AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Venez vous inscrire à l'event ICI. Vous pouvez aussi laisser un gentil mot sur notre fiche PRD ICI et n'oubliez pas de voter les amours !

Partagez | 
 

 Retrouvaille et retour au pays (PV Vasilisa Hope)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nashoba Black
の SHAPE-SHIFTER の
avatar
» MESSAGES : 1136
» WHERE ARE YOU ? : Forks
» RPG AGE : 13 ans
» JOB : étudiant
» WHO ? : Tomohisa Yamashita
» MULTI COMPTES : Stiofan Dacian


MessageSujet: Retrouvaille et retour au pays (PV Vasilisa Hope)   Mar 28 Jan - 21:51

Courir, c'est la seul et unique pensée que j'ai en tête depuis des jours, depuis le jour où j'ai saisir   l'occasion de venger la mort de Maman, en tuant  le vampire responsable de sa disparition, qui était  malheureusement pour moi, mon géniteur. J'ai subis  l'entrainement  d'un vampire pendant des semaines dans le seul but de le tuer car je savais que je n'étais pas capable à ce moment là. Mais surtout, je ne pouvais pas le laisser en vie plus longtemps.  Pourquoi? Parce que le don qu'il possédait était trop dangereux pour les miens, il pouvait s'approcher de n'importe qui sans qu'on puisse le détecté, comme s'il était invisible.
Je ne sais pas vraiment depuis combien de temps je cours,  je n'ai pas repris ma forme humaine depuis que je me suis enfuit des environs de Volterra, la ville où j'ai passé ces derniers mois. A part une fois que je me suis arrêté pendant quelque minute durant laquelle, j'ai envoyé un texto  aux Cullen,depuis le portable que j'avais piqué à mon père.  J'avais réussi à trouvé leur numéro grâce au net et une fois envoyé, je l'avais jeté. Je leur  demandais de l'aide. Car oui, je ne suis pas bête au point de  ne pas savoir qu'un enfant  ne peut prendre l'avion qu'en compagnie d'un membre de sa famille ou du tuteur. Je leur avais demandé de me rejoindre en France  sans donner un rendrez vous précis car j'avais peur que le texto soit intercepté.  Je me fais peut être des filmes mais je préfère être prudent. J'espère que les Cullen auront la bonne idée  de demandé à un membre de ma meute de les accompagner car  étant donné que sous nos formes loups, nos esprits sont connectés,  ça sera plus facile.  
Je sens bien que mon corps commence à fatigué, ce qui est normal vus que je ne prends que des très courtes pauses et que je ne chasse pas beaucoup. C'est juste que je ne sais pas si les Volturi sont à ma poursuite, ni combien.  Je ne pense pas que Shannon ne se soit déranger pour cela, car si c'était le cas, il ne m'aurait pas laissé m'enfuir si facilement.  Et puis, il savait parfaitement que je n'ai jamais eu vraiment l'attention de rejoindre son clan.
Je sens que je ne vais pas tardé à faire une pause, il faut que je dorme un peu mais surtout que je chasse car mon ventre crie famine,  il n'est pas content du traitement que je lui impose. Le soleil quitte lentement son zénith,dans un ciel parsemer que par quelques petits nuages blancs. Je m'arrête quelques minutes, le temps que je me situe  un peu, à coté d'une petite mare où je prend le temps de boire un peu, bah quoi, courir pendant des jours, ça donne soif, croyez moi. Je ne prête aucune attention au fait si l'eau est potable ou pas, de toute façon depuis que j'avais muté,  j'avais une santé de fer.
Une légère  brise vient caresser mon museau, m'apportant ainsi des odeurs différente, de proie, de plante, d'animaux et d'humain. Apparemment je ne suis pas loin d'un village ou d'une ville. je décide de m'en approcher un peu pour savoir où je me trouve  car j'ai dans l'idée de rejoindre Brest dans un premier temps, et après,  on verra.  Je suis attentif au moindre bruit car depuis ma fuite,  j'ai toujours pris grand soins de ne pas m'approcher des villes et village, car je ne voulais pas prendre le risque d'un humain se fasse tuer.
Au bout de plusieurs longue minutes,  je me décide à prendre la direction d'où provient les odeurs d'humain.  Après avoir trotter pendant une vingtaine de minute, tout en restant sous le couvert des arbres, j'arrive enfin devant le panneau indiquant l'entré du village. Je me trouve à l'entré d'Augne, un sympathique petit village, du moins c'est l'impression que j'ai en le regardant.
En attendant pour la centième fois les réclamations de mon ventre, je décide de m'éloigner et de me trouver un petit endroit  pour prendre un peu de repos et dormir un peu, ça serai bien.
Une grosse heure plus tard,  je suis roulé en boule dans un vieux terrier 'abandonné donc l'entré est dans le creux d'un veille arbre . J'avais réussis à chasser deux lapins, que j'avais totalement dévoré.
Je ferme légèrement les yeux, attentif aux moindres bruits suspect.  

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dondelanatureparlesdoigts.be/
Vasilisa Hope
のGood girls do bad things sometimesの
avatar
» MESSAGES : 1004
» WHERE ARE YOU ? : Je voyage entre la Roumanie et Forks
» RPG AGE : 21 ans
» JOB : Serveuse a mis temps, femme de ménage de nuit dans un motel, peintre.
» WHO ? : SelenaHOTGomez
» MULTI COMPTES : Yes, la cannibale Willow, le gentil Kyle, la reine Viktoria


Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Quileute
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: Retrouvaille et retour au pays (PV Vasilisa Hope)   Sam 1 Fév - 13:24


Lisa eut un rire, de nouveau, avant de passer ses doigts sur ceux de June, sur ses yeux. Celle-ci l’avait emmenée ce matin sur son dos, en lui bandant les yeux, et le voyage avait été long, et Lisa n’avait rien put tirer de la blonde sur la destination. June lui avait parlé d’un endroit magnifique, ensoleillé, charmant... Mais impossible de savoir exactement quel pays, quelle ville. C’était tout June, mystère, surprise. C’était sans doute la meilleure chose que possédait June, l’effet de surprise, quand Lisa rentrait fatiguée su travail, elle trouvait parfois un diner près, ou ses vêtements posés et repassés sur son lit. C’était des petits riens, mais c’était déjà génial.

Puis elle ouvrit les yeux. Paris.

Lisa cria de joie, sautant dans les bras de son amie, elles en avaient mis du temps, même à vitesse vampirique, à arriver, mais le jeu en valait la chandelle. C’était génial. Elle regarda autour d’elle émerveillée. Le reste de la journée fut juste exceptionnelle, elles se baladèrent dans le tout Paris, admirant la tour Effel autant que les champs Elysées, elles firent du shopping, se promenèrent au bord de Seine et jamais elles n’avaient été aussi proches. Elles mangèrent des glaces par dizaines et surtout, June lui fit visiter une partie du Louvre. Lisa en fut juste émerveillée ! Tant de beauté, des œuvres d’art aussi belles n’avaient pour l’instant existées que dans sa tête, dans son imagination. Mais la réalité était bien plus jolie. Des tableaux immenses, des sculptures magistrales. Elle vivait un rêve éveillé. Il était seize heures, et Lisa, fatiguée, demanda à June de ne pas rester à Paris. Elle voulait trouver un endroit clame. A la campa. Et ce fut partie, June l’emmena dans la campagne française. Elle trouva  petit hôtel dans un village pittoresque. June posa quelques sacs emmenés, puis elle se mit en tête de trouver un bar. Quand à  Lisa, elle décida de repartir en promenade avant de rejoindre son hôtel. Elle se mit à marcher de plus en plus vite, jusqu’à courir, et se transformée. Parfois, el aimait faire cela, sans meute, sans personnes qui le savaient. Juste un loup, sa fatigue disparaissait, qu’on se le dise, elle n’aimait pas être un animal à quatre pattes, mais quand elle se sentait un peu lasse d’être une fille bien comme il le fallait il était bon de sentir libre.

