne sont jamais de pauvres agneaux innocents, ils ont tous quelque chose à se reprocher.

Lui parlait-il ? A Honey, lui parlait-il ? Sans doute, il répond a sa question, pourtant elle avait dit ne pas savoir, alors pourquoi répondait-il ? Sans doute qu’il le voulait, libre a lui. Honey plaqua ses mains contre ses oreilles:

- Je suis bien plus vieux que je peux laisser parraitre, gamine. A mon époque, le sang et la mort, ainsi que la loi du plus fort, étaient des choses courant, de normale. Elles m'ont toujours accompagné, aussi loin que je peux souvenir. Pour moi, c'est quelque chose de naturelle.

Il s’éloigne et elle murmure pour elle-même :

-Et moi a mon époque, il ny avait ni douleur ni peine, que joie et bonheur. Mais je suis tombée dans le trou et le tant est venu ou la peur s’est installée. Tourne feuille, car bientôt tu t’écraseras au sol.

Honey est une enfant, voila pourquoi Ruby pense que qu’elle n’a pas sa place ici, elle a peut être raison, mais Honey grandira, tout le monde grandi, et un jour, elle prouvera a Ruby qu’elle mérite la vie. Puis elle sent cette peur monter en elle, cette genre de peur, quand elle sait qu’elle va disparaitre, puis elle repousse Ruby a l’intérieur. Elle veut sa nuit, et il faut qu’elle retrouve Kenshin. C’est important. Elle pose un pied au sol, puis les deux, ses cheveux tombent, dégoulinants de sang, sur ses épaules. Elle marche dans le noir, même si elle en a une peur bleue.

-Kenshin ? Es tu la ?

N’est il pas un peu tard pour jouer à cache-cache ? Elle avance, toujours plus effrayée, mais elle continu de marche. Puis soudain, plus un bruit, juste un œil dans le noir. Honey jette son manteau a terre et se met en position de défense, elle n’est pas idiote, si il y a danger elle a suffisamment vu Ruby se défendre pour en faire de même. La bête sort de sa tanière, c’est un loup, énorme et menaçant, des grands yeux violents et des pattes aux pointes crochues. Il s’élance vers la jeune blonde, qui s’esquive et puis sent la colère monter en elle : Elle sent ses yeux devenirs d’un jaune profond, elle se baissa, les genoux au ras du sol, attendant un signe de lui. Il n’en fit rien, retentant de la tuée, elle met toute la puissance qu’elle peut dans ses jambes, et entour de ses bars fins le cou du loup, y mettant toute sa force de loups garous, si bien que ses bras grossissent et que l’animal ne fais plus un bruit, Honey lui caresse la tête avant de le jeté contre un arbre, contre lequel il s’écrase, assommé. Elle retrouve ses bras normaux, oui, il est cruel de l’assomé, mais il serait encore plus cruel de le soumettre a elle, et elle voit les animaux comme dignes de respect, elle ne le tuera pas, comme lui ne la tueras pas.
Soudain elle ressent une vive douleur dans la tête, elle tombe au sol, abattue, une voix crie dans sa tête, depuis qu’elles se sont aperçues de leurs existences mutuelles grâce au Doc elles ne cessent de se disputées, et Willow commence a ne plus rien pouvoir faire, a part les menacées de prendre définitivement le dessus. Honey, soudain elle ne sentit plus rien, plus rien a part la douleur, la douleur du souvenir. La mémoire était une chose étrange, elle fonctionnait selon ses propres envies, a vous de deviner comment cela se passait quand il y avait plusieurs personnes dans un même corps, et principalement quand aucunes ne s’entendaient. C’était d’habitude pourtant simple, Honey avait la mémoire avant l’incident, Ruby après et Willow prenait les choses qui ne devaient pas entrer en contact avec les deux autres, pour leur bien bien sûr. Alors pourquoi Honey voyait elle des images passées en boucles dans ses têtes, elle, la terre, l’air qui lui manquait, et cette main qu’elle sortait du sol, rentrait en contact avec… une autre main ? Non, peut-être pas… Elle ne se souvenait plus, tout se mélangeait dans sa tête. Elle s’étala de tout son long, prenant une grande respiration. Puis. Rien. Un silence glacial, elle n’osait plus bouger, et avant qu’elle ai pus faire un mouvement, elle se sentit partir, lentement.

Noir.