Le temps papa rapidement, et sans qu’elle s’en aperçoive, elle perçue les pensées d’une personne. Mais.... Ce n’était pas possible.... Quelle personne de sa meute pouvait-on entendre en France, a des milliers de kilomètres de Forks, Amérique ? L’ se mit  réfléchir. Voilà. Nash oba Black. Disparut  y avait quelque temps, il faisait toujours partie de la meute. C’était dur d’échapper à sa meute, et il fallait quelque chose de vraiment horrible pour s’en défaire. Ce n’était pas le cas de Nash oba apparemment. Aussi dur ai été les épreuves traversée, il restait partie intégrante du clan de Jacob Black, son cousin. Elle s’approcha lentement, puis l’aperçu, il était là, méfiant. Elle se montra enfin, grand loup blanc au dos roux. Elle se mi alors à lui parler :

*Nashoba ?*

Elle s’approcha prudemment de lui, tout doucement, elle savait comme le jeune garçon était méfiant et fermé, elle se mit lentement à s’approche, à nouveau, jusqu’à se tenir à quelques mètres de lui. Elle s’adressa à nouveau à lui :

*Je vais me remettre en humaine, d’accord ?*

Lyle détestait parler en loup, c’était un bourdonnement désagréable. Elle se mit derrière un arbre épais, et se remit en humaine, décrochant la robe blanche tachée de terre qu’elle accrochait toujours à sa patte droite avant, autrement dit sa main droite. Elle la revêtit et se mit à découvert, les mains en avant, en signe d’innocence, pour ne pas qu’il fuit. Elle s’avança vers lui, trop étonnée et émue de le voir dans un tel état pour réagir. Elle arriva à sa hauteur, et se mit sur les genoux, plongeant ses iris dans les siennes. Elle posa Samain près de la sienne, sans tenter un contact physique.

« Je pense que ça suffit, il va falloir que tu acceptes que l »on prenne soin de toi. » Elle eut un sourire triste, et se mit assise à côté de lui. « Tu es de ma meute Nashoba, tu es comme de ma famille. » Elle se mit alors à regarder ses vêtements, sa position. Il avait l’air faible, ainsi. « Dis-moi ce qui s’est passé. »

Ce n'était plus l'heure de fuir.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Our Love was mades to rule the world. You came and broke the perfect girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Retrouvaille et retour au pays (PV Vasilisa Hope)   Dim 2 Fév - 14:06

Cinq mois! Ça faisait cinq mois que Nashoba était parti et il n'avait pas donné de nouvelles depuis! La louve n'avait pas vraiment compris les raisons de son départ qu'elle trouvait un peut précipité pour un gamin de son âge mais elle n'avait pas cherché à comprendre ni à essayer de l'accompagner. De toute façon, même si elle avait voulu l'accompagner, elle n'aurait pas pu, à cause du boulot qui ne l'aurait très certainement pas laisser partir de l'autre côté de l'océan pour un petit gars qui ne faisait même pas parti de sa famille. Et si elle était partie sans prévenir, elle se serait fait virer sans préavis et l'hôpital n'aurait très certainement pas accepter de la récupérer, à moins d'une bonne raison (oui, Leah sait être raisonnable, de temps à autre!).

Comme tous les milieux d'après-midis depuis deux ans, Leah quitta l'hôpital de Forks où elle travaillait. Elle avait déjà son casque enfoncé sur la tête et s'apprêtait à enclencher la première lorsque qu'un toubib se planta devant elle en lui demandant si elle avait un instant.
Le docteur Carlisle Cullen était le chef de famille de la famille de vampires qui habitait en ville et que Leah détestait, malgré le fait qu'elle est beaucoup aidée la famille avec la meute. Malgré le fait que la louve et le vampire végétarien travaillent dans le même établissement, la jeune femme l'évite comme la peste donc s'il demandait à lui parler, c'est que ça devait être grave.
Elle coupa le moteur et lui demanda se qu'il voulait. Il se pencha et lui expliqua se qu'il se passait.

- QUOI!? S'écria-t-elle plus fort qu'elle ne le voulu, une fois qu'il finit de lui expliquer.
Les quelques personnes présentent sur le parking se tournèrent vers eux pour les regarder, surpris. Leah ni prêta même pas attention, même si elle savait qu'elle n'aurait jamais dû agir de la sorte. Ça avait été plus fort qu'elle: savoir que Nashoba avait des problèmes et que personne ne pourrait venir l'aider avant un bon moment la tiraillait.

- C'est une blague? Murmura-t-elle.
Le toubib lui fit signe que non.

- Ecoute, tu as un avion pour la côte Française qui part dans une heure. Si tu te dépêche, tu devrais pouvoir le prendre. Tu as de quoi te payer un billet?
- Oui, c'est bon, merci.

La sangsue s’écarta et Leah enclencha la première pour se rendre à l'aéroport.
- Prévenez Sam et Jacob! Cria-t-elle en prenant de la vitesse.
Elle savait très bien que Sam et Jacob ne pourraient très certainement rien faire, ou du moins pas grand chose, car ils ne pouvaient pas se permettre d'envoyer toute la meute en France juste pour Nashoba; il faut que de loups restent à Forks pour protéger les humains des vampires mais, au moins, ils seraient prévenus. La louve savait qu'elle prenait des risques à courir au secours de l'adolescent, vu son impulsivité, mais vu que la sangsue toubib avait cru bon de lui dire qu'il avait reçu un message du jeune loup, c'est qu'il la croyait surement capable de l'aider à sans sortir.
La Quileute arriva à l'aéroport quelques minutes avant le décollage à cause des embouteillages. Elle laissa sa moto devant l'aéroport et, tout en enlevant son casque et en rongeant ses clés et en cherchant son portefeuille dans son sac en bandoulière, elle se dirigea vers le guichet pour acheter son billet. Son billet en main, elle se précipita pour prendre son avion qu'elle attrapa juste juste. Elle prit place dans l'engin. Elle profita du voyage pour mettre un peut d'ordre dans ses affaires et pour dormir un peut car elle savait que trouver Nashoba ne serait pas une mince affaire, vu qu'il n'avait pas dit à Carlisle où il se trouvait exactement.
A l'aéroport Français où elle atterrit, elle acheta une carte de pays pour se retrouver car elle connait la géographie de la France aussi bien qu'elle sait parler le Russe ou le Chinois, donc c'est dire...
En début de soirée, elle avait quitté la côte Est et s'était retrouvée à Poitiers. Elle s'y était rendue en auto-stoppe. Elle quitta la ville à pied et, une fois qu'elle fut sure que personne ne l'observait, elle rangea sa carte dans son sac avant d'y fourrer son short, ses baskets et son T-shirt, d'y accrocher son casque à la lanière et de prendre sa forme de loup. Elle prit son sac dans sa gueule et prit la direction du Sud. Pourquoi le Sud, aucunes idées. une intuition, surement. Le sac et le casque n'étaient pas très pratiques pour avancer sous sa former de loup.
Au milieu de la nuit, elle entra dans se qui semblait une ancienne grange d'une ferme abandonnée. Elle alla jusqu'au fond du vieil endroit délabré où il y a avait de foin humide et se roula en boule pour ne s'endormir qu'à moitié. Le lendemain, elle ne se réveilla totalement que très tard dans la matinée. Elle avait faim. Comme elle avait un reste de biscuits dans son sac, elle reprit forme humaine pour manger le peut qu'elle avait. Elle reprit sa forme de loup, reprit son sac, sortie de la grange et reprit son chemin. Après de longues heures de trottes en essayant d'éviter les villes, villages et routes fréquentées, elle senti une odeur familière d'entre les buissons, à quelques mètres d'elle. Elle suivit l'odeur et elle trouva Nashoba, dans un trou, roulé en boule sous sa forme de loup, avec Vasilisa, en face de lui, sous sa forme humaine. Cette dernière essayait d'ailleurs de le rassurer. Leah voulu engueuler le jeune loup pour toute l'inquiétude qu'il leur avait causé mais elle réussit - elle-même ne sut pas comment - à se maîtriser. Vasilisa essayait de la rassure et ce n'était pas le moment de lui faire plus peur qu'il ne l'était déjà. Elle posa son sac à côté et se coucha face au trou, pour observer son frère et sa sœur de meute, prête à déguerpir au moindre bruit suspect.


Dernière édition par Leah Clearwater le Dim 23 Mar - 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nashoba Black
の SHAPE-SHIFTER の
avatar
» MESSAGES : 1136
» WHERE ARE YOU ? : Forks
» RPG AGE : 13 ans
» JOB : étudiant
» WHO ? : Tomohisa Yamashita
» MULTI COMPTES : Stiofan Dacian


MessageSujet: Re: Retrouvaille et retour au pays (PV Vasilisa Hope)   Mar 4 Mar - 20:47

Je suis sur le point de piquer un mini, tout petit somme et puis promit,  je me remets en route.
Soudain j'entends qu'on m'appelle, je redresse la tête et les oreilles, attentif au moindre bruit, tout en me préparant à me lever pour me battre . Je suis tellement fatigué que je ne sais pas si on m'appeler mentalement ou  oralement, que ça puisse être un membre de ma meute,  ne me vient même pas à l'esprit. C'est vrai que ça doit faire au moins  une vingtaine de  jour que je ne pense plus vraiment en " humain", que j'ai laissé ma part loup prendre un "contrôle"  totale sur mon propre corps. Pourquoi? Parce que j'avais pensé qu'il saurait mieux que trouver son chemin sans se faire repairé et puis aussi, pour autre chose que je ne sais pas expliqué avec des mots.
Quelques minutes plus tard  je vois apparaitre un loup  au pelage de couleur blanc avec le dos, de couleur roux. J'entends à nouveau mon nom et enfin après minutes, je reconnais le loup, enfin la louve qui se tient à quelques mètres de moi. Il s'agit  de Vasilisa, un membre de ma meute, même si je ne l'ai vue  rarement sous cette forme, je sais que c'est elle, grâce à son odeur.
Je reste immobile  pendant qu'elle va  derrière un arbre pour reprendre sa forme humaine car elle n'aime pas vraiment  être un loup.  Quand elle revient, elle s'approche doucement , tout en me disant que je faisais parti de sa famille, car elle considérait la meute comme tel. Elle vient s'assoir à coté de moi, tout en mettant sa main près de la mienne, sans pour autant la touché et elle me demande ce qui s'est passé.
Je reste silencieux, en même tant, c'est un peu normal puisque sous ma forme loup, je ne sais " parler" que par télépathie. J'ai quelques hésitation à lui parler et à lui répondre, pas parce que je ne veux pas mais c'est plus tôt, est ce que je suis prêt à reprendre ma forme humain? Je suis sûr d'avoir changer, mais à quel point? Est ce que je suis devenu plus sadique, plus cruel, plus froid? Je n'en sais rien et ça me fait un peu peur. Pas  pour Vasilisa ou pour les membres de ma meute  mais pour les humains " normaux" comme Billy et Rachel.  Alors que je suis en pleine hésitation, je sens une nouvelle odeur que je connais,  apporté par une légère brise  mais aussi parce que j'entends ses pensées. C'est Leah, elle est aussi un membre de ma meute mais je ne me suis jamais très bien entendu avec elle.
Je grogne légèrement, je n'ai plus vraiment l'habitude de partager mes pensées.  Apparemment elle avait décidé de rester à l'entré du terrier, ce qui me va très bien.
Déjà, avant mon " départ" forcé , je n'aimais pas  beaucoup  être avec des gens mais là, après  mes vingtaines de jours  de solitude,  j'avais l'impression d'aimer encore moins la compagnie.
Au bout d'un certain temps, je me décide à reprendre ma forme humain. J'essaye de me concentré sur un souvenir que j'ai, sous ma forme humain et quelques plus tard, je me retrouve  nu comme un ver avec un simple slip. Je sens des tremblements parcourir mon corps, ce qui montre que je suis très faible.
Je fixe le sol du regard, prenant le temps qui faut pour me réhabitué à mon corps humain, profitant aussi pour réfléchir aux paroles que Vasilisa avait dit quelques instant plus tôt. Est ce que j'étais prêt à accepter qu'on prenne soins de moi? Je ne sais pas, je n'en ai aucune idée.  Shannon m'avait fait découvrir une part de moi, que maintenant que j'en avais pris conscience, je ne veux pas la perdre . Cette partie de moi, qui avait soif de liberté, sans aucune entrave.
D'une voix froide, sans aucune intonation mais un peu rogue, étant donner que ça fait des jours que je n'ai pas parlé :

- Volturis,  j'étais chez eux pendant tout ce temps.

Je laisse le silence s'installer pendant quelques minutes, pendant les quels, je peux imaginer l'étonnement de la jeune fille.  Je sais que personne ne pouvait se douter que j'étais chez eux durant tout le temps.   Je secoue légèrement la tête  avant de reprendre d'une voix toujours aussi froide mais légèrement teinté de peine :

- Ils sont venus à proximité de Forks, me cherche. J'ai essayé de les combattre mais ils étaient trop fort et  je n'ai pas eu le choix que de les suivre.  

Je laisse de nouveau le silence s'installer pendant deux trois minutes. Je pousse un soupir, mon regard devient dure et froid, avant de terminer, d'une voix glacial et sans aucune intonation :

- Je n'ai pas pu demandé de l'aide à cause de la capacité d'un entre eux.  C'est là où j'ai fait la connaissance de mon géniteur. Il avait la capacité d' aller n'importe où sans qu'on puisse détecte sa présence et coupe tout connexion de tout être vivant avec l'extérieur sur une assez grand distance autour de lui.

Je laisse le silence s'installer, repensant à ce que je lui avais fait subir avant de le tuer. Je ramène mes jambes contre moi, ne remarquant pas que légère larme se forme doucement aux coins de mes yeux.



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dondelanatureparlesdoigts.be/
Vasilisa Hope
のGood girls do bad things sometimesの
avatar
» MESSAGES : 1004
» WHERE ARE YOU ? : Je voyage entre la Roumanie et Forks
» RPG AGE : 21 ans
» JOB : Serveuse a mis temps, femme de ménage de nuit dans un motel, peintre.
» WHO ? : SelenaHOTGomez
» MULTI COMPTES : Yes, la cannibale Willow, le gentil Kyle, la reine Viktoria


Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Quileute
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: Retrouvaille et retour au pays (PV Vasilisa Hope)   Dim 6 Avr - 15:07

Sa voix est dure, et Vasilisa peut tout à fait le concevoir. Elle ne demande rien, juste qu’il parle, qu’il s’ouvre un peu. Il faut qu’il devienne plus social, qu’il se délivre de cette emprise qu’a son passé sur lui. Ca ne sera surement pas facile mais il faut qu’il le fasse, car même avec toute la bonne volonté du monde, la jeune femme ne pourra jamais l’aider s’il ne lui fait pas confiance. On pourrait bien sur dire qu’il n’est qu’un enfant, qu’il n’a pas mérité cela, qu’il faut lui laisser du temps. Hors Lisa elle a de tout, de l’argent, un travail, des études, des taches ménagères, des amis, des responsabilités, mais du temps, ca elle n’en a pas. Alors Nash oba, il va bien falloir qu’un jour, il semaine, si il ne veut pas devenir seul. Et cette fois, il n’aura plus le loisir de rejeter les autres parce que pour la première fois de sa vie, personne ne lui tendra la main. Lisa, elle a d’autres priorités, et elle ne s’accrochera pas à lui s’il la rejette a nouveau. Elle ne peut rien faire pour l’obligé à bien l’appréciée, et lui, il ne peut rien faire pour la retenir si il continue a la repoussée:

- Volterra,  j'étais chez eux pendant tout ce temps.