Elle ouvrit ses paupières, rapidement, elle se tint assis, devant elle se tenait Kenshin, comment en était-elle arrivée ici ? Elle ne s’en souvenait plus. Elle se leva doucement, sa tête la faisant encore un peu souffrir :

« Soirée de merde, je n’ai même pas pus m’amusée un plus, et toi, j’espère que tu en a un peu plus profité ? »

Soudain elle s’arrêta, guettant le moindre signe, elle entendit un bruit non loi, un froissement de feuille et un rire de garçons. Elle émit un sourire et ramassa au sol son manteau, l’enfilant sans se soucier du vampire. Elle se tourna enfin vers lui, une lueur malicieuse dans l’œil. Elle s’avança , faisant attention a chaque pas, léger et discret, elle repassa les règles en vue. Puis elle observa le groupe. La première chose qui la choqua fut de voir tous ces animaux morts au sol, des loups, des biches, des espèces protégées. Des braconniers ? Sans doute. Elle attendit quelques minutes que certains rejoignent leurs tantes. Elle s’avança finalement, arrivant dans le dos d’un des porcs, assis, une bière a la main. Juste un craquement , elle lui tourna la tête si fort que celle-ci se détacha un peu du reste du corps. Elle continua, faisant face a un homme, fusil en main. Elle courut vers lu et avant qu’il ne fasse un mouvement, elle lui jeta le fusil dans le ventre, elle frappa ensuite un coup de son bras qui grossissait dans sa tête, s’empara d’une buche sur le coté et l’abattue sur les jambes de l’homme. Elle détacha ensuite un loup attaché, celui-ci s’en allant d’elle, de peur surement. Elle éffrayait même les animaux. Puis elle entendit un bruit derrière elle :

« On fait quoi des autres ? »

Elle se tourna vers Kenshin, un sourire malicieux sur le visage.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Life is unfair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Mer 22 Jan - 22:07


J'abonne  la dénommé  Ruby, le pathétique humain cours le plus vite possible, afin pour lui. Pour moi, il va à une lenteur pas possible, j'ai  souvent tendance à oublié ce genre de détaille.




Je suis juste derrière lui, tout en restant cacher mais laissant mon aura meurtrier se faire sentir.


Un petit sourire sadique se dessine aux coins de mes lèvres, je sens une envie de m'amusé monter  en moi, ce qui n'est pas bon  pour ma proie.  Je m'amuse avec lui, en m'approchant assez pour le toucher durant un centième de seconde, utilisant mon don ( après bien sûr m'être assurer que nous étions seuls), en lui faisant ressentir la douce morsure du froid dans son être, avant de m'éloigné un peu. Je continu ainsi pendant un temps, avant de passer à autre chose. Il a de la chance, je suis d'humeur créatif ce soir.  Je fous mes mains dans mes poches, à la recherche de petites billes de métal,  j'en ai toujours sur moi, j'aime bien jouer avec à mes heures perdues, quand je n'ai rien à faire. J'en trouve une vingtaine que je garde en main pendant  quelques minutes, pendant  les quels, je continue à faire peur à ma proie,  la griffant de temps à autre, afin de  gouter à son sang.  





Bah oui, je sais que d'habitude Kenshin  se nourrit de sang animal mais bon,  là ça fait longtemps que je n'ai plus goûté à cette délicieuse nourriture. Enfin  cela dépend sa provenance.
Il n'est pas assez à mon gout, mais bon, peut être  faut il un peu de temps pour être  comme je les aime, c'est-à-dire  quand la peur, l'angoisse, le désespoir  rends  leur sang plus agréable, avec un léger gout fruité.  
Je m'approche à nouveau de lui, mais je reste à deux trois mètres et dès j'aperçois la terreur le prendre un peu plus,  je lui lance une petite bille de métal  qui est gelée, assez fort pour qu'il en ressente la douleur mais pas assez pour le blesser.  Je me délecte de ses cris de souffrances, de ses variations  dans les tons, un véritable délisse, digne des plus grands compositeurs.
Au bout d'un certain temps,  je me laça, il faut dire que je me lasse  assez vite quand mes proies ne sont pas aussi divertissant que prévus. En moins de quelque  secondes,  le pitoyable humain qui m'a servis pendant une ou deux heures de jouet, se trouva  par terre comme un minable ver de terre à se tordre  de douleurs, suite  aux calvaires que je lui avais gentiment fait subir. Comme il ne captait plus mon attention et qu'il était devenu  un jouet sans la moindre importance,  je lui avais  fait un point d'acupuncture  qui   piqué d'une certaine manière, et durant un temps assez long, pouvait faire perde l'usage de la parole.
Avant de retourner voir l'humaine nommé Ruby,  je lui fis des centaines de coupures donc aucune n'était mortelle à courts terme mais qui laissaient  couler très lentement le sang.
Je n'avais aucun doute au fait que cette larve va émette son dernier soupir après avoir bien souffert. Les environs étaient déserts et je sais  que personne ne vient.
Je m'éloigne  tranquillement, sans même un regard pour le ver de terre  qui essayait de hurlé. Une minutes plus tard, je me trouve au près de la jeune fille,  qui était en boule au milieux d'une sorte de clairière, éclairer par un rayon d'un croissant de lune, Un peu plus loin, il remarque le corps d'un loup, inconscient apparemment, puisque je l'entends respirer faiblement. Après avoir fait quelques points d'acuponcture,  laissant l'animal s'en aller avant de prendre la jeune fille dans ses bras et  je m'éloigne tranquillement.