Que diable pouvait-il bien faire chez les Volturis ? Rien de bien beau. Il n’aurait jamais dut quitter la réserve. Ce n’est bien sur pas de sa faute ce qui lui arrive, mais il n’a pas été prudent, et comme on dit, la prudence est mère de la sureté, hors aujourd’hui, il est ici, dans le froid, mort de peur, et pourtant il ne semble toujours pas retenir la leçon. Quelle leçon ? Celle qu’un jour, il faudra qu’il se rattache à un groupe, car seul, on n’arrive à rien:

- Ils sont venus à proximité de Fors, me cherche. J'ai essayé de les combattre mais ils étaient trop forts et  je n'ai pas eu le choix que de les suivre.  

Puis sa voix se fit glaciale et Lisa tressaillit, elle ne savait pas quoi dire, alors elle préférait se taire, mais lui continua, bien que marquant de grandes poses:

- Je n'ai pas pu demander de l'aide à cause de la capacité d'un entre eux.  C'est là où j'ai fait la connaissance de mon géniteur. Il avait la capacité d’aller n'importe où sans qu'on puisse détecte sa présence et coupe tout connexion de tout être vivant avec l'extérieur sur une assez grand distance autour de lui.

Lisa serra la mâchoire. Elle se leva, et recula de quelques pas, apeurée. Elle… Non… Ce n’était pas possible, et si… Et si les Volturis avaient transformé le jeune homme. Et s’ils l’avaient rallié à eux. Non, sinon il serait encore avec eux. Ou peut être était ce leur plan, une taupe passe partout avec cette allure de jeune garçon solitaire. Elle ne savait plus, elle ne savait pas quoi dire, tout s’embrouillait. Elle regardait Nash oba mais sa voix était plus dure et son regard métallique. Elle devait savoir et prendre toute la précaution.

-Nashoba, peut tu me retranscrire exactement les conversations que tu as eu avec eux et ce qu’ils t’on fait faire.

Ce n’était pas qu’elle n’avait pas pitié, mais la meute passait avant l’individu, et même si elle n’y adhérait pas, elle se devait de vérifier qu’il n’était pas ici pour leur nuira mais pour le rester. Un pas ou une parole de travers, et la jeune femme n’aurait plusse choix, elle devrait l’abandonner ici. En ces temps de crises, il fallait mieux être sur ses gardes. Et ca commençait maintenant. Elle devait rester sur ses gardes avec Nashoba, et explorer toutes les possibilités. C’était dur a dire, mais il pouvait s’avérer être un petit garçon perdue autant qu’une arme de destruction. Quoi de mieux qu’un jeune loup influençable et impulsif pour assouvir ses envies de vengeances et d’infiltrations. Elle garda les yeux rivés sur lui, a l’affut du moindre signe qu’il lui enverrait. Doigt écartés, genoux tendus, oreille dressée, plus rien ne retenait Lisa de le mettre en pièce.

Nashoba était aujourd’hui une menace.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Our Love was mades to rule the world. You came and broke the perfect girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nashoba Black
の SHAPE-SHIFTER の
avatar
» MESSAGES : 1136
» WHERE ARE YOU ? : Forks
» RPG AGE : 13 ans
» JOB : étudiant
» WHO ? : Tomohisa Yamashita
» MULTI COMPTES : Stiofan Dacian


MessageSujet: Re: Retrouvaille et retour au pays (PV Vasilisa Hope)   Lun 7 Avr - 17:44

Je reste immobile, fixant un point imaginaire sur le sol, sans me rendre compte que les larmes coulent doucement sur mes joues. J'entends Vasilisa me demandé de tout lui racconté, toutes les conversations que j'avais échangé avec les Volturi, et ce qu'ils m'avait subir, dans ses moindres détailles.
Sans vraiment prêter attention au ton qu'elle avait utilisé, ni  au fait qu'elle s'était raidit.  Tout en continuant à fixer  mon point imaginaire, d'une voix froide  mais neutre :

- Les chefs des Volturi voulaient avoir leur propre  meute de chien de gardes et comme ils savaient qu'un Black  pouvait crée une meute, ils envoyé mon père  me chercher afin que je les rejoins. Pendant tout la duré de mon séjour, j'ai suivis un entrainement, afin que ......

Je m'interromps, me rendant compte du ton sur le quel, elle m'avait appelé, je lève les yeux vers elle et je remarque qu'elle est tendu, comme si elle s'apprêtait à se battre. Mais pourquoi? Je n'avais rien sentit comme menace à moins bien sûr que ça soit moi, la menace.  Je la regarde d'un air étonner et surpris.  Je comprends  seulement maintenant les sous entendus de ses propos. Elle pense que je suis une menace pour la meute.
Je serre les dents et je recule  le plus possible en tout continuant de la fixer d'un regard remplit de colère et de tristesse.
J'ai été vraiment  bête en envoyant ce texto  aux Cullens, enfin de demandé de l'aide. Et après, on s'étonne que je ne fasse pas confiance.  Pour une fois que je demande de l'aide pour rentrer chez moi, là où je croyais  avoir une maison. Mais apparemment, je me suis trompé, je n'ai pas de chez moi. J'aurai du faire comme je le faisais toujours, ne compter que sur moi, au moins comme ça je n'aurai pas été déçus, ni trahir par une personne que je croyais être de ma famille.  J'aurai peut  être dû envoyé ce texto à Kenshin, ce vampire qui avait protéger Maman. Au moins lui, il m'aurait pas jugé,  il aurait sut que je ne présentais pas une menace, il m'aurait laissé le temps pour que je parle de ce que j'avais vécu pendant ces derniers mois.
Je rendis également compte que personne n'était partit ne s'était inquiété de ma disparition et n'était partir à ma recherche.
Alors que les larmes coulent de plus en plus, d'une  voix aussi froide  que le vent d'une nuit d'hiver, remplit de colère et de tristesse :

-C'est ça que tu pense? Que je représente une menace pour la meute? Et tu me ose me dire que tu me considère comme un membre de ta famille?  

Je secoue la tête, je suis perdu, je n'arrive plus à pensée  correctement. C'est vrai que je ne m'attendais pas  à ce genre de se retrouvaille,  même si je n'avais vraiment pensée mais  jamais  je me serai douter qu'on me considère comme un menace pour la meute. Après tout, c'était pour la sécurité de la meute que j'avais accepter les suivent en Italie, que  j'avais accepté l'entrainement de Shannon, que je n'avais pas profité s des deux trois occasions que j'avais eut  pour m’enfuir. Non, j'étais resté pour avoir l’occasion de tuer mon père  et ainsi  protéger la meute.   Je recule encore, tout en disant d'une même voix :

- Retourne  à Forks, je me débrouillerai tout seul, comme je l'ai toujours fait. Si j'avais su que je ne représente rien pour vous, que je ne suis qu'un menace, je ne sais pas si j'aurais accepté de les suivent  afin que la meute soit en sécurité!

Elle essaye quelques choses mais j'arrive à esquivé, tout en prenant ma forme loup et je prends mes pattes à mon cou.  Je m'éloigne rapidement de l'endroit  sans la moindre attention  aux deux filles. Je laisse la partie loup prendre le contrôle de mon corps, la partie humaine est trop fatigué et perdu. J'ai l’impression de me noyer dans un étang sans fond. Rien me rattache aux humaine,  j'ai vengé Maman, j'ai protégé la meut d'une véritable menace.
Au bout d'un certain moment, je me cherche un endroit pour me reposer car le coup d'adrénaline que j'avais sous le coup de la colère, ne va pas duré  très longtemps et je suis trop fatigué  pour  continuer. Après une quinzaine de minutes,  je trouve un arbre creux, dans lequel, je m’engouffre, avant de me coucher en boule. Je pense que je vais rester ici, le temps que je récupère, j'irai chassé avant de réfléchir un moyen de  retourner en Amérique, afin d'aller récupérer  mes affaires. Après, je ne sais pas ce que je ferai , on verra.
Deux trois minutes après, j'entends du bruit,  quelqu'un s'approche, je ne sais pas si c'est un humain ou un animal  mais je m'en fout, que ça soit l'un ou l'autre,  je vais leur faire comprendre de passer leur chemin et si  c'est une des deux filles,  je leur ferai comprendre qu'elles me foutent la paix.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dondelanatureparlesdoigts.be/
Vasilisa Hope
のGood girls do bad things sometimesの
avatar
» MESSAGES : 1004
» WHERE ARE YOU ? : Je voyage entre la Roumanie et Forks
» RPG AGE : 21 ans
» JOB : Serveuse a mis temps, femme de ménage de nuit dans un motel, peintre.
» WHO ? : SelenaHOTGomez
» MULTI COMPTES : Yes, la cannibale Willow, le gentil Kyle, la reine Viktoria


Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Quileute
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: Retrouvaille et retour au pays (PV Vasilisa Hope)   Dim 20 Avr - 21:38

Lisa attendit une réponse de Nashoba. Elle resta calme et garda un air neutre. Elle ne fit plu un pas et attendit qu’il lui réponde. Il le fit, mais elle sentit bien qu’il cherchait à ne pas trop pleurer pour pouvoir continuer à parler. Rien ne l’obligeait à en parler, mais il devait savoir qu’il était obligé de le faire si il voulait rentrer à Forks. Sinon, elle ne pouvait jurer de rien.

- Les chefs des Volturi voulaient avoir leur propre  meute de chien de gardes et comme ils savaient qu'un Black  pouvait crée une meute, ils envoyé mon père  me chercher afin que je les rejoins. Pendant tout la durée de mon séjour, j'ai suivis un entrainement, afin que ......

C’était bien ce qu’elle pensait. Il était donc un soldat entrainé à créer une meute personnelle pur ces Volturis. Ca la dégoutait de faire faire cela a un jeune garçon d’à peine plus de dix ans. C’était malsain et mauvais. Elle croyait entendre plus de tristesse que de colère, et elle aimait cela. Il fallait mieux qu’il soit triste qu’en colère, qu’avoir envie de vengeance. Maintenant il était tant qu’il continue, pour savoir jusqu’où il était allé, et jusqu’où elle devait pousser pour savoir s’il s’était retourné. Elle ne pensait pas, mais il fallait qu’elle en sache plus.

Puis elle s’aperçut qu’il avait reculé, elle en fut interloquée, et reconnut à nouveau de la colère dans ses yeux. Mais envers elle. Diable, que lui arrivait-il ? Elle allait le savoir tout de suite.

-C'est ça que tu penses? Que je représente une menace pour la meute? Et tu oses me dire que tu me considère comme un membre de ta famille?  

Oui. C’était ce qu’elle pensait. Et qui aurait pu lui reprocher de le penser ? Personne sauf Nashoba. Il était trop jeune, trop jeune pour savoir. Pour savoir que la sécurité d’une famille reposait entre les mains de ses membres. Elle était bien placée pour le savoir. Et maintenant elle était orpheline parce que les Hope avaient centrés leur attention sur eux et leur famille, et moins sur leurs ennemis. Erreur qui leur avait couté la vie. Elle ne supporterait pas de faire la même erreur.

Il continua à reculer et elle ne fit pas un pas en sa direction, ne lui adressa pas un mot.

- Retourne  à Forks, je me débrouillerai tout seul, comme je l'ai toujours fait. Si j'avais su que je ne représente rien pour vous, que je ne suis qu'un menace, je ne sais pas si j'aurais accepté de les suivent afin que la meute soit en sécurité!

Elle fit un mouvement en sa direction, mais il se transforma en loup en fuyant au loin. Elle prit une grande inspiration et d’un coup elle lâcha un cri puissant.

-Merde ! MERDE MERDE MERDE ! Elle criait en lançant des pierres sur l’arbre. Retourne à Forks Leah et dit leur que je ramènerais le gosse. De gré ou de force.

Leah acquiesçât et s’engouffrât en loup dans le foret. Puis Lisa enlevât sa robe, l’accrochant à sa main droite et se changea en loup, s’élançant dans le foret d’un seul bond. Finalement elle mit trente minutes à le retrouver. Il s’était caché dans une souche d’arbre. Elle s’approcha en humaine, après s’être rhabillée de sa tunique blanche, sale et déchirée.

-Qu’est-ce qu’une famille Nashoba ?

Elle se mit devant lui, un air serein sur le visage. Elle vit qu’il voulait dur quelque chose mais elle reprit avant lui la parole.

-Tu ne sais pas. La vérité, c’est que personne ne t’as jamais laissé la chance d’en avoir une. Voilà ce dont tu crois manquer Nashoba, d’une famille. Mais tu en a une, qui te tent les bras. Hors ton idée de la famille est mauvaise, et tu ne vois pas celle devant toi.

Elle ne s’avança pas et ses yeux se firent brillants, comme étincelants. Mais pas de larmes. De joie, a l’idée d’évoquée sa famille. La sienne.

-Une famille aide, soutient, aime, rassure. Se met de ton coté quand tu as tort, car les autres se mettront de ton coté quand tu auras raison. Elle te nourrit, te loge, te fait sourire... Et pleurer. Elle exige de toi, relève le niveau, se montre dure, se trompe, pour mieux se montrer tendre ensuite. Elle se méfie de toi, pour qu’à l’avenir, tu puisses trouver les mots pour rassurer n’importe quel être sur ton intégrité. Elle te fait évoluer. Et parfois, elle se monte ferme, pour s’assurer que tu es encore un membre à part entière.

Elle le fixa dans les yeux. Elle ne mentait pas, elle ne tentait plus de démêler le vrai du faux. Désormais, elle voulait juste qu’il sache ses intentions.

-Telle est une famille. Telle est ma famille. Elle n’est pas parfaite, parfois même bancale. Mais elle est là, te tendant la main.

Elle prit un ton un peu plus léger.

-Actuellement, dans ma famille, se trouve ma meute, les Cullen, ma petite amie °Un frisson la parcourue a ce terme. °  De ma meilleure amie, mes colocataires, mes amis proches et le souvenir de ma sœur et de mes anciennes familles.

Elle fit à nouveau une pause, faisant craquer les branches sous ses pieds.

-Et de toi Nashoba. Mais tu peux refuser, tu peux vouloir être seul. Tu n’avanceras pas ainsi. Alors tu peux t’en aller, mais tu peux aussi faire face, me dire ce qu’i s’est passé, me dire ton camp, revenir avec moi et peut être, espérer, un jour... °Lisa eut cette fois un sourire. ° ... Etre heureux.

Elle fit un non du doigt, et se mit assise à ses côtés.