Après deux trois minutes, je la dépose  doucement par terre avant reculer et je appuie contre un arbre, en attendant qu'elle se réveille.
Au bout de quelques minutes, je la voie se réveiller et râler tout en se levant. Ah je pense que celle qui se fait appeler  "Ruby" a reprit la place ou prit?  J'ignore quelle personnalité est celle d'origine mais pour être franc, je m'en fiche royalement.  Alors qu'elle reprend doucement ses esprits, un léger bruit  se fait entendre.   Apparemment,  nous ne sommes pas loin d'un camp de braconnier.  Je laisse " la gamine"  s'amuser avec l'humain qui se trouve  le plus propre et je la laisse délivre un jeune loup pendant que j'en profite pour libérer plusieurs animaux de leurs cages.
Après s'être  calmer les nerfs sur l'humain, elle me regarda tout  en me demandant  ce qu'on va faire pour les autres.
Je la regard avec un léger  sourire ironique et un regard légèrement sadique, prenant une voix de petit garçon :

- On peut aller demander aux grandes personnes, s'ils veulent jouer avec nous? A moins bien sûr que tu sois trop fatigué.

J'attends une réaction de la part de la jeune fille, tout en me demandant si elle avait remarqué que ce n'était plus la même " personne" qui lui faisait face. De toute manière, quelque soit sa réponse, ces pathétiques  ver de terre  ne verront pas le prochain lever de soleil car j'ai une sainte horreur des braconniers, de ces humaines qui chassent avec des fusils et qui osent s'appeler des chasseurs. Ils vont bientôt regretter d'être auto proclamer préteurs, je vous le garantis.



Revenir en haut Aller en bas
Ruby H. Willow
❝ Never failure always lesson ❞
avatar
» MESSAGES : 318
» WHERE ARE YOU ? : Forks, again.
» POWER : Moon's Child - Speed / strength / suppleness
» RPG AGE : 18 years old.
» JOB : Back at school bitches!
» WHO ? : Sasha pieterse
» MULTI COMPTES : Lisa-Vik-Kyle
Perfect

Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Enfant de la Lune
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   Jeu 23 Jan - 14:46


Ruby se souciait vraiment plus d’elle-même que de Kenshin, enfin celui qui était dans le corps de Kenshin. Bien sûr qu’elle avait remarqué que c’était une autre personne, Batto... Ba.... L’autre dont lui avait parlé le jeune homme quoi. Impossible de se rappelée de son prénom. En même temps, on rencontrait plus de James ou de Jade de nos jours que de de Kenshin et de Batto-machin. Pour preuve, elle s’appelait Ruby, alors ça prouvait le genre de prénom à la mode, car oui, ses parents étaient des gens branchés, qui aimaient vraiment les prénoms sympas et « cools ». Décidemment, elle ne comprendrait jamais les personnes qui donnaient des prénoms étranges ou symboliques à leurs enfants. Pourquoi faire cela ? Aucune idée. Un prénom, c’était superficiel, inutile en réalité, alors inutile d’essayer de rendre cela important. Peut être juste que Kenshin était à la mode du temps de la naissance du jeune homme, mais maintenant, ça faisait plus mangas que prénom. Ou un prénom de vieux film asiatique, de Kung Fu. Oui c’était ça. Un film avec des sabres et des samouraïs.

- On peut aller demander aux grandes personnes, s'ils veulent jouer avec nous? A moins bien sûr que tu sois trop fatigué.

Elle eut un regard méprisant. Fatiguée ? Elle ? Il se foutait littéralement de sa gueule la ? Avait-elle l’air fatiguée ? Pas le moins du monde. Elle était en pleine forme. Elle ne s’était pas sentie aussi vivante depuis longtemps, malheureusement il fallait qu’elle rentre. Ses parents la traquaient comme... Un loup. Mais surtout sa mère en fait, son père se tenait loin d‘elle, méfiant et peureux. Il avait raison, elle était dangereuse. Mais sa mère n’avait nullement peur, avec un permis de port d’arme, un père flic et une arme lourde ou deux dans sa table de nuit et un peu partout dans des cachettes de sa maison, elle ne ressemblait en rien à une humaine inoffensive. Rien du toooout. Tant pis, elle avait bien deux minutes non ?

-Je ne suis pas une enfant CuteBoy, tu prends la tente de droite, et moi celle de gauche. Il me reste bien cinq minutes.

Ce n’était pas une question, et il n’avait pas à s’y tenir si il ne voulait pas, il pouvait partir, elle pouvait se débrouillée toute seule, mais elle savait, dans son cerveau de sadique, il voulait rester, il devait finir le travail. Elle savait ce que cela faisait, elle savait qu’il le voulait. Elle se dirigea vers la première tente, une hache prise sur un rondin de bois à la main, elle l’abattit sans ménagement sur les personnes venant de se réveillées. La jeune fille se pencha vers les deux dépouilles, et même les trois, mais la dernière ressemblait plus à de la bouillie maintenant. Elle attrapa un médaillon, avec une dent de requin et une griffe de loup comme pendentifs, et le broya dans ses mains en regardant ses victimes. Le sang coulait encore, elle savoura ce petit plaisir, puis sans se donner plus de peine, s’empara Dun cœur de l’un d’eux, et mordit dedans, le loup avait pris le dessus. Elle avait faim, elle sentait la transformation commencée. Elle resta debout, son corps se modifiant lentement, pendant quelques minutes. Puis une voix s’éleva à côté de la tente, l’appelant, et son corps reprit son apparence normale. Elle se regardait dans le miroir, et ses yeux reprirent leur couleur. Elle lâcha le cœur par terre, et s’empara d’une serviette, enlevant le sang sur sa peau, elle se changea, prenant un habit d’un des braconniers, et mettant l’habit, jetant sa tenue hors de prix à terre, et sortit de la tente. Elle se dirigea vers le jeune homme, le sourire aux lèvres.

-Je t’ai manquée?

C’était dit avec un doux sourire et une voix sincère, très spéciale pour la personnalité de Ruby, elle s’approcha du garçon, a pas rapide, avant de se postée devant elle :

-Je dois rentrer, mais cette soirée était...

Puis elle s’approcha encore, jusqu’à avoir ses lèvres a deux centimètre de l’oreille du jeune homme :

-... Mortelle.

Elle posa un léger baiser sur sa joue. Puis elle tourna les talons, et quand elle arriva à cinq mètres de la bordure de forêt épaisse, se transforma violement en loup. Elle poussa un hurlement, puis tourna son visage et ses crocs vers Kenshin, avant de partir à toute vitesse en direction de Forks, instinctivement.

Elle avait passé une très bonne soirée.

Citation :
HRP> Voilà, je pense qu’on a fait le tour. Tu peux conclure si tu le souhaite, ou laisser ainsi, as You want. Au plaisir de RP de nouveau ;)

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Life is unfair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)
» Navy, z'inquietez pas jsuis pas aussi chiante que la fée o/
» Un petit bisous de la plus belle ... oui oui toujours aussi modeste
» Toujours aussi explosive [Sekhmet]
» UN GRIMOIRE TOUJOURS AUSSI CONVOITE (RP d'intrigue tour 1)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⚔ A THOUSAND YEARS ― TWILIGHT RPG ⚔ :: 


— (HJ) WHEN YOU'RE JUST A BEGINNER YOU HAVE TO DO A LOT OF STUFF;
 :: ⚔ THERE IS NO HOPE HERE ⚔ :: † Saison 2 †
-