-Je ne te dis pas que ça sera facile, rapide ou agréable, mais ça sera vrai. Ça sera une vie. La tienne. Et tu tiens les commandes en mains. Et quoi que tu décides, je t’aiderais à y parvenir, et ensuite, tu suivras le chemin aux cotés de qui bon te semble, ou bon ton semble, à faire ce que bon te semble. Mais voici ma question Nashoba.

Vasilisa prit un air posé et non grave, juste une voix claire, une question simple, un but précis.

-Que vas-tu faire de ta vie ?

Avec qui la partager, ou la vivre, dans quel but ? S’il ne savait pas y répondre, alors elle la ramènerait à Forks, et le bas, il devrait y répondre, avant qu’elle ne le relâche. Parce qu’une famille, c’était aussi un groupe qui parfois, agissait contre vous, mais pour vous.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Our Love was mades to rule the world. You came and broke the perfect girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nashoba Black
の SHAPE-SHIFTER の
avatar
» MESSAGES : 1136
» WHERE ARE YOU ? : Forks
» RPG AGE : 13 ans
» JOB : étudiant
» WHO ? : Tomohisa Yamashita
» MULTI COMPTES : Stiofan Dacian


MessageSujet: Re: Retrouvaille et retour au pays (PV Vasilisa Hope)   Mer 23 Avr - 18:34

Je reste sur mes gardes, en espèrent que les deux  filles vont me foutre la paix, elles sont débarrassé de la " menace".  C'est vrai que j'ai l'attention de retourner à Forks, pour simplement récupéré  quelque  affaires et puis  je m'en irais, où je ne sais pas, je n'en ai aucune idée.
Une légère brise  vient m'importer l'odeur  de Vasilisa.  Je baisse  légèrement les oreilles en arrière et je commence à grogner légèrement. Deux trois minutes plus tard,  je la vois s'approcher sous sa forme humaine ,  tout en me faisant un long  discours sur ce que c'était une famille.  
Je la laisse  parler mais ses paroles  me passent par dessus la tête. Je ne veux plus rien  entendre d'elle, elle m'avais  blessé  alors que je lui faisais un peu confiance, comme au reste de la meute.  Je sens bien que quelque chose s'est cassé sur le lien que j'avais avec la meute,  je ne sais pas quoi mais j'avais l'impression d'être sans meute, seul.
Elle termina  en me posant une question sur ce que je voulais faire de ma vie.
Je la regarde  fixement  d'un regard froid,  je n'ai pas l'attention de lui répondre même si j'avais une réponse à lui donner  pour la simple raison que je ne veux pas reprendre ma forme humaine. Plus rien me rattache au monde des humains et je suis trop fatigué pour réfléchir.  Je  n'ai aucun souvenir heureux  sous ma forme humaine qui me vient esprit  et je n'ai pas envie de me concentrer  pour m'en rappeler.
Au bout de quelques minutes, je me décida de sortir de l'abri que j'avais trouvé.  La jeune fille émit un son  tout en faisant un geste  mais je ne lui laisse pas le temps, je me retourne en quart de seconde, et fit claquer mes crocs à trois quatre centimètre de son visage,  tout en baissant carrément mes oreilles en arrière et en grognant de façon menaçant.  Apparemment, elle n'a même pas remarqué qu'elle m'avait blessé?  Je n'en sais rien et je m'en fout, j'en ai marre!  Je veux simplement être seul, de me reposer, c'est trop demandé? C'était la partie animal qui avait réagit ainsi.  
Je ne lui laisse pas le temps de réagir, que je prends mes pattes à mon cours, j'avais grand  besoin d'être seul, afin de pouvoir réfléchir car même si je n'avais pas répondu à sa question, celle ci restait  bien présente dans mon esprit.
Je m'efforce de ne pas pensé, afin que Vasilisa ne puisse pas retrouver trop facilement Étrangement,  j'ai l'impression que certaines de mes pensées restent dissimulé.  Je trotte  pendant plusieurs dizaines de minutes  durant lesquels  je laisse un contrôle totale  à ma partie loup, en prenant bien soin de brouillé ma piste, en trottant la plus grand partie  dans les cours d'eau. Au bout d'un certain temps,  j'arrive à proximité d'une petite ville qui porte le nom de "Ambazac". Je passe près  d'une habitation où  il y a du linge étendus,  j'arrive à prendre sans me faire repairer , un pantalon  et un polo à capuche  et je  m'éloigne rapidement.
Une fois que je suis bien éloigner et que je me suis assurée que je ne suis pas suivis, je me concentre et après trois quatre  minutes, je repends forme humaine.
Je m'habille rapidement, avant de rentrer  dans la ville.
Je ne prête pas attention à la direction que je prends,  je veux simplement me perdre dans la ville, déambuler comme un gamin d'une douzaine d'année, libre de tout obligation.  Je profite  pour observer les habitants, je me surprends à envier quand je vois des enfants avec leurs parents, qui semblent être heureux, m'imaginant  à  leur place,  qu'est ce que je ne donnerai pas  pour avoir la chance de me blottir dans les bras chaleureux de Maman, respirer  son parfum, sentir sa main me caresser les cheveux, entendre  sa voix. Mais malheureusement, tout ce qui me reste, c'est dans mes souvenirs.
Je sens que mon cœur se serrer quand je repense à celle qui m'a donné la vie. Alors que je suis plongé dans mes pensées, à ce que je vais faire, à essayer de chassé cette sensation de ne pas avoir de chez moi, une sensation que j'avais l'habitude de ressentir depuis toujours, excepté la période que j'avais passé à la Push.
Même si  je n'avais jamais pu avoir une " famille"  et celle que j'avais avec Maman, me convenais parfaitement, je n'avais pas la même définition que celle de la jeune fille brune. Pour moi, une famille, ce sont des gens qui te soutienne, qui étaient à nos cotés pour nous aider à nous  relever après avoir reçu un claque de la vie,  sur les quels, on pouvait compter et qui nous accepte tel que nous sommes,  qui veillent les uns sur les autres. Et quand  la menace vient, ils font bloc sans laisser  aucun membre de côtés, qui ne juge pas ses membres, leur laissant à ceux ci, le temps nécessaire  de leur donner des explications sur leur actes.
C'est vrai que j'ai encore du mal à digérer le fait que Vasilisa me considère comme une menace  pour la meute, sans me laisser le temps de m'expliquer.  J'ai besoin de temps pour pouvoir parler de mon séjour en Italie car j'avais profondément changé, ça je sais mais ignore  à quel point. Mais bon apparemment, ma ex compagne de meute  n'arrive pas à comprendre.
Soudain, je lève les yeux  et je remarque que je suis devant  un dojo ( endroit où on pratique les arts martiaux.  Je m'arrête quelques minutes, pour lire le panneau d’information pratique et je  reconnais le nom du Seisei ( professeur) qui donne cours. Il s'agit d'un maitre adjoint  qui aider à donner cours au dojo où j'avais pratiqué pendant quelque  temps, les arts martiaux.  Il avait quitter Kanata peu de temps après le décès de Seisei Kawada.
Sans vraiment réfléchir,  je  pousse la porte. Le dojo semble être ouvert mais il n'y a personne, les cours n'ont sûrement pas encore commencé ou bien ils étaient termine.  Sans vraiment faire attention,  je décide d'y pénétré.  Après avoir saluer , je repaire  deux petits bâtons d'une vingtaine de centimètre de long et je vais me passionné  au centre du dojo.Je  reste immobile, au milieu de la salle. Je ferme  les yeux et je pris un souffle profond, le tenant un moment avant de le laisser échapper. Je répète ceci plusieurs fois pendant que je concentre mes pensées. Autour de moi les bruits et de l'extérieur commencent à s'effacer de mon esprit.  Je me concentre  sur mon propre souffle, je  laisse la confiance m’envahir tandis que je  se mes à genoux avec la tête baissée. Dans un mouvement liquide  je me  lève et saisit fermement  les deux bâtonnets, comme si c'était des dagues. Avec de lents mouvements ordonnés, je commence une série de Kata, qu'on nomme  la danse de l’Épée. Bloc gauche. Poussée de droite. Pas en avant. Rotation. Lame droite dehors. Le bruit des lames coupant l'air semblait ne faire qu’un avec les battements de mon cœur. Oblique, revers, tournant sur lui même et coupe. Je fais tournoyer les bâtonnets comme  avec une  vitesse et une acuité mortelles. Droite, gauche, coup de pied, rotation. Les bâtonnets semblaient ne faire qu'un avec ses mains. Agenouillement. Torsion. Oblique. Haut coupé à gauche.  Je peste silencieusement, me sentant perdre légèrement mon équilibre. Je ne me concentrais pas assez, je ne fais pas assez un avec mon environnement. Il faut dire aussi que cela fait longtemps que je n'avais pas pratiqué J’augmente  doucement la vitesse. Les mouvements s'en chainent les uns avec les autres, allant de plus en plus vite au fil du temps.  Je sens une présence derrière lui, Esquive, accroupissement, droite, coupe de gauche. Sans prévenir et avec une certaine grâce, sans rompre le rythme,  je m'agenouille tout en croisant les bâtonnets devant moi,  laissant les battements de mon cœur se calmer.  
Après quelques minutes, je  me retourne  et je vois Jim  Sasaki, celui qui avait été mon maitre adjoint que je suivais les cours d'art martiaux.  
Tout en me fixant du regard, il me dit :

- C'est toujours un régal de te voir faire la Danse de l’Épée, Nash Même si tu l'as déjà mieux exécuté dans le passé.

Je souris légèrement et je le salue avec respect. Il me salue à son son tour en disant :

- Je pense qu'on t'attend, je lui ai demandé de t'attendre à l'entrée, je savais que tu as besoin de te retrouver, je me trompe ?

Je pousse un léger soupir, tout en secouant légèrement  la tête.  C'est quelque chose que  j'appréciais chez Jim,  il arrive toujours avoir les mots juste et à cerner les gens en quelques minutes à peine.  Jim s'approche de moi pose doucement sa main sur mon épaule :  

- Je te connais un peu  pour deviner que tu ne sais plus où tu en es, car tu ressens de grand changement.  Mais n'oublie pas ce que  Seisei Kawada  disait : Tant qu'on est en accord avec soi même, tout ira bien.

Puis sans un mot, il sort du dojo. Je reste deux trois minutes, avant de sortir  à mon tour, me retrouvant face à Vasilisa qui ne semble pas être content du tout. Mais je m'en fout,  ça m'a fait un bien fou de pratiquer.  Je continue à marcher quelques pas, la dépassant  puis je m'arrête. Sans même me retourner et d'une voix froide et triste :

- Si vraiment, j'étais une menace  Vasilisa, j'aurai laissé les Volturis revenir chercher sans aucune inquiétude d'autres membres, je n'aurai pas accepter  de m'entrainer  durant toutes ces semaines et qu'au lieux chercher un moyen de m'enfuir, je n'aurai pas chercher à m'assurer que mon géniteur ne représente plus une menace? Tu ne crois pas?  

Je fais à nouveau quelques pas et je continue :

- Tu n'as jamais pensée que j'avais peut être besoin de temps pour pouvoir parler de ce que j'ai vécu là bas? Non? A moins bien  sûr que tu penses que c'était des supers vacances?

Des légères larmes coulent doucement  sur mon visages,  pendant que je baisse légèrement les yeux, avant de terminer :

- Si vraiment, comme tu le dis, je suis de ta famille, comme cela se fait que personne ne s'est inquiété de ma disparition? Mais ne t’inquiète pas, je vais cessé d'être une menace pour la meute, je vais simplement aller prendre quelques affaires et je partirai.  De toute manière, j'ai l'habitude d'être seul.  

Je pousse un soupir et je sors du bâtiment. Je me dirige vers un petit parc qui se trouve à quelque  mètres du dojo. Je m’assieds contre le tronc d'un gros arbre, je dos bien en contact avec le tronc et je regarde le soleil qui se couche doucement.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dondelanatureparlesdoigts.be/
Vasilisa Hope
のGood girls do bad things sometimesの
avatar
» MESSAGES : 1004
» WHERE ARE YOU ? : Je voyage entre la Roumanie et Forks
» RPG AGE : 21 ans
» JOB : Serveuse a mis temps, femme de ménage de nuit dans un motel, peintre.
» WHO ? : SelenaHOTGomez
» MULTI COMPTES : Yes, la cannibale Willow, le gentil Kyle, la reine Viktoria


Ϟ INSIDE OUT & UPSIDE DOWN Ϟ
“RACE: ― Quileute
“NOTEBOOK:
“RELATIONSHIPS:

MessageSujet: Re: Retrouvaille et retour au pays (PV Vasilisa Hope)   Jeu 29 Mai - 18:12

Sans qu’elle l’eu vu venir, Nashoba sortit d’un bond de sa cachette et montra ses crocs a la jeune femme, et en grognant. Qu’est ce qu’elle détestait cela, quand les modificateurs se comportaient comme des bêtes. C’était peut être la chose qu’elle détestait le plus. Animaux. Voila ce pourquoi on les prenait, et voila comment alimenter cette vision que les autres avaient d’eux. Un gamin. Ils avaient donnés ce pouvoir à un gamin impossible de se contrôler. Avant qu’elle ait pur réagir, il s’élança au loin.

Elle soupira en s’écroulant sur une pierre, prenant sa tête dans ses mains. Elle en avait marre, elle voulait retrouver June et s’en aller. Cependant elle ne pouvait pas le laisser ici, ca aurait été irresponsable. Elle s’était promise de la ramener, elle le ramènerait à la maison. Même si ils ‘en allait après, mieux valait qu’il fugue en Amérique qu’en France.

-June !

Une seconde plus tard, une tornade blonde se tenait devant elle, dans sa petite robe rose et sans chaussures, elle semblait tout juste sortir de la douche. Elle avait l’air inquiet, et elle se plaça devant elle.

-On doit retrouver Nashoba.

Alors qu’elle se leva, elle s’attendit à voir une June déterminée face à elle, elle vit une June en pleine incompréhension.

-Qu’est ce qu’il fout ici lui?

Lisa prit alors le temps de tout lui expliquer tout ce qui venait de se passer, s’étonnant même de ne pas pouvoir lui expliquer rationnellement les comportements de Nashoba à son égard. Elles se mirent alors en quête du jeune homme, ratissant méticuleusement un large périmètre. June fut la première à retrouver sa trace. Chasseuse hors pair, elle le retrouva. Elle décida de ne pas se montrer, restant un peu à l’écart de Vasilisa quand celle-ci vit Nashoba sortir du dojo, totalement glacial, comme a son habitude.

- Si vraiment, j'étais une menace Vasilisa, j'aurai laissé les Volturi revenir chercher sans aucune inquiétude d'autres membres, je n'aurai pas accepter de m'entrainer durant toutes ces semaines et qu'au lieux chercher un moyen de m'enfuir, je n'aurai pas chercher à m'assurer que mon géniteur ne représente plus une menace? Tu ne crois pas?


Lisa ne répondit pas, elle devait avant tout être sure, peut importe ce qu’elle croyait ou non, mais cela il ne le comprendrait surement jamais, trop préoccuper par son passé pour se préoccuper du présent:


- Tu n'as jamais pensée que j'avais peut être besoin de temps pour pouvoir parler de ce que j'ai vécu là bas? Non? A moins bien sûr que tu penses que c'était des supers vacances?


Le temps. Ainsi il voulait du temps. Dommage, étant la seule chose qu’ils ne possédaient pas. Elle ne prit pas la peine de s’expliquer, et elle ne fit pas un seul mouvement:


- Si vraiment, comme tu le dis, je suis de ta famille, comme cela se fait que personne ne s'est inquiété de ma disparition? Mais ne t’inquiète pas, je vais cesser d'être une menace pour la meute, je vais simplement aller prendre quelques affaires et je partirai. De toute manière, j'ai l'habitude d'être seul.


Et encore une fois Nashoba se mit à fuir, s’asseyant dans un parc désert. June arqua un sourcil au loin, en une seconde elle se trouva à quelques mètres derrière Lisa. Cette dernière avança à grands pas vers lui. Elle était énervée, énervée de courir après lui.

Tu as raison. Je suis une fille horrible. Et je m’en fous complètement de ce qui peut t’arriver. C’est pour ca que je n’arrête pas de te courir après, ca m’amuse. Et puis t’as raison, je ne sais pas ce que c’est une famille. La mienne m’a abandonnée. Je suis qu’une putain de Modificatrice qui voudrait être humaine et dormir calmement avec ma meilleure amie dans ma chambre d’hôtel que de te courir après dans les bois. Mais tu es de ma meute et je pensais que je comptais pour toi autant que tu comptais pour moi.

Aucune larme, rien ne laissais transparaitre sa peine. Elle avait une voix d’acier et une détermination à en faire pâlir n’importe qui. Elle s’avança vers lui, l’ers poings fermés, a s’en fendre les paumes de ses ongles.

Mais ne t’inquiète pas. J’ai retenue la leçon. Tu ne m’aimeras jamais. Et tu ne me considéreras jamais de ta famille. Elle se retourna. Détestes moi autant que tu veux, on rentre en Amérique, et la bas, tu pourras te casser.

Elle prit la sortit, mais s’arrêta quelques mètres plus loin, voyant qu’il ne la suivait pas.

J’ai dit, on y va.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Our Love was mades to rule the world. You came and broke the perfect girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nashoba Black
の SHAPE-SHIFTER の
avatar
» MESSAGES : 1136
» WHERE ARE YOU ? : Forks
» RPG AGE : 13 ans
» JOB : étudiant
» WHO ? : Tomohisa Yamashita
» MULTI COMPTES : Stiofan Dacian


MessageSujet: Re: Retrouvaille et retour au pays (PV Vasilisa Hope)   Mar 3 Juin - 19:54

Je fixe un point imaginaire devant moi, en attendant une réaction de la part de mon ex compagne de meute.  Je suis en proie à un sentiment  qui me fait " mal" en quelque sorte,  j'ai la sensation d'être " sans meute ", seul, sans endroit où je pourrai aller me " reposé". Bien que j'étais "calme", en apparence, dans le fond, j'avais l'impression de me noyer, de plus savoir qui j'étais.
Au bout de quelques dizaines de secondes,  j'entends la voix de Vasilisa, qui était toujours en colère, ramenant tout à elle.
Je lui avais dit que j'allais me débrouillé seul, que la "menace" ne viendrait plus la faire chié.  Alors qu'elle dit d'une voix pleine de colère, de la suivre,  je levé les yeux vers elle et je remarque derrière elle, une jeune fille d'apparence normal mais je sais qu'elle est une vampire. Et celle ci ne semble pas être très contente  de la façon que je traite Vasilisa.
Je pousse un soupire, c'est vrai que je ne m'en suis pas rendu compte toute suite parce que pendant trois mois, je n'avais respirer que cette puanteur sur patte  ou parce que je n'avais plus aucune raison, que j'étais totalement perdu? Je ne sais pas et je m'en fout.  La seule chose que je veux, c'est un endroit calme ou je pourrai un peu réfléchir à mon avenir, à ce que j'allais faire, pour le reste, qu'il aillent aux diables.
Si la jeune femme aux cheveux noir pense qu'il suffit qu'elle ramène sa copine vampire  pour que je me calme et que je suis obéisse, elle se met le doigt dans l’œil et loin.  Elle ne me fait pas peur, je me suis entrainé pendant 3 mois pour battre mon enfoiré de géniteur, donc  tuer un autre vampire, cela ne  dérange nullement .
Je suis  le point de leur dire qu'elles aillent se fait foutre et qu'elles me laissent tranquille  si vraiment  je suis une menace, quand j'entends un léger craquement derrière  moi.
Je tourne légèrement la tête et je vois un jeune homme d'une vingtaine d'année aux cheveu mit long roux. Apparemment c'était aussi un vampire mais contrairement à l'autre, je ne ressentais aucune haine, colère ou autre sentiment. Je remarque également qu'il porte un sabre à la ceinture, il a du être samouraïs quand il était humain.
Il commença à me parler en japonnais. Apparemment  il se nommait Kenshin et il avait prit soins de Maman après qu'elle est été agressé par mon géniteur. Alors c'était lui, le jeune homme dont m'avait parlé une seule fois Maman. La seule fois où Maman m'avait parlé de mon père,  elle avait simplement dit qu'un jeune homme l'avait  beaucoup aidé quand elle s'était rendu compte qu'elle m'attendait  et qu'on lui avait annoncé qu'elle avait le sida.
Toujours  en parlant d'une voix froide, il me dit que ça faisait un certain temps qu'il était à ma recherche car Maman lui avait demandé de veiller sur moi si par malheurs, quelque chose lui arriverai.  Il m'avait trouvé, grâce à une de ses connaissances qui m'avait vu  m'enfuir, à  Volterra et il avait deviné que j'essayerai de quitter l’Europe depuis la France. Il me proposa de nous dirigé  vers un aéroport  qui se trouvait à trois heures d'ici.
Pour une raison que je ne comprends pas, peut être parce que je sais que les vrai samouraï ont un code d'honneur assez tric et je pense que c'est quelqu'un d'honneur,  je lui fis totalement confiance et je le suivit, sans même prêté la moindre attention à Vasilisa  et encore moins à sa copine, ce Kenshin, semble être comme Shannon, ils me comprennent mieux que moi même. La raison pour laquelle, j'accepte de le suivre, est parce qu'il me fait confiance, il doit bien s'imaginer que si jamais je représente une menace pour la meute, ceux ci seront facilement me mettre hors d'état de nuire.
A peine qu'on s'est éloigné de la ville,  on s'élance en direction de l'aéroport . Je remarque que Kenshin adapte sa vitesse à la mienne; Une fois arrivé, on embarque directement dans une sorte de jet priver. Une fois que le jet ait décollé, on me servi un copieux repas.
Après avoir bien mangé, je ne mis pas longtemps à m'endormir sous le regard du vampire qui s'était assis le plus loin possible de moi, afin de me laisser un certain espace.

PS : Kenshin est mon double compte, c'est pour cela que je me permet de le faire intervenir ^^

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dondelanatureparlesdoigts.be/
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Retrouvaille et retour au pays (PV Vasilisa Hope)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Retrouvaille et retour au pays (PV Vasilisa Hope)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour au pays [PV Kanoë]
» Cahier d'un retour au pays natal :Marc H
» Retour au pays [Pv Meri}
» Retour au pays du Sénateur du Nord-Est Rudolph Boulos
» Retour au pays... [Erys + Karlson + ...]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⚔ A THOUSAND YEARS ― TWILIGHT RPG ⚔ :: 


— (HJ) WHEN YOU'RE JUST A BEGINNER YOU HAVE TO DO A LOT OF STUFF;
 :: ⚔ THERE IS NO HOPE HERE ⚔ :: † Saison 2 †
-